1. //
  2. // Finale de la Coupe de France
  3. // Auxerre/PSG (0-1)

Le PSG entre un peu plus dans l'histoire

Alors qu'on ne donnait pas cher de la peau des Auxerrois, Puygrenier et ses coéquipiers ont longtemps embêté les champions de France avant de céder, à l'heure de jeu (1-0). Bousculés, donc, mais victorieux, les Parisiens réalisent le premier quadruplé de l'histoire du football français.

Modififié
9 107

PSG - Auxerre : 1-0

But : Cavani (65e) pour le PSG

Un quadruplé historique ne pouvait s'écrire que dans la douleur. Une si belle page de l'histoire du football français avait besoin d'un scénario haletant pour que spectateurs et supporters puissent en apprécier toute l'intensité dramatique. Et c'est seulement après 65 minutes de jeu que les Parisiens, grandissimes favoris, ont entamé le plus beau chapitre. Dans le rôle du personnage principal, Edinson Cavani, un héros humain, travaillé, avec ses défauts et ses qualités. Un besogneux, à l'inverse de son compère suédois, qui prouve que le travail acharné paye toujours. Dans son combat incessant face au « méchant » Donovan Léon, Edinson a finalement su trouver la faille. Comme tous les héros. Raillé, décrié et jeté aux oubliettes au cours de la saison, El Matador a finalement renversé la vapeur pour offrir à Paris l'une de ses plus belles histoires.

Auxerre surprenant, Paris ennuyant


Pour cette 98e finale de la Coupe de France, le Paris Saint-Germain a décidé de ne faire aucun cadeau aux Auxerrois, pensionnaires de Ligue 2. Avec son onze type, et sans Adrien Rabiot, puni pour être arrivé en retard à la convocation de vendredi après-midi, Laurent Blanc n'a pas prévu de laisser passer son quadruplé historique. Avec ses modestes armes, l'AJA aimerait bien imiter Le Havre et Guingamp, qui avait remporté la Coupe de France en évoluant en deuxième division. Et s'en donne les moyens dès le coup d'envoi. Les hommes de Jean-Luc Vannuchi prennent le contrôle du cuir, bien aidés par la suffisance des champions de France. Un peu trop sûrs de leur force, les joueurs de la capitale perdent beaucoup de ballons, beaucoup trop près de leurs buts. Au dessus pendant le premier quart d'heure, on se demande comment les Bourguignons vont pouvoir tenir le rythme pendant les 75 minutes restantes.

Si les (in)offensives de l'AJA sont légion, les incursions parisiennes dans la surface adverse sont aussi rares que les efforts d'Ibrahimović. Sur l'une des premières, Cavani, idéalement servi par Lucas, nous offre le premier raté de la soirée (16e). Petit à petit, les Parisiens reprennent le contrôle du ballon. Mais sans Pastore, suspendu, le jeu parisien manque de vie. Et puis, même quand les joueurs de Laurent Blanc se montrent dangereux, Donovan Léon fait parler un talent qu'on ne lui soupçonnait pas avec un tel blaze. En revanche, sur la frappe de Thiago Motta plein poteau (39e), Léon est loin du compte, sans doute occupé avec Mathilda. Les Bourguignons subissent de plus en plus, mais font le nécessaire pour rentrer aux vestiaires avec un 0-0 que personne n'avait vu venir. À la mi-temps, le constat est simple : le PSG est embêté par une équipe courageuse, mais trop tendre.

El Matador abat Léon


Après quinze minutes de repos, les Parisiens reviennent sur la pelouse avec de bien meilleures intentions. La possession affichée en première période reste la même, mais les phases de jeu sont bien mieux maîtrisées. Seulement, les Auxerrois semblent déterminés à embêter les champions et leurs frères jusqu'au bout. Sauf Puygrenier, qui passe tout près d'un splendide contre-son-camp (52e). Cette petite bévue exceptée, le divin chauve réalise un match correct, comme le prouve son intervention autoritaire devant Cavani (56e). Offensivement, les Bourguignons sont aussi naïfs qu'une jeune fille en boîte de nuit. Venus seulement « pour danser entre copains  » , Sammaritano et Diarra oublient qu'ils ne sont pas seuls sur la pelouse et négocient très mal les nombreux contres en deux contre deux.

Et ce qui devait arriver arriva. Après une belle phase de jeu parisienne, Van der Wiel adresse un centre parfait pour Cavani, qui place une tête surpuissante au-dessus de Donovan Léon. Le portier auxerrois dévie le ballon sur la transversale, mais ce dernier rebondit derrière la ligne de but (65e). Après plusieurs actions manquées, l'Uruguayen délivre la capitale. Cavani buteur sur un centre de Wan der Wiel, cette finale est décidément très paradoxale. Qu'importe, le Stade de France entonne le désormais mythique « Champions mon frère !  » alors que Lucas cède sa place à Lavezzi, le pompier le plus célèbre de Paris (73e). Malgré l'état d'esprit irréprochable des Auxerrois, la fin de match n'est que gestion. Jean-Luc Vannucchi peut féliciter ses hommes : ils ont tout donné. Mais ce soir, encore une fois, Paris était plus fort. Et cette saison 2014-2015 est la leur.

Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Richie Incognito Niveau : CFA2
Vraiment n'importe quoi cette finale. Scandaleux, le début de match de Paris qui s'attends à un entrainement alors qu'il en ait tout autre, au moins en terme d'engagement. Cela dit, Auxerre n'a pas jouer au foot à part peut-être Diarra et Baby. Sammaritano, il sert à rien et se prend pour un autre, et entre Ben Idir, Puygrenier qui doit pas finir le match et concéder un penalty plus qu'évident (sur un aussi beau contrôle orienter c'est scandaleux de pas siffler par psychologie) et le numero 20 Auxerrois dont j'ai oublié le nom, tellement il est mauvais, qui a passé tout le match à se rouler par terre sans jouer…

Et puis Zlatan, tellement nul c'est incroyable autant j'ai eu tort sur le Cav qui est clairement l'avant centre qu'il nous faut, mais Ibra détruit le jeu du PSG. Et Laurent Blanc qui sort Lucas et qui prouve donc une fois de plus que c'est un sans-couilles. Maxwell est fatiguant parfois à vouloir faire l'artiste alors que déjà par sa lenteur, il est vulnérable, mais son manque d'engagement parfois est aussi ridicule.

Enfin sans Flaco c'était à prévoir, surtout que Motta ne vaut plus rien. Et il pénalise un mec comme Lucas en ne lui apportant aucun soutien. Lucas ne peut que jouer avec son arrière latéral et n'a pas l'aide d'un box to box comme Matuidi (très mauvais ce soir) sur le côté gauche. Cela dit normalement il provoque un pénalty mais Gauthier avait décider d'arbitrer en faveur du peuple, parce que le nombre de fautes Auxerroises banales non sifflées, ça fait peur.

Bref, Auxerre n'a eu aucune occasion mais bravo aux courageux Diarra et Baby ainsi qu'à Léon, tous méritants. Et puis les supporters qui font des Olé alors qu'il n'y a que 1-0 avec un quart d'un jouer… J'ai honte. Quand même heureux d'avoir réalisé ce triplé et marché sur la France, mais si c'est pas loin d'être la moindre des choses!
A chaque fois qu'on bat un club dans lequel a joué Basile Boli, je m'ouvre une bonne bouteille de vin.
NikkoFromLyon Niveau : CFA
Bravo au Psg.

Niveau ambiance, tribunes, fête des joueurs et spontanéité quand tu vois la différence entre l'après match en Allemagne (fantastique du début à la fin) et les mornes Wembley et le Sdf, ca fait mal au cul.
Bring back our Planus Niveau : DHR
Pas un grand spectacle mais bravo Auxerre, et bravo Paris pour avoir remporté tous les trophées nationaux. Les bordelais vous remercient pour l'Europa League
Note : 10
Pourquoi aucun live ce soir?
Putain merci à Messi d'avoir illuminé la soirée parce que le combo purge+Ambiance du SDF+France Télé...
Une petite victoire qui fait plaisir mais Auxerre aura très bien joué le coup,on ne peut que leur tirer notre chapeau!
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
À force de se faire donner du SoPSG, la rédaction a fini par feindre de s'en battre les couilles. Ok, on recommencera plus. Mais un petit live sur la finale aurait été sympa quand-même.
serguei_rachmaninov Niveau : District
A chaque fois qu'Emmanuel Petit ouvre la bouche, je me sens intelligent. Merci à lui.
J'ai trouvé que la fin du match était étrange. Paris n'avait pas l'air d'être hyper enjoué d'avoir gagné la coupe et les joueurs de l'AJA ne paraissaient pas si triste que cela d'avoir perdu le match.
Ce n'est que mon avis, mais j'avais l'impression d'être à la fin d'un match de championnat.
Au final la logique a été respectée, victoire à un but d'écart. Après une fin de saison de feu, les parisiens ont eu une baisse de motivation car le championnat (plus grosse motivation) a été gagné. Combiné à une saison éprouvante physiquement, on comprend mieux cette purge. Bravo à Auxerre qui a fait son match, sans être flamboyant mais en étant constant.
kim jung kill Niveau : CFA
Note : 6
bravo a Auxerre qui c'est bien défendu, Ruben Aguilar j'espere le voir en ligue 1 la saison prochaine. Et bien content de la réponse de lolo Blanc au journaliste de france tv qui a du bien se sentir con après
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Note : 8
Belle tribune auxerroise contrairement aux autres qui font des "Olé" à 1-0 contre une L2.

Sinon Sammaritano, c'est un mix entre Gignac et Valbuena non ? Niveau physique, pas foot hein...
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par Richie Incognito
Quand même heureux d'avoir réalisé ce triplé et marché sur la France, mais si c'est pas loin d'être la moindre des choses!


Fais pas la fine bouche. Paraît qu'on a affaire à une performance "HISTORIQUE"
Agent Graves Niveau : District
Victoire mérité et dans un fauteuil.
Auxerre n'a pas une seule réelle occasion et Paris a déroulé !

Étonnant cette équipe décrié comme jamais toute la saison par nos grands experts du foot français, nos brillants journalistes de France 2, de Canal, de RTL, de RMC etc, et qui finit par tout gagner au niveau national et qui perd finalement 2 matchs en l1, 0 en coupes !

Bravo à Paris et à l'année prochaine !
zinczinc78 Niveau : CFA
Note : 5
Mais on s'en fout du PSG...

Bordeaux est en C3 Putaiiiin. Allez les Girondins !!!!
Note : 10
Message posté par serguei_rachmaninov
A chaque fois qu'Emmanuel Petit ouvre la bouche, je me sens intelligent. Merci à lui.


Le plus ridicule, c'était ses petites hésitations concernant le nom du gardien auxerrois. Donovan Léone? Donovan Léon? Léon Donovan? Dans le doute, il alternait. Bordel, le mec ne fout rien à part commenter 3 matchs dans la saison, et même là il ne fait pas l'effort de se renseigner sur le nom des mecs sur la pelouse.
Message posté par Sidney G'Ovule


Fais pas la fine bouche. Paraît qu'on a affaire à une performance "HISTORIQUE"



Jsais pas, c'était chiant, j'ai zappé a la 30eme sur la Copa del Rey, et je dois dire que pour le but de dingue de Messi a la 21ème ca valait le coup
El Puerro Niveau : CFA2
Ils ont bien joué à la baballe les parisiens par moments. Et Auxerre s'est bien défendu.

Je trouve que Lucas a vraiment quelque chose. Si seulement ça devenait concret.

Et je crois de plus en plus qu'Ibra devrait raccrocher et qu'avec un vrai ailier gauche ça aurait été tout autre chose. Mais bon, Ibra est Ibra alors.. Sinon j'étais plié de voir que France 2 n'en revenait pas de l'avoir interviewé.
...sinon Messi à marqué un but
et Xavi gagné son 24ème trophée
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Note : 1
Zlatan a été nocif pour sa propre équipe ce soir, je l'ai jamais vu aussi nul.
Paris aurait mieux fait de jouer a 10 vraiment.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
9 107