Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Arles Avignon

Le premier festival d'Avignon

Où l'on se souvient qu'Avignon avait déjà connu une saison catastrophique en première division. C'était il y a 35 ans, c'était le foot à papa. Sur scène : Claude Le Roy, Albert Batteux, un Argentin de San Lorenzo et... Rimbaud.

Modififié
En pleine épidémie de révolutions arabes Claude Le Roy était encore à Oman. «  C'est beaucoup plus chaud au Yemen, analyse l'intéressé. Ici, il y a quelques manifestations mais l'autre fois j'en ai croisée une, les militants distribuaient des dattes et des bonbons. C'est bon enfant » . Visiblement pas assez, puisque le vainqueur de la CAN 88 va prendre les rênes d'une nation bien plus tranquille, la Syrie... Bref. Avant de globe-trotter dans les pays du Golfe ou en Afrique, on oublie souvent que l'entraineur-consultant a été joueur dans des clubs aux noms rutilants : Evreux, Rouen, Amiens, Laval, Ajaccio, et donc Avignon. Car lorsqu'on parle de football, la ville du festival est la meilleure preuve que la foudre peut tomber deux fois au même endroit.


« Le kiné, c'était le kiné du village »

La « performance » de l'Athletic Club Arles-Avignon, qui se traine en ce moment à la dernière place de Ligue 1 avec douze petits points, n'est effectivement pas inédite pour la commune du Vaucluse. Il y a trente-cinq ans déjà, l'Olympique Avignonnais avait terminé sa pige d'une saison en première division à douze unités de l'avant-dernier avec une différence de buts de -50. Une malédiction ? « Ce n'est pas vraiment comparable, assure Jean-Claude Hoffmann, deuxième gardien de l'époque. Tout est arrivé trop vite pour l'ACA. Nous, nous étions à deux doigts de la montée depuis plusieurs années » . Lorsque l'entrepreneur local Guy Sauget reprend le club en 1966 l'ambition est en effet clairement affichée : il veut la D1. Au mercato de 1975, il sort donc le chéquier et s'offre une poignée de joueurs ayant l'expérience de l'élite : Pech débarque du FC Nantes, Joly de Valenciennes, Castellan d'Ajaccio, Giordani de Bastia et Chazaretta, le seul étranger, est un Argentin recruté à San Lorenzo.


Le cocktail fonctionne. Après une victoire en barrages, l'équipe entrainée par Marc Bourrier gagne son ticket pour la première division. « Il y a eu un bel enthousiasme dans la ville, le stade s'est rempli, se souvient Claude Le Roy. Et puis nous avons soudé l'équipe en allant faire un stage d'avant-saison plutôt folklorique à Saint-Chély-d'Apcher, en Lozère » . La bataille sémantique est engagée avec Jean-Claude Hoffmann : « Plutôt que folklorique, je dirais que c'était rustique. Le staff technique n'était composé que de l'entraineur. Le kiné, c'était le kiné du village. On a fait un match de préparation contre Reims sur un terrain que n'utiliserait même plus une équipe réserve » .


Albert Batteux à la rescousse


On est donc loin du bordel ambiant qui a servi de préparation à Arles-Avignon l'été dernier. Le résultat est pourtant similaire : l'Olympique Avignonnais commence sa saison par une défaite 3-1 à Marseille et enchaine cinq défaites lourdes en guise de baptême du feu. «  Il faut dire que nous n'avons pas été avantagés par le calendrier, justifie Hoffmann, le goal du banc de touche. Après Marseille, nous avons reçu Nice, une très belle équipe à l'époque, puis nous avons affronté le PSG. J'aurais préféré commencer par des plus petits. Sans parler des blessures qui nous ont accablés, c'était la loi des séries » .


Malgré les mauvais résultats, la situation en interne ne se dégrade pas. « Paradoxalement, ça a été une saison très sereine et j'en garde un excellent souvenir » , affirme Le Roy. Pour trouver les racines du mal, il faut donc se tourner vers la presse locale de l'époque, dans laquelle le président Sauget s'épanchait sans langue de bois : « Nous avons réalisé un recrutement trop sage. A la place d'une ou deux des valeurs moyennes que nous avons incorporées, nous aurions du mettre à notre service un ou deux grands joueurs » . L'époque n'étant pas vraiment aux recrutements en cours de saison, c'est Albert Batteux, ancien sélectionneur de l'équipe de France, entraineur de Reims et de Saint-Étienne, qui vient prêter main forte à Marc Bourrier sur le banc. Quelques points sont grappillés mais il devient rapidement évident qu'Avignon ne prolongera pas l'aventure au delà du printemps 76.


Rimbaud et Marius Trésor



«  Nous avons tout de même terminé la saison sur une victoire contre Marseille à domicile, s'enorgueillit Claude Le Roy. Un stade plein, un match à haute tension. D'ailleurs il y avait eu une belle bagarre entre Marius Trésor et Jacques Castellan. Jacky avait du laisser trainer le pied... » Malgré ce fait de gloire, aucun des acteurs de l'époque ne fera de grande carrière par la suite. Excepté Le Roy, bien sur, qui ajoutera bientôt à son CV de coach une ligne consacrée à la comédie ( « j'ai un projet assez important au théâtre avec mon ami Gérard Gelas, je veux faire découvrir un peu mieux Rimbaud aux gens » ). Jean-Claude Hoffmann, qui n'était jamais passé professionnel, s'est lui consacré à son métier d'inspecteur du travail. De son côté, l'Olympique Avignonnais a bien failli remonter à plusieurs reprises dans les années qui suivirent mais a fini par s'enfoncer à coups de problèmes financiers, de liquidations et de changements de nom successifs.


Lorsqu'il est parvenu à se hisser en L1 l'année dernière, l'ACA n'a donc pas un instant songé à faire appel aux bons conseils des anciens combattants. «  C'est un club qui a disparu, comme certaines personnes de l'époque, s'attriste Jean-Claude Hoffmann. Pour ceux qui ont vécu ça, c'est un peu comme un souvenir d'enfance, comme les colonies de vacances ou le service militaire. Pour eux, c'était les belles années » . Les supporters d'Arles-Avignon auront au moins la mélancolie pour eux après le mois de mai.





Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
Deco sauve le Fluminense