1. // Euro 2012
  2. // Équipe du Portugal

Le Portugal dégaine ses 23

La liste de Paulo Bento pour l'Euro 2012 a été révélée lundi soir. Pour tenter de s'extirper du groupe de la mort, le Portugal reste sur une ligne de conduite très similaire à celle qui lui a permis de battre la Bosnie en barrages. Sans pour autant cracher sur quelques surprises...

Modififié
14 67
Au bout du suspense - ou pas - Paulo Bento a délivré sa liste à 20 heures (21h en France), en ouverture du JT. Symbolique. Le peuple portugais attend beaucoup de ce pèlerinage estival afin de briller dans la zone Euro à défaut de le faire "dans la vraie vie". Malgré le manque de pot dont a été victime la Selecção das Quinas au tirage au sort - elle a hérité de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Danemark -, les Portugais ont de quoi avoir de l'espoir, dans la mesure où leur équipe est enfin sortie d'une période de transition entamée après le départ à la retraite de Luis Figo. C'est d'ailleurs ce qui explique que la liste de Bento n'a pas grand-chose de surprenant, en tout cas pas à première vue.

Un gardien mais pas d'avant-centre

La tactique de base - le 4/3/3 - et le onze de départ sont fixés à peu de chose près. Avec la convocation logique de Rui Patricio, le Portugal éradique déjà un problème, celui du gardien de but. Ce n'était plus le cas depuis la fin de l'ère Vitor Baia malgré l'excellent Mondial 2010 d'Eduardo qui n'a pas su confirmer et dont les mauvais choix de carrière l'amènent à jouer les doublures. Reste deux casse-têtes à résoudre pour Paulo Bento : la perpétuelle absence d'un véritable buteur, et le manque d'impact physique au milieu de terrain. Hélder Postiga, Hugo Almeida et le jeune Nelson Oliveira ne sont pas des finisseurs de classe mondiale. Postiga, meilleur buteur sous l'ère Bento, n'est pas maladroit devant les buts, mais comme Hugo Almeida - trop lent - et Oliveira - trop jeune -, il n'est pas à même de faire la différence tout seul. En ce qui concerne le milieu de terrain, seul Miguel Veloso fait le poids (79kg). Meireles, nonobstant ses tonnes de tatouages et son passage en Premier League, ne mange pas assez (65 kg), sans parler de Moutinho qui pèse à peine 60 kilos soit 20 de moins que Khedira... Le retour de Pepe au milieu de terrain semble inenvisageable à cause de l'absence de Ricardo Carvalho et de la méforme de Rolando, pour qui l'Euro se passera sur le banc comme lors des dernières journées de Liga Sagres à Porto.

Des ailes de feu

Le reste du onze est une formalité. En défense, Bruno Alves viendra donc compléter le duo central épaulé sur les ailes par Coentrão toujours meilleur en Selecção qu'au Real, et João Pereira, l'excellent arrière-droit du Sporting, un temps courtisé par le PSG. Sa doublure s'appelle Miguel Lopes, venu représenter Braga en Pologne et en Ukraine tout comme Custodio, préféré à son pote Hugo Viana contre toute attente. Sans doute une histoire de carrure et d'aptitudes physiques. Au milieu, Carlos Martins sera l'option de rechange du sélectionneur portugais derrière le trident Veloso-Meireles-Moutinho. Devant, Quaresma jouera les doublures de Nani et Ronaldo, histoire de faire le kéké avec ses « trivelas » , à moins que Paulo Bento ne compte davantage sur Varela que sur lui. L'ailier du FC Porto fait partie, avec Ruben Micael, des sélectionnés chanceux, pour ne pas dire hors-sujet. Le premier a passé toute la saison sur le lit de l'infirmerie ou sur le banc de l'Estadio do Dragão, et le second a réalisé une saison moyenne pour ne pas dire moche à Saragosse. Dans le même genre, l'ancien Lillois Ricardo Costa est dans la liste des 23, avec seulement onze matchs disputés à Valence. Enfoiré de Rami...

La cohésion avant le talent

Tout comme Luiz Felipe Scolari l'avait fait auparavant avec Vitor Baia, Bento a choisi de mettre de côté Ricardo Carvalho et José Bosingwa suite aux écarts de conduite dont ont fait preuve les deux anciens Dragons. Le défenseur du Real, en plus de connaître un déclin brutal, avait déserté le lieu où le Portugal préparait son match contre Chypre en septembre dernier, après avoir appris qu'il ne ferait pas partie des titulaires pour la rencontre à suivre. Le latéral de Chelsea n'a pas fait mieux, mais a été quand même assez con pour livrer une énorme interview aux médias portugais pour flinguer le sélectionneur: « Tant que Paulo Bento sera là, je ne jouerai plus avec le Portugal. » Ah bah ça c'est sûr... La cohésion, l'union et l'esprit d'équipe sont donc de mise chez les poilus. Une sorte d'austérité mélangée à une ouverture sur l'avenir, telle est la recette sur laquelle mise la nation la plus occidentale de l'Europe continentale. En espérant que ses cadres ne flanchent pas après une saison éprouvante. Cristiano Ronaldo a déjà disputé 60 matchs cette saison, et Nani a connu beaucoup de pépins physiques à Manchester. Gare à la fringale...

Le groupe :
Gardiens : Rui Patricio (Sporting), Eduardo (Benfica), Beto (Cluj)
Défenseurs : João Pereira (Sporting), Miguel Lopes (Sp. Braga), Bruno Alves (Zenit), Pepe (Real Madrid), Fabio Coentrão (Real Madrid), Rolando (FC Porto), Ricardo Costa (Valence)
Milieux : Raul Meireles (Chelsea), João Moutinho (FC Porto), Carlos Martins (Granada), Miguel Veloso (Genoa), Ruben Micael (Saragosse), Custodio (Sp. Braga).
Attaquants : Cristiano Ronaldo (Real Madrid), Nani (Man. United), Quaresma (Besiktas), Hélder Postiga (Saragosse), Hugo Almeida (Besiktas), Nélson Oliveira (Benfica) et Varela (FC Porto).

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

blackorpheuskj Niveau : DHR
pas d'avant centre ? c'est quand mm difficile de ne pas considérer un mec qui met 50 buts par saison comme un attaquant, et de classe mondiale qui plus est.ils ont un tres beau onze, même si j'espere qu'ils ne feront pas long feu
L'expression correcte est "qu'ils feront long feu".
 //  23:04  //  Amoureux de la Bolivie
Note : -3
"battre la bosnie en barrage" ???

et la France elle a battu qui ?
En fait on dit "seleção" depuis le nouvel accord orthographique, bien que ça me chagrine...
"Les poilus". BREEEEEF! Et trève de "plaisanterie".

Je trouve l'article pas trop mal même si je suis pas ok avec tout : Postiga pas maladroit devant les buts : euh, je reconnais qu'il a sauvé l'équipe das Quinas à plusieurs reprises en mettant des buts capitaux. De là à dire de lui qu'il n'est pas maladroit, c'est un pas que je ne franchira pas. A son poste, je serais pour que Bento donne sa chance à Nelson Oliveira. Je ne l'ai vu jouer que contre Chelsea, mais vu les deux autres et même si Almeida "pèse" sur les défenses comme on dit, le p'tit jeune pourrait être une surprise, pourquoi pas? Il ne lui en faudrait pas beaucoup pour se mettre tout un peuple dans la poche en tous cas!

Rui Patricio, c'est clair que vus ses matches en EL, très bien.

Pas trop d'accord avec le milieu, enfin, la vision de l'auteur. C'est un milieu pas dégueu qui a déjà offert de belles phases de jeu. Le Sporting faisait pas non plus le poids contre les mastodontes bodybuildés anglais et ils les ont sortis. Le Barca n'a que des petites carrures et on connaît la suite. Tant que ça tricote en un juste milieu, allons!

João Pereira qui supplée à Bosingwa, même si se passer de son expérience peut-être dommage, bah, ça suplée bien. C'est en doublure que ça risque d'être juste. M'enfin, je connais pas les autres.

Pas d'accord non plus sur le brusque déclin de Carvalho suivi de son éviction du groupe. J'ai plutôt eu l'impression que la chronologie était inversée.

Pour le reste, plutôt d'accord et ils feront avec les moyens du bord : j'espère un Nani qui sera aussi à fond que d'hab', un CR7 collectif, meneur d'hommes et pas trop cramé, un Coentrão qui confortera Perez dans son choix et convaincra M. Ruiz que, non, il n'est pas un manche, à moins que les équipes nationales soient des équipes de bites* -même s'il y en a, des bites* sur les terrains-. Sympa de revoir Quaresma appelé même si par défaut peut-être : si seulement il pouvait enfin faire de grandes choses! Et puis, même s'il est vrai que la transition est passée et qu'il n'y a plus de grosses surprises, ça fait toujours bizarre qu'un mec comme Tiago soit pas de la partie. Il aurait pu faire un effort, le bougre.

Au final, vu le groupe et leur groupe, j'y crois pas trop mais j'y croirai toujours un peu beaucoup malgré moi...
@ ajde,

Rassures moi c'est une blague ?
Tiago, c'est un sujet qui a été maintes fois débattu je crois. Il y a bien ce fameux accord orthographique, mais je crois qu'en ce qui concerne la Selecção, l'usage veuille que le "c" soit gardé avant la cédille pour l'équipe portugaise, sûrement pour la différencier de la brésilienne qui s'est toujours appelée la Seleção.

Mais... Je reviens de A Bola où c'est "seleção", ce qui a dû mettre du temps à entrer dans les moeurs. Par contre sur le site de la FPF, c'est toujours "Selecção". Maintenant, il y a "Selecção" et "seleção" si tu vois ce que je veux dire.
@ajde59

La France, ce n'était pas en barrage contre la Bosnie mais bien un match de poule décisif.

Pas de chance pour le portugal dans ce groupe de fou. Même la 3ème place sera difficile pour eux. Tout dépendra un peu de CR.
Fernand_Redondant Niveau : District
C'est marrant mais on lit que c'est le sang qui parle chez Hem.
Ceci dit "no offense at all".
Y'a du talent, c'est évident et même le Postiga qui est décrit comme un "middle class" a quand même sauvé Saragosse de la relégation.
Cependant, je continue à penser que les portugais [les joueurs, hein !] s'en cognent un peu... Leur vie pro se situant plus en club.
L'effet , sans doute.
Fernand_Redondant Niveau : District
L'effet diaspora, voulais-je écrire. Toutes mes confuses.
Fernand_Redondant, y'a pas d'offense, même si je comprends que tu aies pris des pincettes. On n'a pas eu la main morte ces derniers temps! Ca fait même plaisir, lu comme ça.

Quant à la vie plutôt en club, je ne sais pas. Rien à voir avec avant les années 1980 en tous cas, où en effet, il semble que y'avait une grosse clubite en Selecção, mais à un autre niveau. Tu te rends compte que pour l'Euro français en 84, ils avaient 3 sélectionneurs? Un pro-SLB, un pro-Porto et un pro-SCP. Ou un truc com'ça. Incroyable, non?

Je trouve que désormais, ils se défoncent autant qu'une autre sélection. Possible que l'internationalisation des joueurs portugais y soit pour quelque chose. Et puis, les campagnes qu'ils ont faites depuis 10 ans sont loin d'être dégueues. Ca soude et je pense pas qu'un CR ou un Nani, ni même les autres, disent non à un peu de gloire en rouge-vert et or.
DTC-DMC même combat Niveau : CFA
"Avec la convocation logique de Rui Patricio, le Portugal éradique déjà un problème, celui du gardien de but. Ce n'était plus le cas depuis la fin de l'ère Vitor Baia malgré l'excellent Mondial 2010 d'Eduardo qui n'a pas su confirmer et dont les mauvais choix de carrière l'amènent à jouer les doublures"

C'était une brèle Vitor Baia!!!
 //  23:59  //  Amoureux de la Bolivie
Note : 1
Mea culpa !

désolé j'ai complètement confondu ! j'ai cru sur le moment que la france était passé par le barrage et après j'ai mélangé parce que le Portugal s'était déjà qualifié en barrage contre la Bosnie pour la coupe du monde 2010 ! Bref j'ai écrit n'importe quoi ^^
sur ce je vais me coucher !
Fernand_Redondant Niveau : District
Pas d'soucis ! J'aime pas l'ostracisme ni l'obscurantisme.
Loin de moi l'idée de penser que cette sélection est moins "patriotique" que d'autres.
Cependant, je crois et me trompe peut être, que les pays du nord de l'Europe ont un item chevillé au corps, la Nation, que les autres n'ont pas. Privilégiant, pour leur part, un côté citoyen du Monde.
Tu m'diras que l'Espagne est un parfait contre exemple mais tous les cadors jouent au pays.
A titre d'exemple : aussi loin que je me souvienne : Zidane "ne fut" que la "french touch" au Real, aussi brillant fut-il, alors que Ronaldo est reconnu comme le "cutch player" de la Casa Blanca.
Je sais pas si mon raisonnement est très clair.
M'enfin...
Note : 1
Vitor Baia était un bon gardien. Excellent sous Mourinho (mais pas pour Scolari qui préférait le 3ème GK de Porto, Bruno Vale, le fdp).
Il était même légendaire quand la favorite du roi, Ricardette, était dans les buts (quand il n'était pas aux fraises.
Il était même mythique lorsque c'était l'authentique arnaque Eduardo au poste (ah ça chanter en gueulant pendant l'hymne c'est facile après aligner une bonne perf'...).

Sinon, pas de Nelson, ni de Manuel Fernandes, dommage que Silvio soit blessé, pas de Figo, pas de Rui Costa, pas de Futre, pas d'Eusebio, pas de Fabio Paim, pas de To Madeira...
waynerooney Niveau : CFA
DTC j'ai rarement vu des brêles, des vraies, gagner une ligue des champions.
Carlos Martins
il mérite sa selection pour l'année qui fait a Granada il s'est battu!!!
Fernand_Redondant Niveau : District
Et Maniche, il fout quoi ?
telle est la recette sur laquelle mise la nation la plus occidentale de l'Europe.

Je la trouve pas terrible cette tournure de phrase.
Fernando-Redondant, je perçois quelque peu ce que tu veux dire. Et oui, l'Espagne et cependant un contre exemple vu que durant des décennies on a tout mis sur le dos de la déchirure entre joueurs du RM et Barça au sein de la Roja. Il doit bien y avoir une raison.

Les pays nordiques ont ce truc chevillé au corps, c'est pas faux. Je vais être caricatural tout en tentant de pas paraître insultant, mais ils sont tous blonds aussi, tous moyens et jouent ensemble, avec un fighting spiprit et une conviction qui force l'admiration. Pas d'individualités et autres solistes ou divas chez eux -ou si rarement-, et je comprends toujours pas comment le Portugal gagne pas contre le Danemark par exemple. Après, à moins que je ne saisisse mal ton propos, le côté "nation" contre celui "citoyen du monde", c'est aussi dû à l'histoire des pays en question. Les nordiques sont restés très longtemps fermés sur eux-même pendant que ceux du Sud avec le Portugal pas des moindres, se partageaient le monde. Y'a des tendances qui perdurent, d'une manière ou d'une autre.

Par contre je ne comprends pas la dissonance que tu tentes de mettre en relief au niveau du RM, d'autant plus que beaucoup dans les alentours du club ne semblent pas voir d'un bon oeil le grand nombre de portugais qu'il y a actuellement (et Mourinho qui chante "Karanka, português" en conf' de presse!).

Ce qui est assez marrant selon ce que je sais -je peux me tromper-, c'est qu'en ce qui concerne la Selecção, c'est Scolari qui a su mettre tous les portugais bien derrière. Il paraît que durant l'Euro 2004, c'était une explosion de bandeiras aux fenêtres et dans les rues et que ce fut repris par la suite. Avant ça, il n'y avait certes pas indifférence, mais le Scolari que Kuduro qualifie de fdp était un sacré meneur d'homme. Il faut bien le reconnaître.

Quant à Bahia, une brèle qui me fait bien rigoler : je crois que c'est le seul joueur à avoir les trois coupes d'Europe en poche : Champion's, UEFA et Coupe des Coupes. Il a eu une mauvaise passe à Barcelone, mais de là à le traiter de brèle... Bon, j'ai pas trop goûté à ses déclarations sur les choix de Scolari à l'époque alors que Ricardo faisait le taf. Mais bon, c'est vrai qu'il l'aurait pas volée non plus, sa place.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
14 67