En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Barrages
  2. // Bosnie/Portugal (0-0)

Le Portugal pas rassuré

Sur un triste terrain les Portugais ont dominé de faibles Bosniens pendant plus d'une heure avant que ceux-ci ne relèvent la tête. Mais cette soirée était celle des ratés. Postiga, Ronaldo et surtout Ibesevic en fin de match étaient en délicatesse avec la précision ce soir.

Modififié
Bosnie - Portugal : 0-0

Le Bosnien est un homme rafiné et délicat. On se souvient du bordel foutu l'an dernier lors du match face à la France. Ce soir, les Slaves ont réservé un accueil particulièrement chaleureux à Cristiano Ronaldo en scandant le nom de Messi lors de l'arrivée des Portugais au stade. Facile. De quoi exciter davantage le Madrilène. Et alors que certains pensaient que les Lusitaniens allaient se faire croquer par les hommes de Susic, ceux de Bento entrent sur le terrain, le couteau entre les dents, bien décidés à refaire le coup de 2009.

D'emblée les Portugais cherchent à occuper la moitié de terrain adverse. Sans forcément bien jouer, champ des Balkans oblige, Ronaldo & co privent les Bosniens d'espaces et imposent leur rythme. Signe fort, Pepe remporte ses deux premiers duels contre Edin Dzeko. La Bosnie n'est pas dedans. Dès la 9è minute, Cristiano Ronaldo est à la reception d'un long ballon, remet pour Coentrao qui frappe instantanément dans les gants d'un Begovic attentif. La deuxième alerte intervient dix minutes plus tard. Nani sert en retrait Postiga qui frappe juste à côté. L'attaque, problème récurrent pour le Portugal. Et ce n'est pas l'action suivante qui nous prouve le contraire. Nani, côté droit, centre pour le buteur de Saragosse, lequel tente le retourné, sans grande réussite... C'est donc sans tueur devant le but que les Portugais vont devoir se sortir du bourbier bosnien. Ronaldo, régulièrement fustigé pour son faible rendement en sélection, décide de prendre les choses en main. Le Madrilène déborde côté gauche, pénetre dans la surface, et la joue solo au lieu de servir Nani, seul, au second poteau. La frappe est contrée par Zahirovic (26è). Une occasion gâchée, une de plus. Du coup les Bosniens reprennent peu à peu confiance et la fin de première période est davantage équilibrée.

Dominer c'est bien, marquer c'est mieux

Le début du deuxième acte ressemble étrangement au premier. Le Portugal est même tout près d'ouvrir le score à la 51è minute. CR7, idéalement placé dans la surface, voit sa frappe du gauche passer juste à côté des cages de Begovic. La faute à un terrain capricieux estime le Madrilène qui s'agace de l'état de la pelouse. Difficile de le contredire... L'état de la pelouse n'a en revanche rien à voir dans la maladresse de Postiga. Ce dernier, après un beau bordel dans la surface sur un coup franc de Moutinho, frappe du gauche à tout juste 10 mètres des cages bosniennes mais le cuir file inexorablement à côté. La sentence tombe quelques minutes plus tard lorsque Bento décide de sortir l'éternel espoir du football lusitanien pour faire entrer Hugo Almeida (65è). Du pareil au même.


Dans la foulée, Safet Susic, conscient des difficultés de son équipe ce soir, opère un double changement. Medunjanin et Salihovic laissent leurs places à Ibisevic et Maletic. L'effet est quasi immédiat. Les Slaves bombent le torse et font reculer leur adversaire. Mais à l'image des Portugais, les Bosniens ne concrétisent pas leur domination. Pire, Ibesevic rate une occasion en or dix minutes avant le terme. Idéalement lancé par Dzeko, l'ancien Dijonnais, seul face Rui Patricio, enlève trop sa frappe. La fin de la rencontre est tendue, chaque équipe souhaitant avant tout préserver sa cage inviolée. Aucun but ne sera donc marqué. De bon augure pour une Bosnie sans doute plus joueuse mardi prochain sur un terrain de meilleur qualité. D'ici là, le Portugal va devoir régler ses problèmes offensifs pour éviter la déconvenue.



Par Sylvain Michel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 58
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7