Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG/OM (2-1)

Le PSG saigne l'OM

Le PSG a su vite marquer puis fermer convenablement la boutique. Le voilà récompensé d'une troisième place, un point devant Marseille. Kif.

Modififié
On appelle ça un tournant. Ce soir, Paris peut lancer sa saison ou celle de son pire ennemi, l'Olympique de Marseille. Neuvièmes au classement, les Parisiens passeraient troisièmes en cas de victoire au Parc des Princes. Agripper le podium en tapant Marseille, il y a pire. En revanche, en cas de défaite, ils permettraient à l'OM de passer en tête du championnat. Et ça, il n'y a pas grand chose de pire. Afin de faire ce qu'il faut, Kombouaré aligne son onze-type. Et pour une fois, le PSG a un banc, avec Luyindula, Sessegnon, Clément, Bodmer, Ceara, Camara et Coupet, un banc solide, meilleur que celui de Marseille par exemple : Ayew, Abriel, N'Diaye, Sabo, Ayew, Andrade et Brandao.


C'est le PSG qui lance les hostilités, une frappe de Giuly, un corner de Nene. Les Marseillais sont sifflés et perdent rapidement la balle. Makélélé et surtout Chantôme sont au cœur du dispositif parisien. Clément vient jouer en 10 et permet un 442 diamant. Hoarau et Erding ne sont alors pas obligés de décrocher et peuvent proposer en même temps devant, presser et faire monter le bloc parigot. En phase défensive, le PSG aligne deux rails de quatre bien tassés : de quoi bien récupérer. Dans l'espace, Nene est lancé à gauche. Le Brésilien frappe sur Mandanda, qui repousse tant bien qu'à l'arrache, Mevlut Erding inzaghise. Même pas dix minutes de plaisir que le PSG a déjà marqué ; ce PSG-OM est prometteur.


Paris en veut plus. Heinze pour Diawara pour Kaboré, l'OM ne peut pas avancer. Dégagement de Armand repoussé plein axe par Diwara ; Hoarau laisse à Nene et appelle dans l'axe, magnifique piqué du Brésilien, sans contrôle Hoarau glisse sous Mandanda. Le PSG mène deux à zéro et les choristes du Parc des Princes demandent où sont les Marseillais. Et bien Ils sont là, au cœur de la défense parisienne. Lucho lance sur la droite Gignac, qui frappe sur Edel, Lucho a bien suivi, 2-1. Ce but de Marseille ressemble fortement au premier de Paris : à croire qu'il suffit de faire un appel décroisé puis de miner sur le gardien pour blouser ces défenses. Le PSG n'a plus qu'un but d'avance, mais le PSG a de nouveau un but d'avance. Ils reprennent les choses où ils les avaient laissées à 1-0. Le corner tiré par Nene, Lucho dégage en touche. Chantôme accélère, Diawara intervient, Lucho contrôle entre les lignes, Giuly percute, Kaboré rate sa passe. Les Parisiens bloquent bien Marseille au milieu de terrain et espèrent prendre les espaces qui se créent. Même quand ils pourraient poser le jeu, ils cherchent directement Nene : l'artiste a un match-up favorable avec Azpilicueta.


« Valbuena n'arrête pas de saigner, le quatrième arbitre ne veut pas le laisser rentrer sur le terrain » . Parfois, Laurent Paganelli dit des choses vraiment effrayantes. Sans doute alléchés par la vue du sang, les vingt-deux joueurs se font plus mordants ; le match gagne en intensité, les duels aussi. Les protégés du Parc (enfin protégés, ça dépend des fois) (r)assurent. Ils ont l'air de savoir ce qu'ils font : rester groupés, presser le porteur et couvrir les buts de Ghost Dog aussi bien que possible. Sur un enchaînement de Gignac, Apoula Edel se paie un petit frisson avant la mi-temps. Le Parc savoure ; pendant ce temps-là, Mathieu Valbuena saigne toujours.


Kaboré n'est pas touché, mais comme il a passé son temps à dézoner et abandonner sa position de sentinelle, à ne pas protéger sa défense centrale et laisser Chantôme provoquer plusieurs trois contre deux, Kaboré laisse sa place à Abriel. Le profil de l'ancien Parisien, plus propre, va quelque peu permettre à l'OM de mettre le pied sur le ballon. L'idée est de faire sortir le PSG de ses gonds. Malgré quelques frayeurs (inhérentes à toute défense parisienne digne de ce nom, Loïc Rémy a mis au-dessus un potentiel 2-2), Paris parvient à gérer et même à jouer à fond les coups en n'hésitant pas à éclater vers le but de Mandanda. Du coup, dans leur dos, les Marseillais ont des balles de contre et trouvent leurs latéraux quand ils reviennent au jeu placé. Axial, Gabriel Heinze franchit lui aussi la ligne médiane balle au pied. Les Olympiens manquent d'idées. Le bloc de Paris plie mais ne rompt pas, le PSG s'organise. Erding et Giuly laissent leurs places à Luyindula et Bodmer. Le PSG passe en 451, avec Peguy ailier droit. Il reste encore vingt minutes. Valbuena et Rémy ne passent pas, Lucho n'a pas de solutions. Les Franciliens sont concentrés et se battent. Valbuena sort pour Ayew, sous les sifflets. Hoarau s'offre un sombrero, le Parc acclame chaque passe du PSG. Nene percute et joue la faute devant Diawara qui, rageux, lui marche dessus. Amorti de la poitrine réussi par Taiwo, mais il a les pieds en touche. Marseille est de plus en plus frustré ; il reste dix minutes. Taiwo a un coup-franc aux trente mètres. Le ballon est contré au moins deux fois, Edel s'en empare. Puis c'est Armand qui dégage, il ne reste plus que cinq minutes. Trois de temps additionnel. Apoula Edel fait une roulade dans sa surface, puis un arrêt décisif devant Ayew pour un dernier frisson.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Le Belge Tom Saintfiet, sélectionneur de la Gambie 4
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
À lire ensuite
Avantage OM