En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 32e de finale
  3. // Brest/PSG (2-5)

Le PSG coule Brest

Après deux reports, le match a finalement eu lieu. Et le PSG a déroulé sans forcer pour s'imposer 5-2. Les hommes de Laurent Blanc verront les 16èmes de finale de la Coupe de France. Pas une grande surprise.

Modififié

Brest - PSG
(2-5)
B. Lesoimier (33'), J. Ayité (89') pour Brest , Ibrahimovic (10'), T. Motta (15'), Ibrahimovic (39'), Ibrahimovic (42'), E. Lavezzi (46') pour Paris S-G.

Un match de Coupe raconte toujours la même histoire. Lorsqu'une équipe de niveau inférieur se retrouve face à un cador de la Ligue 1, tous les arguments, du plus rationnel : « Il faudra tenir la première demi-heure et après on verra » , au plus romantique : « On espère que la magie de la coupe nous aidera » , en passant par le plus classique et redondant : « Sur 90 minutes, tout est possible, ils ont deux jambes et deux bras, comme nous » , sont bons pour y croire. Y croire. Une lubie qui se confronte bien vite au principe de réalité. Ce soir, les Brestois y ont cru. Une petite dizaine de minutes, le temps pour Zlatan d'accélérer un coup et de leur rappeler la sinistre vérité : il n'y a pas une division d'écart entre les deux équipes, il y en a trois ou quatre. Peu importe. En gestionnaire et sans forcer, le PSG a rangé les deux reports au rang d'anecdote.

Tonnerre de Brest

La première action du match a tout d'un symbole. Aux 25 mètres, Ayité s'élance et tente sa chance. Thiago Silva, à dix mètres, stoppe la frappe et la contrôle comme une vulgaire passe. Pour relancer ensuite. Un monde d'écart entre les deux équipes, déjà. Une impression dégagée qui se confirme dix minutes plus tard. Alors que le début de match parisien est hésitant, Zlatan prend les choses en main. Il décroche et lance un une-deux à trente mètres du but adverse avec Maxwell côté gauche. Sur le centre en retrait du Brésilien, à l'entrée de la surface, le Z exécute Hartock d'une reprise kung fu de l'extérieur. Les Brestois ont beau avoir fait une belle entame, la dure réalité leur explose déjà en pleine face. Quelques minutes plus tard, encore côté gauche, Matuidi, lancé par Lavezzi, centre en retrait pour Thiago Motta qui double la mise en glissant.

Le premier quart d'heure vient de passer et le score affiche déjà 2-0. La soirée s'annonce longue pour les Bretons. Et tant pis pour Christophe Miossec. La frappe de Pérez à l'entrée de la surface, de peu à côté, a le mérite d'exister. Mais c'est à peu près tout. Le PSG se repose après avoir joué deux minutes tandis que les hommes d'Alex Dupont perdent trop vite la balle quand ils l'ont. Mais à trop gérer, les Parisiens s'endorment. Après un gros cafouillage dans la surface, Lesoimier réduit le score d'une jolie frappe pleine lucarne. Le temps pour Zlatan de s'énerver une seconde fois. A la retombée d'un coup franc de Thiago Motta, il redonne au score une allure qui lui convient davantage. 3-1. Puis 4-1, quelques minutes plus tard. Après une perte de balle de Pérez au milieu, Cavani sert Ibrahimovic en profondeur qui trompe Hartock une nouvelle fois. La magie de la Coupe de la France a bon dos, les Brestois sont KO debout.

Que dit l'autopsie ?

La deuxième période a démarré depuis 25 secondes et Lavezzi, servi par Ibrahimovic marque déjà. Puisque l'humiliation ne se cache plus, Alex Dupont fait tourner. Cavani, lui, place une tête sur le poteau. Le pire, c'est qu'il reste encore quarante minutes à jouer. Le PSG déroule et s'entraîne bien avant de retrouver le championnat ce week-end à Ajaccio. Laurent Blanc sort Ibrahimovic et Motta à l'heure de jeu. L'opposition perd en intensité et en intérêt. Pastore sert une merveille pour Cavani qui loupe encore le cadre à bout portant. Sous la pluie, le Stade Francis-Le Blé s'offre un dernier frisson lorsque Ayité réduit le score à la fin du temps réglementaire. Finalement, le plus triste dans cette histoire, c'est que Bernard Mendy n'est même pas rentré en jeu.

Par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 6
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 23 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7