Le projet Ben Yedder

Il y a deux ans, le TFC a recruté un jeune international de futsal venu tout droit d'Alfortville. De CFA. Aujourd'hui sélectionné chez les espoirs d'Erick Mombaerts, Wissam Ben Yedder est son attaquant le plus efficace.

Modififié
27 14
Le TFC attendait beaucoup d'Emmanuel Rivière. Après une saison de blessures, de promesses, à se chercher sur le front de l'attaque toulousaine, il devait cette année être cette pointe tant attendue depuis le départ d'André-Pierre Gignac. Mais en prêtant Umut Bulut à Galatasaray, Alain Casanova avait également une autre idée en tête. Il entendait mener à bien un projet entamé deux ans plus tôt, le projet Wissam Ben Yedder. Venu avec l'étiquette d'international français de futsal, donc, autant le dire, de bonnes blagues potentielles pour un club pas toujours très heureux sur le marché des transferts, il a aujourd'hui quitté le statut de boutade. Casanova l'a couvé, protégé, fait bosser. Après un an et demi à se préparer dans l'antichambre de la Ligue 1, il cartonne. Derrière Zlatan et avec Gignac, il est le meilleur buteur français de Ligue 1.

Le moins attendu

« Quand il est arrivé, on savait qu'il avait du talent sur le plan technique et de la finition. Il a mis un an et demi à se mettre au niveau du monde professionnel. Il arrivait d'un club amateur. Mais pendant ce temps, il a continué à être très performant avec la réserve en marquant beaucoup de buts et en délivrant des passes décisives » , raconte Alain Casanova. Wissam Ben Yedder signe en avril 2010 à Toulouse, alors milieu offensif en CFA 2 à Alfortville et membre de l'équipe de France de futsal. Quelques apparitions en fin de saison dernière, au poste de pointe ou de deuxième attaquant, un but malin contre Évian et le projet Ben Yedder prend de l'épaisseur. Aux avant-postes, Rivière vendange, Umut Bulut rame, et Ben Yedder, le moins attendu, rentabilise. « Depuis le mois de janvier, il est monté en puissance. Il montre énormément de qualités au niveau de sa dernière passe et dans sa finition. À partir du moment où on est une des équipes qui marquent le moins, on a dû en tenir compte » , avoue, honnête, l'entraîneur toulousain. Rivière prend la profondeur sans réussir ses duels face au gardien, Umut Bulut n'a pas la technique pour exister seul dans une surface ; Ben Yedder, lui, sait tout faire. « C'est pour ça qu'avec le président, on a pensé qu'un des attaquants pouvait partir et qu'il allait être remplacé par Ben Yedder, qui mérite d'avoir sa chance » , ajoute-t-il.

Joueur futsal, joueur technique

À côté des terrains de Seine-Saint-Denis, le natif de Sarcelles s'est construit dans les gymnases, sur les terrains de futsal. Techniquement assez fin, capable d'évoluer dans l'axe, en pointe ou derrière l'attaquant, à droite, à gauche, adapté et adaptable, il démultiplie les possibilités d'une équipe trop peu créative dans les trente derniers mètres. « C'est un attaquant axial totalement atypique. Dans notre système, jusqu'à maintenant, on a toujours eu des attaquants de rupture, capables d'étirer les lignes, d'appeler dans le dos des défenses. Là, Wissam est différent. Il est capable d'être un joueur de plus à l'intérieur, il est très disponible dans le jeu et est efficace en très peu d'occasions » , précise Casanova. Il l'a déjà montré cette année. Contre Montpellier en ouverture, il égalise de la tête. Contre Saint-Étienne, lancé en profondeur, il double la mise d'une superbe frappe et ponctue une action de 80 mètres. Contre Reims, il égalise en fin de match avec une reprise de demi-volée placée sous la barre. Oui, le TFC doit beaucoup à Ben Yedder durant ce mois d'août. Désormais demandé par la sélection tunisienne, il se sait également courtisé chez les Bleus. Erick Mombaerts ne s'en cache pas : « Il a montré des choses intéressantes dans un registre créatif et dans le jeu en mouvement. Dans mon esprit, je le considère comme un attaquant de soutien. » Sélectionné pour le match contre la Slovaquie, il savoure et ne se fixe aucune limite. Pas même la barre des 20 buts que Casanova, d'habitude plus modéré, a osé évoquer. Le projet Ben Yedder n'en est qu'à ses balbutiements.

Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Quelqu'un peut m'expliquer ce qu'est une "demi-reprise"?
Note : 2
Sympathique article sur une personne proscrit a la base du monde professionel en etant amateur en CFA2 mais par qui le futsal l'a emmener a un destin rêver . En générale c'est plutot l'inverse ce sont d'ancien pro qui termine en CFA CFA2 ..
Pour l'anecdote en Argentine les gamins commencent au futsal jusqu'a 10 ans environ et ne font que quelques entrainements sur pelouse d'ou le faite du jeu en semelle .
Il me semble que au Brésil c'est pareil , de ce fait les gamins ayant eu ce cursus sont naturellement technique !
d'ailleurs le futsal vient d'Amérique du Sud ..
Une reprise de volée c'est quand tu frappes la balle avant qu'elle ne touche le sol.

Une demie-reprise c'est quand la balle rebondit et tu la tapes lorsqu'elle est en l'air après le rebond il me semble...

comme la frappe d'ibrahimovic qui tape le poteau contre lorient
je suppose que c'est quand le ballon st proche du sol...
Sinon parcours intéressant de ce jeune joueur à suivre !
Ouais, ou une demie-volée quoi.
Alors les gars, apparemment vous avez fait vos classes avec le journaliste qui a écrit l'article. Ce n'est pas une "demi-reprise", mais une reprise de demi volée, c'est à dire après un rebond de la balle.

Ma naïveté était feinte, des fois ça mord.

Sinon l'article est plutôt bon, et le joueur intéressant. Le futsal est une excellente école technique, mais ce n'est pas forcément facile de passer sur la pelouse derrière... pas les mêmes appuis, pas le même toucher, pas les mêmes espaces... Ben Yedder a du mérite.
La même histoire que El-Arabi si je ne m'abuse... Espérons juste qu'il ne parte pas dans les pays du Golfe au bout d'une seule bonne saison de L1 !
5redondo5 Niveau : DHR
on dit "on n'a pas de pétrole, mais on a des idées...."
Et bien les recruteurs, au lieu de recruter un joueur sur dvd, devraient mieux arpenter les routes de France pour dénicher les talents cachés. Ils le font surement, mais pas assez bien je pense. Autant développer sa cellule de recrutement que de crever le budget chaque année avec des flops...
corinthians Niveau : DHR
So foot aime se différencier en employant des termes qui du coup ne sont pas tres appropriés : Une reprise et sa nuance la demi reprise .... C'est en fait la volée ou sa nuance la demi volée (frappe avant ou après le rebond au sol, ou même après un contrôle destiné à une reprise ... Cf : le grand Ginola ..)
La faute a été corrigée. Point barre.
saucissonbière Niveau : CFA2
Tout à fait d'accord avec toi 5redondo5.

Des mecs comme Ribéry (repéré par Jean Fernandez), Valbuena, ou Corgnet n'attendent que ça: passer au niveau supérieur.

Pour peu que les clubs développent leurs cellules de recrutement, les bonnes affaires sont là. Je ne dis pas que le futur Papin joue en national, mais il est possible de dénicher quelques talents.
Ajoutons (quand même) que Wissam a fait ses gammes au sein du FCM Garges, (Garges-lès-Gonesse, Val d'Oise), la ville où il a grandi. Il y a joué depuis tout petit (autour de 9 ans) jusqu'à l'âge de 17 ans environ... C'est seulement après qu'il rejoint Alfortville et la CFA, en même temps le futsal et le club (gargeois) évoluant en championnat de France de Djibson.
"A coté des terrains de Seine-Saint-Denis".
S'il jouait à Alfortville, c'était plutôt ceux du Val-de-Marne.
D'ailleurs, le club d'Alfortville n'était pas un temps un espece de club-test géré par Internet avec un systeme de socios ?
Si certains peuvent m'éclairer sur ce qu'il est advenu de l'expérience

PS : espérons pour Ben Yedder qu'il ne soit pas un El-Arabi bis
Enfait il a réelement été decouvert lors d'un tournois dans un urban foot a bobigny , l'homme qui l'a remarqué a fait en sorte de le faire jouer a alfortville puis en CFA .
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Abou Diaby, ce phénix
27 14