Portugal - Liga Sagres - 7e journée

Par William Pereira

Le Portugal aux Portugais

Ce week-end en Liga Sagres, on a vu des buts moches, les trois gros gagner mais surtout Jorge Jesus aligner des Portugais dans son onze de départ. Un choix qui permet à Benfica d'occuper la première place du classement. A part ça, Pinto da Costa a fêté sa millième cap comme président du FC Porto...

Note
4 votes
4 votes pour une note moyenne de 3.75/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Jorge Jesus et un jogging rouge
Jorge Jesus et un jogging rouge
Benfica, Porto et Braga tranquilles

Trois Portugais, deux titulaires et deux buteurs. Voilà un bon moment qu'un match de Benfica n'était plus autant marqué par la présence de joueurs nationaux en championnat. La faute à un président et un entraîneur amoureux de l'Amérique du Sud. Alors pourquoi les Aigles ont joué avec Luisinho et André Gomes dès le début face à Gil Vicente ? Melgarejo ne tient pas bien sa gauche, tandis que les Aimar et compagnie étaient blessés. Certes, mais cela n'explique pas tout ; car au milieu, Bruno César était sur le banc et semblait pourtant mieux placé que ses cadets pour suppléer les cadres. Pour ce qui est de Melgarejo, Jorge Jesus l'a toujours soutenu en dépit de sa nullité affligeante depuis le début de saison. Alors quoi ? Vendredi soir, Luis Filipe Vieira s'est fait réélire pour un quatrième mandat avec 83% des voix. Et qui dit élections, dit promesses. Rui Rangel, plus "sérieux" rival de Vieira lors de la campagne, n'a eu de cesse de souligner le problème du nombre insuffisant de Portugais dans l'effectif benfiquiste, avant que le favori ne s'approprie son discours. Simple coup de com' ou véritable changement de cap à Benfica ? Le temps le dira. Toujours est-il que la formule affichée à Barcelos ce week-end a fait ses preuves : Benfica a écrasé Gil Vicente (0-3), considéré depuis l'an passé comme emmerdeur numéro un des grosses écuries lusitaniennes. Avec la manière en plus. Lima, puis Luisinho et enfin André Gomes ont scellé le sort de la rencontre en première période avant de contrôler la deuxième, malgré l'expulsion ridicule quoiqu'un peu sévère d'Enzo Pérez. Grâce à ce résultat, les Lisboètes reprennent la tête de la Liga Sagres à la différence de buts.

Juste derrière, Porto ne s'est pas trop foulé pour la 1000e de Pinto da Costa à la tête du club. À Estoril, les champions en titre ont enchaîné le bon et le moins bon. Si Varela trouve la barre à la deuxième minute à la suite à d’un centre-tir du gauche, c’est bien Estoril qui ouvre la marque à la dixième sur un corner chanceux. La suite est un classique du championnat portugais : Estoril défend à onze dans sa moitié de terrain tandis que les Dragons prennent d'assaut la cage de Wagner sans grande réussite dans un premier temps. Otamendi va même jusqu'à rater l'immanquable avant la pause. En deuxième période et comme à Kiev, Varela et Jackson Martinez enfilent leur costume de super héros : le Portugais ouvre le score de la tête sur un service parfait du Colombien, avant que ce dernier ne double la mise également grâce à un coup de crâne. Ça fait six buts en championnat pour le successeur désigné de Falcao. Seul Éder fait aussi bien pour le moment.

L'international portugais y est allé de son petit doublé sur la pelouse de Maritimo, visiblement très affecté par la bataille européenne de jeudi face à Bordeaux. Rien à voir avec Braga, qui a totalement oublié son quasi-exploit contre Manchester United. Plus dominateurs, les Minhotos démontrent une fois de plus que, sous Peseiro, l'équipe est capable d'obtenir des résultats en jouant bien. La saison ne fait que commencer et pourtant, on voit déjà mal comment le podium pourrait leur échapper...

Le but de la semaine

Ce week-end, et c'est assez rare pour être souligné, seuls des buts ordinaires ont été inscrits en Liga Sagres. Ou du moins à côté de celui... d'Hélder Postiga ! L'ancien de Porto et du Sporting fait les beaux jours de Saragosse en Espagne et compte quatre buts en championnat cette saison. Le dernier en date est un chef d'œuvre. Et en plus, c'était contre Séville... Classe.



La punchline de la semaine


Pinto da Costa fêtait ce week-end son millésime. Trente ans de règne, c'est douze de moins que Kadhafi, six de plus que Saddam Hussein et autant qu'Hosni Moubarak. La différence entre le « Pape » et les autres, c'est que le FC Porto ne désirera jamais sa chute. Et malgré tout ce temps passé à la tête du club, son meilleur souvenir date de 2011 : « Je pense que le truc qui m'a fait le plus rire, c'était la coupure de courant à l'Estadio da Luz quand on est allés gagner le championnat après une victoire nette contre Benfica. » Pas sûr que tout le monde en garde un bon souvenir...

Suivre William Pereira sur Twitter Par William Pereira


 





Votre compte sur SOFOOT.com

9 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par fabou le 29/10/2012 à 19:51
      Note : 1 

    Pinto da costa, le plus gros Mafieux du foot Europeen, j'adore

  • Message posté par Hem69 le 30/10/2012 à 00:33
      

    Merci, bel article.

  • Message posté par patXIV le 30/10/2012 à 05:57
      Note : 1 

    Fabou@ Pinto da Costa est bien plus qu un vulgaire mafieu, c est une icone du football Portugais est une reference Europeene. Il est le president le plus titré du football gech est si Porto en est la aujourdhui il en a une enorme part de reussite.simplement un Monsieur du ballon avec un grand M.

  • Message posté par Katapulta le 30/10/2012 à 09:27
      Note : - 1 

    Comme plusieurs personnes ici,j’imagine,le championnat Portugais mériterait un regard plus averti.Il y a une phrase toute simple,mais bien puissante:
    ‘’Quand on n’aime pas,on ne touche pas,on n’abime pas’’
    Willy,elle est pour toi celle lá…!
    Comme Poirier le dit :’des buts moches,les trois gros gagner,mais surtout Jorge Jesus aligner des Portugais dans son onze de départ’’.C’est pas pertinent ça?

  • Message posté par Katapulta le 30/10/2012 à 09:29
      

    Sorry…*
    Je préfère quand les pseudo-specialistes s’abstiennent et s’occupent de la L1.

  • Message posté par Meo le 30/10/2012 à 09:44
      

    Pas un mot sur les "Leões" alors je le fais !
    Godinho, DEGAGE !!!!

  • Message posté par sparthorus le 30/10/2012 à 12:56
      

    @Katapulta: Je te rejoins totalement sur ce coup! A quand un vrai journaliste pour le football portugais? Parce que là, autant rien écrire... J'ai l'impression d'avoir lu ce qu'on peut voir dans une vidéo des Highlights. Aucune profondeur, aucune analyse de Sporting qui s'enfonce et qui aura un nouveau coach (un plus gros article suivra peut-être), rien... Vraiment déçu de ce genre d'articles.

  • Message posté par Aux le 30/10/2012 à 18:32
      Note : 1 

    Melgarejo était nul ? première nouvelle tiens. A part contre Braga il y a rien à lui reprocher sur ce début de saison, l'adaptation est même plutôt positive, Maxi Pareira de l'autre côté est bien plus en difficulté.

    Et puis franchement, l'auteur est sérieux en essayant de trouver un liens entre l'élection et les 2 portugais titulaires ? c'est d'une tristesse... comme tous ses articles sur le foot portugais, à part astiquer le bout de Porto et son président c'est comme d'habitude le néant.

    Avec tout le respect que j'ai pour Braga qui est en place ces dernières années, oser parler des "3 gros" est une bêtise sans nom. Le Sporting est peut-être en difficulté mais pour quelle raison ce club passerait après Braga qui n'a rien gagné non plus ces dernières années ?

  • Message posté par Hem69 le 30/10/2012 à 21:28
      

    Je vous trouve dur. Pour ce que j'y connais, je préfère qu'il y ait ça que rien, qui plus est c'est pas dégueu à lire.

    De toute manière, le clubisme est tellement développé au Portugal -et même chez les lusodescendants, mais j'y échappe- que vous trouverez toujours quelque chose à redire. Ca doit pas être pour rien qu'il y a trois grands quotidiens sportifs au Portugal. Sauf que je doute que SoFoot puisse coller trois "journalistes" sur le foot portugais juste pour que vous lisiez ici ce que vous avez envie de lire.

    Désolé, mais je tente d'être aussi dur avec vous que vous l'êtes avec lui. Après tout, y'a pas que des connaisseurs/suiveurs qui sont sensés lire ces articles et ils donnent toujours une idée assez proche de ce qui se passe là-bas.

    A bon entendeur, les gars!


9 réactions :
Poster un commentaire