Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Barrages
  2. // Portugal/Bosnie (6-2)

Le Portugal reste dans la zone Euro

Largement supérieur, le Portugal a atomisé la Bosnie et confirmé sa présence à l’Euro l’été prochain. Cristiano Ronaldo, auteur d’un doublé, a été décisif dans les moments clés du match. Réduite bêtement à dix en début de seconde mi-temps, la Bosnie s’en sort presque bien avec ce 6-2.

Modififié
Portugal 6-2 Bosnie

Buts : Cristiano Ronaldo (7è, 53è), Nani (24è), Veloso (79è) et Postiga (71è, 82è) pour le Portugal ; Misimovic (40è, sp) et Spahic (65è) pour la Bosnie

Le Portugal ne sera pas l’Angleterre de 2008. Finalistes en 2004, quarts-de-finalistes en 2008, les Lusitaniens défendront bien leurs chances en Ukraine et en Pologne l’été prochain. Un billet composté avec la manière, puisque la bande à Paulo Bento, pourtant pas aidée par l’arbitrage, a écrasé les pauvres bosniaques. Dzeko jugeait que « jouer sur leur terrain sera plus facile » , s’appuyant sur la belle performance des siens à Saint-Denis il y a un mois. Sauf que le Stade de la Luz, c’est autre chose que le Stade de France. Dépassés par l’événement, les Bosniaques ne disputeront pas la première grande compétition internationale de leur histoire dont ils rêvaient tant. Mais c’est dans ce match contre l’Equipe de France que la Bosnie peut nourrir des regrets, et non pas dans celui de ce soir, où elle a pris la foudre portugaise de plein fouet.

Les stars au rendez-vous

Dans une ambiance bouillante, c’est… Luis Figo qui lance les hostilités. L’ancien numéro 7 n’a pas rechaussé les crampons par inquiétude pour son pays, mais reçoit simplement un petit hommage, pour ses 127 matchs avec le maillot rouge et vert. D’entrée la pression portugaise est énorme, cinq minutes de jeu et Cristiano chauffe déjà les moufles de Begovic. Dans la foulée, la star du Real Madrid obtient un coup-franc plein axe aux 30 mètres, boum, 1-0. Le ton est donné. Les fautes se succèdent, les Bosniaques sont asphyxiés, ne voient pas la balle. Nani est servi dans l’axe, un peu jaloux du but de son capitaine, il lâche un missile de la même distance, et explose la cage. 2-0, les stars portugaises sont au rendez-vous. Et la Luz est en feu. La Bosnie ne trouve pas Dzeko devant, mais sur son premier ballon dans la surface, l’attaquant de City claque une tête sur la barre. Pour rappeler à Pepe qu’il n’a pas intérêt à le lâcher. A l’autre bout du terrain, Postiga s’effondre dans la surface, l’arbitre siffle…simulation. Il semblait y avoir contact.

Il en faut plus pour arrêter des Portugais surexcités. Passe en profondeur de Meireles pour Moutinho, qui efface Begovic mais ne le crucifie pas. Trop collectif. Les joueurs balkaniques tentent de sortir de leur camp, Misimovic efface un, deux, trois joueurs et frappe du gauche. Rui Patricio repousse des points mais la balle revient aussitôt dans sa surface. Cette fois, Mr Stark, le meilleur pote de Pepe (c’est lui qui avait arbitré la fameuse demi-finale de Ligue des champions Real-Barca la saison passée), siffle bien penalty. Une main de Coentrao, confirmée par le ralenti. Misimovic ne manque pas l’offrande et relance un peu miraculeusement son équipe dans la partie (2-1, 40è). En intensité, c’est autre chose que les matchs de l’Equipe de France.


Lulic lâche les siens

Les Bosniaques ne vont pas avoir l’occasion d’y croire longtemps. Ronaldo reprend comme il avait commencé et en huit petites minutes achève l’équipe de Susic. Lancé à la limite du hors-jeu par Moutinho, il efface Begovic et conclut du gauche (3-1, 53è). Coup double, puisque Lulic pigne et prend un deuxième jaune inutile. Sympa pour les potes. A dix, la Bosnie semblait foutue. Sauf que Mr Stark a une dent contre Pepe et les siens, et après avoir refusé un pénalty aux Portugais pour une main évidente de Papac, il valide le but de raccroc de Spahic, hors-jeu (3-2, 65è). Pjanic venait de quitter le terrain, médusé. La Bosnie, en infériorité numérique, est encore en course pour la qualif’, mais elle-même ne comprend pas trop comment.

Car les bleus et blancs ne sont jamais vraiment rentrés dans leur match, et souffrent à chaque accélération des ailiers portugais, toujours très bien servis par les rampes de lancement du milieu de terrain, Meireles-Moutinho. Dzeko fait son cirque, se laissant divertir par les supporters lusitaniens. Lui non plus n’y est pas. Les Portugais insistent, et reprennent le large sur une action lancée côté gauche par Ronaldo, avec Helder Postiga à la conclusion (4-2, 71è). La Bosnie prend l’eau de toute part. Veloso participe à la fête, d’un coup-franc direct (5-2, 79è), et Postiga s’offre un doublé dans la foulée (6-2, 82è), concluant la belle soirée lisboète. Le Portugal ira bien à l’Euro, et peut-être même plus fort que s’il n’était pas passé par ce barrage.

Par Leo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Le Belge Tom Saintfiet, sélectionneur de la Gambie 4
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
À lire ensuite
La Turquie sort de l'Euro