1. //
  2. //
  3. // PSG-SCO Angers

Le PSG doit-il se préparer à une fin de cycle ?

Il marche sur l'eau en championnat, se prend à rêver d'un exploit en Ligue des champions et d'un nouveau triplé sur la scène nationale... S'il n'a jamais dégagé autant de maîtrise, le PSG n'en approche pas moins d'une période charnière et dangereuse : avec les départs probables d'Ibrahimović, Maxwell ou encore Lavezzi d'ici juin, le club de la capitale va devoir se reconstruire. Or, quand on vise les sommets, la marge d'erreur est infime.

Modififié
455 77
Depuis le début de la saison, les statistiques du PSG sont affolantes : 51 points à l'issue de la phase aller du championnat, et donc le record du Grand Lyon de 2006-2007 battu, meilleur attaque (50 buts) et meilleure défense (9 buts), avec la possibilité de s'imposer dans toutes les compétitions. Depuis son nul à Angers le 1er décembre, le groupe de Laurent Blanc a enquillé huit victoires, et treize matchs sans défaite depuis le 3 novembre. Ce soir-là, c'est une boulette de Kevin Trapp qui a ruiné les efforts parisiens, lors d'un match face au Real Madrid que Paris semblait en mesure de remporter. Autant dire que ce PSG 2015-2016 apparaît comme une machine à gagner avec sa mécanique bien huilée : un collectif qui fonctionne et des joueurs cadres au top. Quand ils sont blessés, des remplaçants tout aussi efficaces comme Layvin Kurzawa ou Adrien Rabiot prennent le relais. Janvier n'est même pas terminé que l'on peut déjà assurer que les Parisiens ont plié la Ligue 1 avec leur vingt points d'avance sur Angers, leur dauphin surprise. On pourrait tenter d'atténuer le trait en disant que les autres cadors comme Marseille, Lyon ou Monaco ont facilité le travail du PSG avec leur méforme chronique, ce serait oublier que cette équipe-là a déjà fait le triplé l'an passé et pourrait le rééditer d'ici fin mai. Le club parisien touche la perfection du doigt, avec pour seule vraie interrogation sa capacité à passer un cap en Ligue des champions à partir du mois de février. Mais alors qu'il semble arriver à son zénith, ce projet parisien de QSI voit aussi s'approcher l'ombre d'une fin de cycle évidente. Avec les risques que cela comporte.

Bye-bye Ibra, Maxwell, Lavezzi et Douchez ?


Présente à Paris depuis l'été 2011, la direction qatarie avait passé la vitesse supérieure un an plus tard en recrutant Zlatan Ibrahimović, Thiago Silva, Ezequiel Lavezzi ou encore Marco Verratti. Des membres clés de la première génération QSI, six joueurs pourraient partir à la fin du présent exercice, voire avant. Salvatore Sirigu, gardien indiscutable entre 2011 et 2015, aujourd'hui dans l'ombre de Kevin Trapp, cherche un club qui pourrait lui donner le temps de jeu nécessaire afin d'aller à l'Euro. Quant à Ibra, Maxwell, Lavezzi, Van der Wiel ou encore Nicolas Douchez, un joueur important du vestiaire parisien, ils sont tous en fin de contrat en juin. Pour chacun d'eux, la tendance forte aujourd'hui est à un départ de Paris, ce qui implique plusieurs problématiques à régler pour le board du PSG : trouver une nouvelle tête de gondole pour incarner le projet aussi bien que ne le fait aujourd'hui Ibrahimović, remplacer sportivement les autres partants comme Maxwell ou Lavezzi, et maintenir l'état d'esprit actuel avec des recrues aussi exemplaires que les partants. Tout en réussissant à trouver l'équilibre entre le pedigree des recrues et leur capacité à ne pas faire de l'ombre aux futurs « anciens » comme Thiago Motta, Marco Verratti, Thiago Silva ou Edinson Cavani. En clair, instaurer un second souffle dans un groupe qui, paradoxalement, marche sur l'eau.

La fin de la première génération QSI ?


La difficulté est d'autant plus grande pour la direction parisienne qu'elle doit préparer l'avenir en mettant l'équipe actuelle dans les meilleures conditions pour ce qui s'apparente à un baroud d'honneur. Sur le site officiel du club, Zlatan Ibrahimović a d'ailleurs souligné que la saison du PSG ne débutait vraiment que maintenant : « Je pense que nous avons réalisé des choses fantastiques, mais les choses sérieuses commencent maintenant. Il faudra être plus que magiques. J’espère que l’on va continuer dans le même état d’esprit. » En clair, s'il serait valorisant de renouveler le triplé national de l'an passé, cette génération parisienne sera jugée sur son parcours en C1. Et pour marquer l'histoire un peu plus, le Suédois et sa bande n'ont d'autre choix que de repousser la barre un peu plus haut en Ligue des champions. En éliminant Chelsea tout d'abord - ce qui n'est pas encore acquis, car il n'y a pas plus dangereux qu'une bête blessée -, mais aussi en réussissant un exploit face au Bayern Munich ou au FC Barcelone, les deux références continentales à l'heure qu'il est. Une fin précoce en Champions serait donc aussi une petite mort pour ce premier cycle QSI à Paris.

Qui sera le prochain Zlatan Ibrahimović ?


Et après ? À moins que la direction qatarie ne cède à la tentation de prolonger d'un an son Suédois et quelques-uns de ses coéquipiers, le PSG va devoir reprendre d'une page à moitié blanche l'été prochain. Dans une interview au Figaro, Nasser El Khelaifi avait sous-entendu que l'heure était au changement en répondant à une question sur une éventuelle prolongation de Zlatan : « Nous n’oublierons jamais ce qu’il a fait pour le PSG. Les fans ne l’oublieront jamais. » Même s'il n'a pas fermé la porte à une extension de bail, le fait qu'il parle au passé est lourd de signification. Paris plancherait d'ailleurs dès aujourd'hui sur le profil du remplaçant, un élément qui doit être fort tant sportivement que médiatiquement. Ce qui réduit la marge de manœuvre malgré la puissance financière parisienne. Ces pertes qualitatives pourraient tout autant être une opportunité pour le club de la capitale de réorienter son projet. Par exemple en le francisant - la piste Antoine Griezmann a été évoquée et ne manque pas d'allure - ou en faisant un peu de place pour les purs produits du club comme Rabiot, Augustin ou Kimpembé. Au vu de la domination outrageuse sur la scène nationale, le PSG peut au moins installer quelques jeunes dans la rotation de son effectif. Une chose est certaine, alors que Paris n'a jamais semblé aussi fort, son équilibre n'a lui jamais été aussi fragile. D'où l'hypothèse d'une reconversion de Maxwell comparable à celle de Zoumana Camara, ou la déclaration d'intention pour une prolongation de Laurent Blanc afin d'assurer un minimum de stabilité. Pour continuer à rêver plus grand, le PSG devra prendre les bonnes décisions à la prochaine intersaison.

Par Nicolas Jucha
Modifié

Dans cet article

JalovesbigTits Niveau : Ballon d'or
Ouais ben les équipes qui possèdent des joueurs en fin de cycle gagnent souvent un titre majeur à la fin de la saison, regardez les effectifs de l'Inter en 2010, de Chelsea en 2012!
Note : 1
On va pas se mentir la vraie difficulté c'est le départ d'Ibra. Qui se dira en juin "merde, on perd Pocho et Douchez" alors que le premier est catastrophique à chaque fois qu'il joue cette année et le second ne joue même pas. Ok ce sont des cadres du vestiaire mais ça devrait aller.

VdW dépanne bien quand Aurier peut pas jouer et est plutôt régulier sans être fantastique. Marqui peut faire l'interim à droite en cas de pénurie mais oui il va falloir plancher sur un latéral droit cet été. L'idée de prolonger Maxwell d'un an d'ailleurs serait excellente pour faire un meilleur passage de flambeau avec Kurzawa l'an prochain et éviter de recruter un latéral droit ET un gauche sur le même mercato. Petit casse tête mais rien d'insurmontable.

Le seul vrai problème c'est remplacer le mec qui a finalement été le plus régulier depuis 2012, meilleur buteur de l'histoire du club etc. Mais aussi gérer les égos qui commencent à naitre chez Pastore et Marqui qui en ont marre de pas assez jouer, parce que les perdre eux ça serait tout aussi terrible.
Message posté par JalovesbigTits
Ouais ben les équipes qui possèdent des joueurs en fin de cycle gagnent souvent un titre majeur à la fin de la saison, regardez les effectifs de l'Inter en 2010, de Chelsea en 2012!


L'inter de 2010 c'était du 100% Mourinho (je sous-entend que n'importe quel autre entraineur ne l'aurait pas fait). Et le Chelsea de 2012, c'était la motivation des joueurs, et le leadership de Lampard et le Grand Mata de 2012. Et que la vraie finale n'était pas celle contre Munich, mais plus la double confrontation contre Barcelone en demie.
paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
Note : 1
Et si y'en a encore qui n'ont pas compris, je reposterai une quatrième fois s'il le faut...
Message posté par innerself
Médiatiquement, aucun des meilleurs attaquants du monde ne pourra remplacer Ibrahimovic. Mais est-ce que c'est nécessaire finalement ? C'est pas plus la volonté de ne pas changer les habitudes qu'autre chose ?
Citez-moi un attaquant charismatique dans les meilleurs clubs européens. Y en a pas un seul à part lui.
S'il y a de meilleurs résultats en ligue des champions, l'attention médiatique viendra d'elle-même. Par contre je vois vraiment pas Griezmann au PSG, ça colle vraiment pas niveau état d'esprit.


Diego Costa est une sale raclure, mais il est charismatique et fait parler... Médiatiquement c'est un atout. Après faut aimer la mauvaise pub... Mais il parait que la mauvaise pub n'existe pas...
Note : 1
Message posté par brendao
@georges: Je suis partisan de Liverpool, un vrai club historique respectable. Certes c'est pas facile tous les jours mais au moins ca provoque des émotions. Plutôt crever que de supporter Chelsea.


J'suis également supporter de Liverpool... Et pour notre intégrité, je serai d'avis que tu arrête de communiquer... Tailler le PSG sur ses transferts pour ensuite dire que "nous sommes un club respectable "nous"... C'est absolument insensé...
Te t'es intéressé à notre gestion catastrophique en matière de transfert depuis quelques années...???

nous aussi ont a du pognon... et y a pas de mal a ça... mais on le gère beaucoup plus mal que les parisiens...
"Plutôt crever que de supporter Chelsea."

Pourtant c'est bien eux que tu vas supporter en 8ém de final si on en croit ton post précédent.

J'ai du mal à comprendre pourquoi un supporter de Liverpool aurait une telle haine vis à vis du PSG. Hum il y avoir une autre raison tu ne crois pas ?
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Note : 1
Conclusion :pour succéder à Ibrahimovic sur le front de l'attaque, le PSG aurait tout intérêt à aligner UN MILLIARD d'€ sur MONSIEUR LASSANA DIARRA.
Message posté par paul.la.poulpe
Et si y'en a encore qui n'ont pas compris, je reposterai une quatrième fois s'il le faut...


Merci

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
455 77