1. //
  2. // Les 23 exclus

Le Président dissout l'assemblée !

Coup de tonnerre ! Le très gaullien Laurent Blanc a choisi la dissolution présidentielle pour asseoir son autorité. Pour le Norvège-France du 11 août prochain, il ne retiendra aucun des 23 Bleus présents en Afrique du Sud. Explications...

Modififié
0 2
Evidemment, l'idéal aurait été de marquer au fer rouge le front des 23 salopards avec le mot infâmant « mutin » imprimé dans la chair, dans la douleur et les cris. Voir filmer les 23 Bleus demander pardon un par un avant de se faire griller le front en prime time au 20 heures de TF1, c'était l'espoir secret du peuple de France...Voir Diaby ou Réveillère et tous les autres avec la marque de la trahison sur le visage, voilà qui les aurait éternellement stigmatisé ! Comme ça, à vie... Des crachats chez le boulanger, des insultes à la station-service, des coups de canne des vieux dans la rue et la dernière place à faire la queue dans les aéroports ! Pour bien leur faire expier leur péché de lèse-francitude...On les aurait aussi promenés dans le même car de Knysna (le même !) de centres de formation en centres de formation pour bien édifier la jeunesse de France. Comme ça, plus jamais de grève dans le bus ! De par la volonté de Laurent Blanc, le foot français avait l'occasion unique de devenir enfin une dictature molle, la panacée pour reprendre en main la sélection nationale. Au lieu de ça, elle a choisi d'être une démocratie forte. Beurk !... Finalement, la sanction est juste un peu sévère. Alors que la France entière avait baissé le pouce et exigeait tout au moins le pilori pour les 23 pendant une semaine sous les tours de Notre-Dame...

C'était pas mieux avant...

Bon, déjà rappeler que les 23 Bleus ont été sanctionnés au portefeuille. Les joueurs et le staff devaient se partager 5 millions d'euros de droits image-sponsoring. Même éliminés au premier tour, les 23 sélectionnés devaient percevoir 165 000 € chacun. On se souvient que Patrice Evra avait annoncé que lui et ses collègues (ses complices ?) avaient renoncé à ces primes scandaleuses. Heureusement. C'était bien le minimum quand le nombre de chômeurs en France ne cesse de croître. Sinon, quoi ? Etait-ce mieux avant, lorsqu'il fallait sanctionner des Bleus qui avaient manqué à leurs devoirs de respect envers l'équipe de France ? Sans remonter dans les détails aux cas de Marcel Loncle puis Raymond Kopa en 1963 et Serge Chiesa en 1972, attardons-nous sur trois autres salopards encore vivants, hélas...

En août 88, l'immonde Eric Cantona traite le sélectionneur Henri Michel de «  sac à merde » because il n'a pas été convoqué pour un match amical contre la Tchécocovaquie. Sanction : suspendu un an de l'équipe de France. Il ne sera rappelé qu'en 1990 par Platini. L'infâme Lionel Charbonnier était la doublure de Barthez pour un match contre la Russie en octobre 98, mais Fabien se blesse et Roger Lemerre appelle Lama comme titulaire. Charbonnier se casse du stage des Bleus illico. Sanction : suspendu deux matchs. Il ne sera plus jamais convoqué chez les Bleus. Enfin, en novembre 2002 l'affreux Anelka est appelé par Santini pour palier l'absence du titulaire Govou contre la Yougogo. Niko-le-félon décline la sélection because l'Atroce refuse, soi-disant, de jouer les bouche-trous. Sanction : suspendu deux petits matchs par la FFF... Comme on le voit, ce n'était pas mieux avant parce que l'usage du fer rouge appliqué sur le front des traîtres n'était pas non plus prévu par les textes...

Quelles sanctions, nom de Dieu ?

Après l'accident d'autocar, l'élimination humiliante et le retour honteux, la nécessité de sanctionner est vite apparue indispensable. Même les joueurs y étaient favorables, prêts à subir les foudres du juste courroux d'un peuple bafoué (voir les interviews de Toulalan et de Lloris). Le débat dans les instances a fluctué entre plusieurs suggestions. Amendes « financières » , d'abord : abandonné, because la prime de coupe du monde avait déjà été sucrée. Il a été aussi vaguement question que les meneurs soient virés à vie de l'équipe de France (Abidal, Ribéry, Gallas, Evra, etc.) Problème : interview après interview (Gallas, Malouda, Henry mais aussi Lloris ou Toulalan), l'idée globale que « tout le groupe » était unanime pour faire la grève a plombé la chasse restreinte aux sorcières. Vraie ou fausse, la thèse générale que tout le monde était d'accord relativise la responsabilité des meneurs qui se voient ainsi aussi incriminés que les autres. Reste le cas Anelka, spécial vu qu'il est à la base de l'implosion des Bleus en Afsud. On attend les sanctions spécifiques qui devraient s'abattre sur lui pour « insultes » . Petit détail : Lolo Blanc ne lui a pas fermé la porte, comme on a pu s'en rendre compte lors de son discours d'intronisation à la FF en tant que sélectionneur...


[page]
Sinon, il y a le coup d'éclat de Thuram et ses terribles réquisitoires. Bannissement à vie du capitaine Evra exigé : peu de chances que ça aboutisse. Pour le reste de la bande, les 22 cafards, Bloody Lilian avait réclamé qu'ils soient «  lourdement sanctionnés » ! « S'il n'y a pas de sanctions, je partirai » , avait-il menacé. Problème : la « sanction » choisie par Lolo Blanc est-elle suffisamment « lourde » pour Thuram ? Pas vraiment... Du coup, Lilian devrait logiquement en tirer les conséquences et quitter le Conseil Fédéral, non ? Petit détail : Lilian était absent hier lors de la réunion très importante du Conseil (qui a nommé également Duchaussoy président intérimaire de la FFF). Un peu gênant... Ou bien savait-il que les jeux étaient faits et que Blanc n'irait pas trop loin dans la sévérité ?... En tous cas, accroc de taille chez les anciens de France 98.


Lolo Blanc ou la Clémence d'Auguste

En fait, pour bien comprendre l'état d'esprit de Laurent Blanc, il faut se souvenir de son discours d'intronisation du 6 juillet dernier. Derrière la volonté sincère de marquer son territoire et d'imposer son autorité, son sens du réalisme avait prévalu. Derrière la formule « je ne serai pas le Père Fouettard » et l'évocation du cas d'Anelka (qu'il ne bannissait pas du tout pour l'avenir), on a compris que pour réussir sa future mission, le nouveau coach des Bleus aurait tout simplement besoin de tout le monde... mutins compris ! Il suffit de lire l'interview de son pote Didier Deschamps dans l'Equipe d'aujourd'hui (il n'accable pas Anelka et avance la présomption d'innocence de Benz et Ch'ti Franck) pour voir se dessiner les contours de la real politic de Blanc. Le Président ne pouvait se permettre de taper trop fort, d'affaiblir encore plus un groupe déjà pas mal cabossé. D'ailleurs, il a sommé la commission d'enquête diligentée par la FFF (afin de définir les responsabilités sur les événements de Knysna) de terminer son boulot fissa et de rendre ses conclusions pour le 5 août, et non pas vers la fin août comme prévu... Sanctions ou pas, on verra bien, Lolo Blanc veut aller vite et se mettre à bosser.

Du coup, la sanction d'exclure les 23 de l'Afsud (sauf Ruffier, on le précise) juste pour le match amical s'apparente à une forme de clémence d'Auguste (le vieil empereur romain avait épargné le jeune Cinna qui complotait contre lui et voulait attenter à sa vie – cf. Cinna, pièce de Corneilles). Histoire de marquer le coup... Un coup pas bien méchant vu que les matchs amicaux n'emballent jamais vraiment les pros. Qui plus est, le 11 août, la plupart des internationaux n'auront pas encore repris la compétition, ou à peine... Ajoutons que même si parmi les nouveaux sélectionnés retenus par Lolo Blanc à Oslo, un ou plusieurs joueurs « cassent la baraque » contre la Norvège, le gros des 23 mutins retrouvera sa place sans problème en équipe de France. C'est plus sur la durée que Blanc va sans doute apporter des modifications plus sérieuses dans le groupa habituel des 23 Bleus de l'époque Domenech. Entre les candidats naturels qui postulent déjà pour jouer la Norvège (Rami, Chalmé, Trémoulinas, Gameiro, Debuchy, etc.) et les revenants probables (Mexès, Nasri, Fanni, etc.), le Président garde un œil acéré sur les Espoirs et les très emballant moins de 19, actuellement en lice en championnat d'Europe.

Voilà. On aurait préféré le marquage au fer rouge, mais Lolo a préféré le marquage au fer Blanc.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Y'a pas d'S à Corneille ;)
L'Equipe de France de football est loin de donner un bel exemple de ce qu'est la tolérance, le respect et la politesse. Une seule solution : sa dissolution pour que cette équipe cesse de nous faire honte !
Lien facebook : http://www.facebook.com/group.php?gid=126240720746394
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 2