Le Portugal à la fête

Porto et Braga accompagnent Benfica en quart de finale de coupe d'Europe. Pendant ce temps, Liverpool coule, inexorablement. Et City n'ira pas plus loin.

Modififié
0 3
Manchester City 1-0 Dynamo Kiev

Les Citizens auront fait mieux qu'au match aller, certes. Mais leur contre performance de la semaine passée leur coute finalement la qualif'. Dans un match que City a voulu emballer d'entrée, les Ukrainiens de Kiev ont su faire le dos rond et profiter de la bêtise de Mario Balotelli, exclu à la 36è pour un pied haut sur le torse de Popov. De Jong fait des émules. Son Italien dehors, Manchester City en profite pour ouvrir le score deux minutes plus tard grâce à une frappe rasante de Kolarov. Mais à dix contre onze les Mancuniens finissent par s'épuiser. La seconde mi-temps est nettement plus équilibrée et aucune des deux équipes ne parvient à marquer. Au courage les potes de Shevchenko se qualifient. Les Citizens, eux, peuvent se consoler en espérant jouer la C1 l'an prochain. Quant à Balotelli...



FC Porto 2-1 CSKA Moscou

Vainqueur 1-0 à l'aller, le FC Porto partait largement favori au moment d'accueillir le troisième club russe en lisse ce soir. Hulk se charge d'entrée de doucher les espoirs du CSKA en ouvrant le score sur coup franc à la deuxième minute. Les Moscovites l'ont mauvaise et sont tout près d'égaliser dans la foulée mais la tête de Vagner Lover s'écrase sur la barre d'Helton. Guarin, lui, ne rate pas l'occasion de faire le break, et suite à une erreur d'Akinfeev, il permet à Porto de tuer tout suspense. On joue alors la 24è minute. Tosic aura beau réduite le score cinq minutes plus tard, l'issue de la partie n'a fait aucun doute pendant 90 minutes. Porto passe sans soucis.



Glasgow Rangers 0-1 PSV Eindhoven

À l'aller on s'était ennuyés ferme. Au retour, pareil. Le PSV qui avait sorti Lille au tour précédent accède aux quarts de finale grâce à un but de Lens au quart d'heure de jeu. Sinon ? Quelques jets de rouleaux de PQ de la part des supporters écossais. Rien d'autre.



Villarreal 2-0 Bayer Leverkusen

Après le superbe match aller, les spectateurs du Madrigal ne s'attendaient certainement pas à voir leurs joueurs défendre le score acquis la semaine dernière. Car s'il y a bien une chose que Villarreal ne sait pas faire, c'est se contenter de défendre. Comme prévu, donc, les Espagnols attaquent en espérant claquer ce but qui obligerait les Allemands à en planter trois pour se qualifier. Après une grosse occasion de Rossi peu après le quart d'heure de jeu, c'est finalement Cazorla, suite à un excellent mouvement avec l'attaquant italien, qui ouvre le score pour le sous-marin jaune. À la mi-temps la messe est dite. Après un deuxième but encaissé à l'heure de jeu, Leverkusen réduira finalement le score en fin de rencontre par Derdiyok (82è). Insuffisant. Schalke est désormais le seul club allemand représenté en coupe d'Europe.



Liverpool 0-0 Sporting Braga

Liverpool était dans l'obligation de marquer pour se qualifier. Problème, leur attaquant s'appelle Andy Carroll et manque cruellement d'efficacité. Doué pour la baston, le buteur anglais a vendangé ce soir. Idole à Newcastle, il a encore du boulot pour être incontournable chez les Reds. Mais à dire vrai, il n'est pas le seul. Ce soir, c'est tout le milieu de terrain de Liverpool qui s'est fait bouffer par les Portugais. Manque de justesse technique, manque de vitesse et manque d'envie ont été les maitres-mots des hommes de Dalglish ce soir. Une triste habitude sur les bords de la Mersey.





Zenith 2 - 0 Twente

Le match commence dans une ambiance glaciale à Saint-Petersburg. Une minute de silence est respectée en hommage à la femme de Vyacheslav Malafeev, décédée dans un accident de la route ce matin. Le gardien du Zenith, habituellement titulaire est logiquement suppléé ce soir par Yuri Zhevnov. Défaits 3-0 au match aller, les Russes avaient à cœur de se racheter ce soir, devant leur public. Ça commence bien puisqu'à la 16è minute, Shirikov reprend un ballon repoussé par Mihaïlov et permet à son équipe de mener rapidement au score et de croire à une remontée fantastique. Tout le stade Petrovski se met à y croire sérieusement à la 37è lorsque le buteur maison, Alexander Kerzhakov, profite d'un nouveau ballon détourné par le portier bulgare de Twente pour inscrire le deuxième but russe. Dès lors, les hommes de Spalletti se jettent corps et âmes sur le but adverse. Mais au fil du match les organismes s'épuisent et des espaces se libèrent. Twente est à plusieurs reprises proche de réduire le score mais la marque n'évoluera pas et le Zenith sort la tête haute. Le champion des Pays-Bas, lui, accède dans la souffrance aux quarts de finale de l'Europa League.



Spartak Moscou 3-0 Ajax Amsterdam

Au match aller, les Russes avait réalisé le hold-up parfait en s'imposant 1-0 à Amsterdam grâce à un Dikan flamboyant. Depuis, le portier ukrainien du Spartak en a pris quatre lundi, lors de la 1ère journée de championnat, contre Rostov. Pas l'idéal pour préparer de match retour, donc. Dans ce match arbitré par le meilleur ami de Sir Alex Ferguson, Martin Atkinson, les Moscovites vont pourtant se montrer dangereux les premiers. Makeyev est tout proche d'ouvrir le score à la deuxième minute de jeu. Il faut une excellente sortie de Verhoeven, remplaçant de Stekelenburg, pour préserver ses buts. Répit de courte durée puisque forts de leur succès du match aller, les hôtes de la soirée déploient leur football davantage que la semaine dernière. Kombarov (21è) et Welliton Morais (30è) tuent le match avant la mi-temps. À la pause les Amstellodamois ont la tête sous l'eau et peuvent même s'estimer heureux de n'avoir que deux buts de retard. Alex se chargera de punir les visiteurs d'un coup franc en pleine lucarne à la 54è. Les Bataves doivent planter quatre pions en moins de quarante minutes pour se qualifier. Ils ne trouveront que deux fois les montants. Ne reste plus que le championnat pour glaner un trophée cette saison. L'Ajax est troisième à trois points du PSV.



Sylvain Michel

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je n'ai pas vu les matches, mais sur le papier je n'arrive pas à comprendre la défaite du Zénith face à Twente. Je lisais encore récemment que les russes avaient le niveau du quart de finale de ligue des champions. Alors quoi? Ah oui, juste: c'est la trève en russie. ;-)
Les Russes et le Zenit en particulier, ont des problèmes de réalisme depuis des décennies.

Surtout, ils avaient un adverse de très bonne qualité, qui n'a pas du tout fait tâche face aux spurs, à l'inter et au werder en C1.

Marseille avait joué Twente il y a 2ans et franchement, ils méritaient de passer.
3 portugais et 2 hollandais en quarts de l'Europa!

Plus un espagnol, un russe et un ukrainien.

Bravo à la Superliga et à l'Eredivise!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Paris c'est la sortie
0 3