1. //
  2. // Quarts
  3. // Manchester City-PSG (1-0)

Le PSG fait chou Blanc

Pour la quatrième fois de suite, le PSG s'arrête en quarts de finale de la Ligue des champions. Face à City, le club français n'a jamais su faire la différence et s'est incliné sur le plus petit des scores. Un échec qu'il doit en (grande) partie aux choix de son entraîneur.

Modififié
3k 261

Manchester City 1-0 Paris Saint-Germain

But : De Bruyne (76e) pour Manchester City

Les notes de Manchester City

Incompréhensible. Dingue, Incohérent. Fou. Impensable. Les superlatifs ne manquent pas pour qualifier l'inexplicable choix de Laurent Blanc. Alors que son équipe joue depuis trois ans en 4-3-3, alors que ses joueurs connaissent parfaitement ce système qui leur réussit si bien, alors qu'ils se sont montrés supérieurs à leur adversaire du jour lors de la première manche, alors qu'ils avaient toutes les cartes en main pour aller gagner à City, Blanc a décidé de réduire des années de travail à néant. En optant pour un schéma que seul lui pourra justifier. Pourquoi avoir agi de la sorte, à ce moment de la saison ? Pour éviter les larmes dans les yeux de Van der Wiel, Aurier, Marquinhos ou Cavani ? Parce que Lucas a été méchant ? Non, personne n'est actuellement capable de donner les raisons d'un changement si brutal... qui a des conséquences désastreuses.

Car en jouant de la sorte pendant les 45 premières minutes de la rencontre, Paris a perdu énormément de temps et de confiance, alors qu'il devait marquer des buts. Or, il n'en a jamais eu l'occasion en première période. Et quand les hommes de la capitale se sont plus ou moins réveillés en seconde mi-temps, il était trop tard. Le club francilien, qui n'a jamais pu faire trembler les filets (enfin, si, deux fois, mais hors jeu à chaque fois), a même encaissé un pion de De Bruyne. Il est donc éliminé pour la quatrième fois de suite en quarts de finale de C1. Un terrible échec pour le PSG et son entraîneur. City, lui, se qualifie pour la première fois de son histoire en demies.

Agüero prend exemple sur Ibra


Avec cette nouvelle compo, les Parisiens ont eu du mal à trouver leurs repères. Difficile de s'adapter à un nouveau schéma tactique quand on joue le match le plus important de sa saison, à l’extérieur qui plus est, et qu'on est habitué à évoluer toujours de la même manière. City ne s’embarrasse pas de tous ces détails, puisque Pellegrini a choisi au contraire la continuité avec un onze identique à celui de l'aller. Même le catastrophique Fernando ne fait pas les frais du retour de Touré, sur le banc. Après quelques sueurs froides dans sa surface, le PSG parvient à mettre le pied sur le ballon. N'empêche que c'est le flou en attaque. En 3-5-2, Paris a un mal fou à construire quelque chose de cohérent. Même quand Ibra décroche. Di María, lui, ne trouve pas sa place.

Résultats : hormis sur coups de pied arrêtés, il n'y a aucune occasion. Alors qu'en face, Manchester peut compter sur les fusées Silva, De Bruyne et Agüero pour une fulgurance de temps en temps. Et pour provoquer des coups francs qui sèment très facilement le doute dans une défense franchement pas sûre d'elle. À l'image de cette relance totalement foirée qui profite au Kun. Trapp déséquilibre l'attaquant dans la surface, prend sa biscotte... et voit l'Argentin mettre son péno à côté. Ouf. Reste que l'équipe de Laurent Blanc frise le n'importe quoi quand Motta, blessé, cède sa place à Lucas. Le 4-3-3 est de retour... avec un milieu Marquinhos-Rabiot-Di María.

(3-5-2) + (4-4-2) / De Bruyne - Verratti = élimination


Après un nouveau coup franc dangereux de Zlatan, Paris prend le jeu à son compte, tout en craignant les contres anglais. Bah oui, en 4-3-3, ça va tout de suite (un peu) mieux. Les latéraux proposent des solutions dans les couloirs, les arrières centraux sortent les muscles. Manque plus que la création au milieu. Un objectif à la hauteur du talent de Pastore, qui entre à la place d'Aurier. Ce changement, combiné à la fatigue des 22 acteurs, bougent les choses. Le rythme est plus élevé, les initiatives plus franches, les possibilités plus concrètes. Insuffisant toutefois pour tromper Hart, impeccable sur le peu de boulot qu'il doit effectuer. Trapp, en revanche, s'incline sur l'une des premières frappes cadrées signées De Bruyne. La mission, déjà corsée, devient impossible. Zlatan marque à trois minutes du terme, mais il est signalé hors jeu. Laurent Blanc tourne continuellement sa touillette dans la bouche. Cette élimination, elle est aussi pour lui. Et il le sait.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions



    Par Florian Cadu
  • Modifié

    Dans cet article

    roberto-larcos Niveau : Ligue 2
    Note : 6
    Les grands joueurs sont presents dans les grands matchs il paraît. Zlatan chie sur la l1 et l'Europe lui chie dessus, larouetourne...


    Allez on ouvre les vannes et on parle d'Aurier, du management moisi de Blanc, de la tactique, du Z, de Cavani qui doit se demander pourquoi il est puni sur son aile et du jeu stérile du Psg...
    Note : 2
    City en demie.

    Faut que je me pince pour y croire.

    Y a rien dans cette équipe, à part Kevin De Bruyne.

    On les a planté à domicile avec Hernanes et Sturaro titulaires, sans Dybala, Khedira, Marchisio et Barzagli.

    Le Bayern/Bayern/Real va se régaler en demie.
    Note : 6
    rien à dire, le PSG est l'équipe la plus surcotée de tous les temps
    Un concentré de gros losers des familles

    MarcoVerratix Niveau : Loisir
    Note : 1
    J'ai bien aimé lolo qui nous fait une france espagne, ça sentait le desespoir. Jolie double confrontation de KDB, jamais compris comment mourinho a pu le laisser sur le banc au profit d'oscar
    Note : 13
    Dugarry:
    Par rapport à Rabiot ou Matuidi, De Bruyne a encore besoin de grandir
    Ce n'est pas le même niveau
    Jean-Kévin Niveau : DHR
    Dégouté.. hormis Rabiot, Marqui et TS, match dégueu de toute l'equipe..
    Choix tactiques pourris
    Et Di Maria, qui était censé nous faire passer un cap en C1..
    On a 2 matchs dans toute l'année à préparer, et on est même pas foutus de les gagner...
    Bon je laisse la plèbe jubiler
    Jed mosly Niveau : CFA2
    Note : 5
    T'façons le psg en champion's c'est benêt Blanc et Blanc benêt.
    Un commentaire sur De Bruyne, djadjo?

    Encore un match bidon du PSG, mais probablement pas à cause de City.

    Thiago Silva, c'est impressionnant de sérénité par contre.
    Note : 10
    que j'ai entendu des conneries sur le psg ces 2 dernières années le psg est supérieure à l'atletico à la juve on est au niveau du barca bayern real bla bla la vérité est que le psg est bien loin du top 5 aujourd'hui en europe ( bayern barca real juve atletico ) à l'avenir de la modestie merci
    Note : 1
    Ha j'oubliais, ma vanne préferée :

    La finale de la champion's est à Milan cette année. Au moins les milanais verront du foot une fois cette saison.

    C'est tout pour moi.
    Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
    Note : 14
    Quel est le gâteau préféré du PSG?


    Le Quatre-Quarts... Désolé.
    Chardee Macdennis Niveau : DHR
    Note : 6
    N'empeche Sagna on peut rien dire sur ses choix de carrieres. Le mec est titu en demi de ldc et a l'euro... et il a une meuf trop bonne. Bien ouej mec.
    L Blanc le match de trop
    Mourinho prêt à venir à Paris