1. //
  2. // 17e journée
  3. // Valenciennes/PSG (0-4)

Ce Paris-là va mieux, c’est un fait. Il va même très bien. De ce déplacement à Valenciennes, on retiendra évidemment le triplé de Zlatan Ibrahimović, mais aussi et surtout les deux bons visages montrés lors de ce succès 4 à 0 : un Paris pas mauvais pour faire le jeu et un Paris très bon en contre. Les Nordistes, eux, tombent pour la première fois de la saison à domicile.

Modififié
0 64
« À vous le pétrole, à nous la picole. » La punchline des supporters valenciennois présents en tribunes est bonne. Mais force est de constater que quand la picole fait rougir la peau et exploser des veines sur le pif’, le pétrole lui – le gaz, en fait – ramène des thunes. Et des gros joueurs. Alors oui, il y a ce Zlatan machin, là. Pas mauvais, ce type, pour un marcheur façon Diniz. Mais le vrai patron de ce début de match, c’est Thiago Silva. Pour lui, facilité est un euphémisme et anticipation un mot d’ordre. Le type aimante tous les ballons valenciennois en début de match et, quand il ne dégage pas intelligemment devant, claque des relances parfaites. Au fond, les Nordistes, invaincus au stade du Hainaut depuis le début de la saison, ne font pas un mauvais début de match. Seulement, leurs bons débuts d’actions, lancés par Danic, Kadir et Sanchez, deviennent rapidement de fins d’actions et ce, notamment à cause de l’ancien génie du Milan AC. On joue la première mi-temps de ce match qui était censé être compliqué pour Paris et les hommes d’Ancelotti sont pépères derrière. Un truc qui facilite bien la tâche des hommes de devant.

Paris qui fait le jeu


Quand on est supporter parisien, il y a des constantes et des choses à savoir. Comme par exemple, le fait que quand Javier Pastore manque 9 passes sur 10 en début de rencontre, il ne va pas tarder à débloquer la situation. C’est exactement ce qu’il se passe à la 30e minute d’un match que le Paris Saint-Germain a attaqué le pied au plancher. Peu en réussite jusque-là, l’Argentin est sollicité sur le côté droit. En une touche et sans que les Valenciennois ne puissent faire quoi que ce soit, le Berger trouve Ménez qui déborde. Le centre du Francilien est mal dévié par Penneteau et revient dans les pieds de Lavezzi, qui dévisse une grosse mine à ras de terre. La pointure 48 de Zlatan traîne, plat du pied sécurité : but. Les joueurs de VA, qui n’avaient pas vraiment concédé d’occasion franche jusqu’ici, continuent à jouer, mais quand Thiago Silva n’est pas impeccable, personne ne répond présent pour reprendre les bons centres de Gaël Danic. Isimat-Mirin, de la tête, inquiète un peu Sirigu, mais les Parisiens rentrent aux vestiaires sereins mais privés d’Alex qui, blessé, est remplacé par Sakho.

Valenciennes qui continue à jouer, Paris qui contre


Décidés à jouer crânement leur chance, les Valenciennois vont s’exposer au côté obscur de la force du PSG : celui qui contre. Impressionnants en phase de contre-attaque, les Parisiens vont se régaler tout au long de la seconde période. Toujours prêt à faire la mobylette, quand ce n’est pas le T-Max, Jérémy Ménez déborde une nouvelle fois cinq minutes après la reprise. Mater dégaine une relance bidon qui arrive dans les pieds de Pastore. La mine du gauche de l’Argentin est mal repoussée par Penneteau et reprise par Zlatan qui, du plat du pied, encore, s’offre un doublé. Le match s’emballe, VA continue à aller de l’avant et trois minutes plus tard, Lavezzi offre un délicieux menu golden à Ménez en profondeur. Encore plus rapide que ses adversaires, l’ancien numéro 94 accélère et délivre un caviar à Zlatan, qui s’offre un triplé. La fin du match est extrêmement pénible pour Valenciennes de Pavant qui sombre, sans réponse à donner, face au chalutier parisien. Sur un ultime contre, Lavezzi s’offre aussi son petit but. Valenciennes prend sa petite raclée, mais ça chante en tribunes. Et c’est beau. Comme quoi, la picole…

Par Swann Borsellino
Modifié

Dendecuba Niveau : CFA
 //  Amoureux du Fenerbahçe
Note : 9
Ce fut un joli viol Parisien sur Al Jazeera. Mais bon, dans le Nord, les viols, ils en ont l'habitude...
Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
Note : -1
De très bonne augure avant Lyon.

Les joueurs semblent enfin tirer dans le même sens.

Que faire face à l'OL? un milieu à 3 avec Verratti pour garder plus le ballon et augmenter dans la densité dans un secteur où les lyonnais excellent?

Ou bien rester en 4-4-2, qui marche très bien depuis 3 matchs?

J'opterais plus pour la 1ère solution, personnellement. Et je fais sortir Pastore.
Note : 6
Thiago Silva ballon d'or!


Quoi? Comment ça c'est un peu tard? :/
Note : 4
Une prestation très solide de la part du PSG !

Cette solidité est avant tout due au sérieux des parisiens, la colonne vertébrale commence à se mettre en place avec les Silva-Motta-Ibra tandis que certains électrons libres gravitent autour, à commencer par Menez et Lavezzi.

Pastore à été d'un niveau correct mais surtout il avait de la hargne, ce qui commence à devenir une habitude depuis 2-3 matchs.

PS : Mention spéciale aux supporters de Valencienne et à son président qui ont continué de chanter. Sympa les gars !
Georges Abitbol Niveau : CFA2
Note : 1
Gros match des Parisiens! Thiago Silva, Thiago Motta, Thiago Zlatan, la voilà la vraie colonne vertébrale de cette équipe.
Et quand les 2 argentins se décident à presser mais aussi à combiner devant, ça déroule.

Sakho rentre à la place d'Alex mais c'est pas très beau, on comprend pourquoi Carlo et Thiago préfèrent la tortue Ninja.

Et je valide avec Valenciennes, comble de l'ironie!
Note : 10
Quand on a connu pendant quinze ans la frustration en tant que supporter du PSG, on savoure chaque instant.
Note : -1
Ca fait 2 matchs de suite du PSG que je regarde en entier, et à chaque fois le même constat.

Un début de match moyen, un but du Z, deux buts du Z, un éclair de Pastore, le perso de Menez, et puis les parisiens qui déroulent.

Et bim ça fait 4.
Note : 4
C'est vrai que Sakho n'est pas beau à voir jouer, toujours un peu à la limite de la rupture, comme Sissoko d'ailleurs, on dirait qu'ils manquent d'équilibre.
Spikelee92 Niveau : CFA2
Note : 6

Je laisse commenter le match tres bon etc etc moi j'ai vu un homme sur le terrain THIAGO SILVA ce mec est trop fort un sens de l'anticipation du placement un calme comme dans les documentaires animaliers lol les bêtes a sang froid, voila c'est ça.
Monstro son surnom bah mon vieux il te va comme un gant.
Note : 6
J'aime bien la conclusion qui reprend l'intro et la banderole. Beau public qui chante jusqu'au bout c'est vraiment appréciable.

J'aurais aimé que l'auteur insiste sur certains faits de la fin de match, comme les courses de pression et de replacement de Pastore et Lavezzi, voir même zlatan que les gens trouvent égoïste mais au lieu de tenter le quadruplé, il cherche Menez pour lui rendre l'offrande précédemment reçue. Quelque chose a changé. L'investissement est tout autre, pourvu que ça dure.

Les gens voulaient voir une équipe, vous voici servis! Venez pas vous plaindre si on met 4-0 à tout le monde.

Et puis Thiago Silva, je n'avais pas vu tellement de matchs en intégralité de lui, mais quel Patron, quelle classe. Pas étonnant qu'il soit capitaine et que personne ne bronche. Qui va dire quoi? c'est le BOSS.

Ah oui et quelqu'un a t'il retrouvé le rein du défenseur central de Valenciennes. Il a le bonjour d Lavezzi !!!
Lamine Turgut Niveau : CFA
 //  Hooligan des Iles Vierges GB
Note : 2
le tarif habituel pour "le Barça du nord", en somme
Note : 4
pastore et lavezzi on mangé quoi ce soir ??? les mecs ont carburé. PAstore c'est incroyable de changer de visage comme ca


sinon encore une fois le chauvinisme des francais me fait bien rire, je prefere alex a mamadhou sakho et maxwell a nimporte quel latéral gauche de L1

lavezzi homme du match ce mec a de la dynamite dans les jambes
Travis Bickle
Note : 2
Tous ceux qui ont vu le match comprennent maintenant pourquoi Lavezzi "a pris" le nom de son chien...
Partenaires
Le kit du supporter Trash Talk basket Vietnam Label
0 64