En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe G
  3. // Portugal/Ghana (2-1)

Le Portugal quitte encore le Brésil

Dans un match décousu, le Portugal dispose du Ghana (2-1). Une victoire trop courte et inutile pour arracher une qualification à laquelle personne ne croyait vraiment. Le Ghana rentre aussi à la maison et peut nourrir encore plus de regrets.

Modififié

Portugal - Ghana
(2-1)
J. Boye (30' csc), C. Ronaldo (80') pour Portugal , A. Gyan (56') pour Ghana.


Quand Juscelino Kubitschek a inauguré Brasilia le 21 avril 1960, les Portugais avaient déjà mis les voiles depuis 138 ans. À « DF » , rien ne rappelle les rues de l'ancien colonisateur. Ni azulejos, ni villas impériales ou tramways fatigués renvoyant aux rues escarpées de Lisbonne, Brasilia est un voyage en terre inconnue pour le Portugal, mais aussi un terminus pour sa sélection. À vrai dire, les valises étaient déjà prêtes avant cette troisième rencontre. À moins d'un miracle impliquant qu'Allemands et Américains ne cochent pas la case nul et une victoire grand format pour rattraper une différence de buts plombée par le 4-0 face à la Mannschaft, les huitièmes paraissaient aussi improbables qu'un selfie avec la Vierge-Marie du côté de Fatima.

Boye, Boye, Boye

Au coup d'envoi, on aurait presque oublié que le Ghana avait aussi son mot à dire pour la qualification. Un oubli qui doit beaucoup aux dernières 48 heures où les Blacks Stars ont donné leur version de Knysna, entre menaces de grève sur fond de primes non réglées et reniflage de billets pour s'assurer que leur Fédération n'a pas essayé de les entourlouper. Le début de match donne l'impression de voir des Ghanéens évoluer avec un dossard jaune. Toujours fâché avec le karma, Ronaldo adresse un centre (ou faisait-il semblant de voir ce boulet d'Eder démarqué) et trouve la barre (5e). Avec 18 types encore apte à la pratique sportive, Paulo Bento compose avec les moyens du bord et entend enfin la voix du peuple en titularisant William Carvalho au milieu de terrain. CR7, lui, n'y arrive toujours pas. Même seul à six mètres, il trouve le moyen d'envoyer sa remise de la tête sur Dauda (18e). Les Portugais cherchent à hisser les voiles, mais ne trouvent toujours pas les alizés. Gyan réalise l'exploit de faire briller un gardien portugais (Beto). À défaut d'une autre solution, les partenaires de CR7 découvrent une vieille connaissance de la Ligue 1. Sur un centre de Veloso, l'impayable John Boye offre au monde un condensé de ses années rennaises. Reprise de la rotule, lucarne opposée et 1-0 pour le Portugal. Toujours dans un jour de bonté, Boye manque de récidiver à la mi-temps.

Heureusement pour le Ghana, Boye n'est pas le seul ancien de la route de Lorient présent. À la reprise, Gyan ajuste de la tête Beto sur un amour de centre d'Asamoah (57e). Et comme, dans le même temps, l'Allemagne a la bonne idée d'ouvrir le score contre l'Allemagne, les Africains se retrouvent à un but de la qualification. Un but que manque d'ailleurs d'inscrire le Valenciennois d'une reprise de la tête trop décroisée (61e). Les Portugais, eux, ont déserté. Plus d'envie, des passes dans le vide, un Ronaldo qui n'a même plus le cœur à s'énerver et Eder qui galope dans le vide. Indigne d'un demi-finaliste de l'Euro. Le fruit est mûr pour le Ghana, reste encore à le saisir. Jordan Ayew n'aide pas beaucoup à la récolte et manque de prendre son rouge pour une tarte distribuée à un William Carvalho un peu trop intéressé par ses parties intimes.

Ronaldo marque et loupe

L'espoir va durer 19 minutes pour le Ghana. Peut-être aveuglé par le soleil rasant sur le stade Garrincha, Dauda offre sur une claquette de beach-volleyeur l'occasion à Cristiano Ronaldo d'enfin débloquer son compteur (80e). Après calcul, le Ghana repasse à deux buts de la qualification et la Selecção à trois. Une folie ? Sans doute, mais sur un malentendu combiné avec un miracle et la complicité de la défense adverse, on ne sait jamais. En bon capitaine, Ronaldo veut y croire, mais la réussite semble être restée à Madrid comme le rappellent ses trois occasions ratées en l'espace de cinq minutes. Quelque part, il devait être dit que le Portugal n'était plus chez lui au Brésil.

Par Alexandre Pedro, à Brasilia
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 16 février 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
Hier à 16:48 Les maillots du PSG floqués en mandarin 17 Hier à 12:17 La panenka ratée de Diego Castro en Australie 16 vendredi 16 février Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement vendredi 16 février Suivez SoFoot.com sur Facebook
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 16 février Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6
À lire ensuite
La chambre bleu horizon