En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // France – Coupe de la Ligue – Finale – PSG/Lyon (2-1)

Le PSG a sa coupe au bol

Ce sera donc un doublé ! Bientôt champions de France, les joueurs du Paris Saint-Germain ramassent la Coupe de la Ligue au terme d'un drôle de match. D'abord dominateurs, les hommes de Laurent Blanc ont tremblé en seconde période après la réduction du score d'Alexandre Lacazette. Une partie agréable qui n'effacera pas le spectacle ringard tenté avant la rencontre.

Modififié

PSG - Lyon
(2-1)
E. Cavani (2'), E. Cavani (32') pour PSG , A. Lacazette (53') pour Lyon.


Des ballons gonflables, des filles qui dansent, un drôle de type avec des lunettes rondes et une moustache. Ce n'est pas le Moulin rouge, mais le Stade de France, accessoirement le plus gros repaire de ringards que vous pourrez trouver ce samedi soir en France et peut-être dans le monde. Et parce que cet insoutenable spectacle avait besoin d'un climax, un hélicoptère du RAID pointe le bout de son nez dans le ciel de Saint-Denis. Trois types descendent de l'engin à l'aide d'une corde et débarquent sur la pelouse. L'un d'eux sort le ballon du match d'un sac à dos, tandis que l'autre dégaine le trophée. Un trophée qui, quatre-vingt-dix minutes plus tard, appartient au Paris Saint-Germain, vainqueur 2 à 1 de l'Olympique lyonnais. Des Rhodaniens auteurs d'une belle fin de match et qui pourront toujours demander la corde du RAID pour se pendre. Ou pour attacher Stéphane Lannoy à une chaise.

L'arbitre à Lannoy

Ce soir, comme à chaque fois lors des récentes finales de la Coupe de la Ligue, l'arbitre de la rencontre est équipé d'un micro. Stéphane Lannoy, comme la poupée chère à Polnareff ou comme Super Nanny, c'est selon, passe son début de soirée à dire « non  » , avec des gros yeux. Non à Marco Verratti, champion incontesté du carton jaune débile. Ou non à Bafétimbi Gomis, qui râle logiquement alors que l'homme en jaune siffle une faute peu évidente de Malbranque sur Thiago Silva pendant qu'Alexandre Lacazette partait seul en contre. Rapidement mis sous pression par les vingt-deux acteurs, Lannoy pensait pourtant passer une soirée tranquille. Quelques minutes après le coup d'envoi, Maxwell prend son couloir, sert Lavezzi qui lui redonne la balle d'une talonnade magnifique et se faufile dans la surface lyonnaise. Sorti à juste titre, mais surtout à contretemps, Anthony Lopes se fait lober par le Brésilien et Cavani termine le travail dans le but vide. Archi-motivé après sa contre-performance de Londres, l'Uruguayen ne s'arrête pas là. Seul à l'entrée de la surface après un dégagement de la tête de Biševac, l'ancien du Napoli envoie une merveille de reprise de volée du gauche que Lopes détourne. Homme de la première mi-temps, le troisième gardien du Portugal se fend d'une sortie hybride, entre le Yamakasi et Tarzan, et est devancé par Lucas. Auteur d'un drôle de contrôle de l'arrière du crâne, le Brésilien s'écroule. Peu évident, le contact se termine avant la surface de réparation. Un pénalty pour Stéphane Lannoy. Une aubaine pour Cavani qui s'offre un doublé.

Lacazette, ce diable

Quid des Lyonnais ? Un départ en fanfare avec une frappe totalement loupée de Gomis dès les premières seconde de jeu. Une autre tentative dans le petit filet extérieur du même Bafé, bien servi par Lacazette. Meilleur lyonnais ce soir et candidat logique à un ticket pour le Brésil, Alexandre Lacazette profite d'une relance loupée de Thiago Silva pour récupérer le ballon aux trentre mètres et allumer le T-Max. Impossible à rattraper pour Jallet puis Alex, le Gone déclenche une frappe croisée du droit qui laisse Douchez impuissant. À 2-1, des Parisiens fébriles commencent à céder le ballon aux Lyonnais. Un scénario très Stamford Bridge qui ne plaît pas à Laurent Blanc. Cabaye et Pastore remplacent alors Verratti et Lavezzi. À dix minutes du terme, Fekir, fraîchement entré en jeu, est parfaitement lancé dans la surface par Lacazette, mais le jeune Rhodanien foire son contrôle. C'était la dernière munition de l'Olympique lyonnais avant une ultime banderille de Ménez. Loupée. Défaits, les Rhodaniens ont été quand même beaucoup plus séduisants que le RAID ce samedi soir.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:44 414€ à gagner avec Barça & Bayern Hier à 12:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
Hier à 12:46 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:45 Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 16 Hier à 08:00 Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 10 dimanche 18 février Tony Chapron est en arrêt maladie 47 dimanche 18 février Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 25 dimanche 18 février Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 9
À lire ensuite
Cavani fait une Brandao