1. //
  2. // 21e journée

Le PSG reprend son trône, Nice s'envole

Vainqueurs laborieux sur la pelouse des Girondins de Bordeaux dimanche soir (0-1), les joueurs du Paris Saint-Germain profitent de la contre-performance de l'OL face à Évian (0-0) pour reprendre la tête de la Ligue 1. Derrière, l'OM vainqueur à domicile face à Montpellier (3-2) s'accroche, tandis que les Niçois de Puel n'en finissent plus de surprendre.

Modififié
14 11
Minimum syndical pour Paris

Et si Bordeaux avait eu Darcheville en pointe ? Ouais, peut-être bien que ça aurait été différent. Mais avec le seul Gouffran pour reprendre la centaine d'offrandes proposées par l'excellent Benoît Trémoulinas dimanche soir, les joueurs de Francis Gillot ont dû capituler à domicile pour la première fois de la saison. Trop inefficaces devant, les coéquipiers de Ludovic Obraniak se sont fait avoir par une équipe parisienne fortement touchée par le décès de Nick Broad. La disparition tragique du fidèle collaborateur de Carlo Ancelotti étant d'ailleurs une nouvelle occasion de voir que la France est un pays au sein duquel il est impossible de faire respecter une minute de silence. Buteur lors de chacune de ses apparitions à l'extérieur, Zlatan Ibrahimović, lui aussi auteur d'un match moyen, s'est une nouvelle fois régalé loin de ses bases. Lancé en profondeur par un Lucas qui a encore besoin de temps pour donner la pleine mesure de son jeu, le Suédois a profité de la faiblesse de Cédric Carrasso pour offrir trois points et la première place au Paris Saint-Germain. Une place que les Parisiens pourraient très bien conserver le week-end prochain, à domicile, face à un triste Lille

Home-jacking à la Marseillaise

Trois points. 1,5 pour l'OM, 1,5 pour Daniel Congré. Un partage des points logique, en somme, tant le défenseur montpelliérain a contribué à la victoire improbable des Marseillais sur leur pelouse. Rapidement devant au tableau d'affichage, grâce à un but d'André Ayew, pourtant en position de hors-jeu, les joueurs de l'OM ont sombré entre la 20e et la 80e minute. Le temps pour Rémy Cabella de se balader un peu, pour Herrera et John Utaka (!) de planter un but et pour la défense marseillaise de se montrer plus fragile que jamais. Extrêmement faible ce samedi après-midi, le duo N'koulou – Lucas Mendes n'a rassuré personne avant un déplacement périlleux à Rennes le week-end prochain. Plus pataud qu'à son habitude et pas franchement aidé par un Mandanda beaucoup trop mou sur ses appuis, N'Koulou a montré pour la première fois des signes de faiblesse. Congré, lui, se contente d'être une incarnation de la faiblesse depuis le début de la saison. Alors, quand, dix minutes après l'égalisation de Jordan Ayew, Mathieu Valbuena lui propose un ballon un peu moyen dans la profondeur, le défenseur héraultais dégaine une aile de pigeon que Gignac contre avant d'aller marquer son but. Simple comme bonjour. L'OM s'accroche à son podium.

Youtube

Nice, c'est fou, Lille, c'est flou

Cinq victoires lors des sept dernières journées et pas que des dégueulasses. Paris, Rennes, Valenciennes et désormais Lille, tous ont subi la loi du nouveau petit caïd de l'Hexagone. En déplacement compliqué dans un Grand Stade qui n'a désormais de grand que le nom, les Niçois ont longtemps courbé l'échine. Sauvés à plusieurs reprises par un super David Ospina et souvent plombés par des fautes de relance de Renato Civelli, les hommes de Claude Puel ont attendu les derniers hectomètres pour placer une attaque décisive. Tout sauf irréprochable défensivement ce week-end, Civelli profite d'un coup franc à un quart d'heure du terme de la rencontre pour venir placer un missile de la tête dans le but d'Elana. Auteur d'une entrée en jeu intéressante, le jeune Maupay claque le but du break à la 85e minute. Une troisième victoire en trois matchs pour le GYM d'un Claude Puel dont on ne saluera jamais assez le travail. Besogneux de réputation et souvent critiqué lors de sa période lyonnaise, le coach niçois pointe à la quatrième place de Ligue 1 avec une équipe qui se bat, un peu, mais qui joue, surtout. Côté lillois, la donne n'est pas la même. Furieux après la rencontre – il a même parlé d'en « envoyer certains en CFA » - Rudi Garcia sait qu'un déplacement compliqué à Paris attend les siens la semaine prochaine. Une défaite pourrait être fatale pour les Nordistes qui pointent déjà à 11 points du podium.

La belle semaine de Rennes

« Oui, on est cinquièmes. C'est super. Mais si on était dixièmes, l'actionnaire serait content.  » Chaque lundi, quand on voit Rennes pointer le bout de son pif au classement, on a la voix un peu cassée de Frédéric Antonetti dans la tête. Après cette 21e journée, les Bretons sont cinquièmes de Ligue 1, à égalité avec Nice. Au vrai, quand on voit le niveau de jeu actuel du Stade rennais – et, il faut bien le dire, de Julien Féret – il n'y a rien de vraiment étonnant. Vainqueurs logiques de Montpellier en demi-finale de Coupe de la Ligue en début de semaine, les coéquipiers de Mevlüt Erding ont accroché leur première victoire de 2013 en Ligue 1 à Gueugnon, face à Bastia. De retour sur la pelouse où il a été formé, Romain Alessandrini, bien servi par Féret, s'est offert un but plein de nostalgie avant qu'Erding ne claque un ciseau de plage, celui que l'on réalise normalement avec une balle « corner » . Très intéressants cette semaine, les Bretons recevront l'OM ce week-end pour leur premier vrai test de l'année qu'ils disputeront très probablement sans Yann M'Vila, en partance pour le Rubin Kazan. « On a perdu contre l'OM, c'est normal. Ils sont meilleurs que nous » , balancera peut-être ce bon Frédo, la semaine prochaine.

Mutu, c'est non, Tabanou, c'est nous

« Je m'excuse parce que j'ai raté, pas parce que j'ai tiré comme j'ai tiré » . Obligé de botter à nouveau son pénalty à cause de quelques joyeux lurons entrés dans la surface avant le coup de sifflet, Adrian Mutu troque son plat du pied pour une panenka. À ce moment précis, Ajaccio mène 1 à 0 à 11 contre 10, et Penneteau voit venir l'entourloupe. Le pénalty du Roumain, buteur sur l'ouverture du score, est repoussé. Pour que la leçon soit complète, le très bon Opa Nguette égalisera quelques minutes plus tard. Ajaccio perd deux points, Mutu une bonne occasion de rattraper un peu Zlatan au classement des buteurs. Quelques centaines de kilomètres à l'ouest, il y en a un qui n'a pas craché sur son doublé. De retour aux affaires, Franck Tabanou a fumé Nancy tout seul, comme un grand. Son deuxième but, un enchaînement passement de jambes – mine du gauche, est un bijou. Ce Toulouse morose avait bien besoin de ça.

Mais aussi :

- Le but de la Brandade et sa dédicace après la rencontre : « Après match de la Coupe de la Ligue, il y a beaucoup de gens qui ont critiqué moi, aujourd'hui, c'est but et c'est troisse points »

- La prestation soporifique de l'Olympique lyonnais et la non-titularisation de Lisandro López. C'est quand même triste de voir le premier ex-aequo de Ligue 1 se prendre la tête pour la fin de la fenêtre des transferts, alors que l'opportunité sportive est réelle.

- Le récital de Nicolas Rainville, arbitre de la rencontre à enjeu entre Sochaux et Reims. Un but du poing accordé à Poujol et une main sochalienne dans la surface sanctionnée… d'un coup franc.

- Le premier but d'Enzo Reale en Ligue 1, sur un caviar de Barthelmé. Un but qui contribue à la victoire poussive de Lorient sur Troyes (3-2), la sixième de la saison à domicile. Seuls Nice et Lyon ont fait mieux.

par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"C’est quand même triste de voir le premier ex-aequo de Ligue 1 se prendre la tête avec la fin de la fenêtre des transferts alors que l’opportunité sur le terrain est réelle."

?????
Myros el matador Niveau : CFA
mais laisson le tranquile un peu brandade de morue!! Vous allez voir de toute façon les vrais savent en finale de la coupe de ligue un bon vieux pointard ou un controle du dos frappe molle enchainée dans le petit filet et c'est la coupe assurée pour notre brésilienne préferée!!
Quelle merveille la phrase de Brandao.
J'aime bien la légende de la photo. Complètement bateau. Meriem a l'air un peu abattu quand même.
brandao est le symbole de cette génération de joueurs, les mecs ratent tout pendant 1 an marque 1 but et donc concluent que toutes les critiques étaient injustifiées.. quel tocard ce mec
Congré sur le dernier but de l'OM c'est la faute professionnelle dans toute sa splendeur
Stephanek 94 mukongo
"Le psg reprend son trône" un titre qui peut créer la polémique !
bah ouais le trône il est à Montpellier. Jusqu'à preuve du contraire c'est eux les champions en titre...
Jeremy Pied, quand il est blessé, il va voir un podologue?
Congré c'est ouf quand même les points qu'il a donné cette année.
Ils ont quand même mieux qu'ça en Montpel non?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
14 11