1. //
  2. // Eredivisie
  3. // Bilan de mi-saison

Le point sur l’Eredivisie

Dans un championnat généralement dominé par le trio Ajax-PSV-Twente, l’AZ fait figure de révolutionnaire. Le club d’Alkmaar tient le haut du pavé, malgré une baisse de régime en fin d’année. Maintenant, il va falloir être assez costaud pour maintenir le rythme jusqu’en mai.

0 3
Le leader
On attendant l’Ajax, champion en titre. On attendait le PSV, éternel outsider. On attendait Twente, équipe en forme des dernières année. Mais non. C’est l’AZ qui mène la danse depuis le début de la saison. La première et la dernière lettre de l’alphabet plus fortes que tous les cadors du championnat néerlandais ? Affirmatif. De début septembre à fin novembre, l’équipe entraînée par Gertjan Verbeek a imposé une domination sans partage, enchaînant même dix victoires en onze journées, et allant jusqu’à prendre six points d’avance sur son premier poursuivant. Et puis, le 4 décembre, le black-out. L’AZ se prend cinq baffes sur la pelouse de Heerenveen et retourne sur terre. Groggy, Alkmaar ne peut faire mieux que 0-0, la semaine suivante, sur la pelouse de la lanterne rouge. Du coup, à cause d’un mois de décembre en dedans, l’AZ n’est plus souverain. Toujours leader, certes, mais plus aussi despotique. La trêve va permettre de retrouver des forces, et de se relancer dans la bataille. Ca tombe bien. Dès la reprise, c’est l’Ajax qui débarquera au AFAS Stadion. En roi déchu qui veut récupérer son trône.

Les poursuivants
Derrière l’AZ, cela se bouscule. Et, comme d’habitude, ce sont toujours les mêmes. Le PSV, Twente et l’Ajax. Les trois larrons se tiennent en quatre points, avec une légère avance pour le PSV, qui a profité de la dernière journée avant la trêve pour prendre un peu d’avance, profitant de la défaite de Twente contre Feyenoord. L’an passé, ces trois là avaient été à la lutte jusqu’à la dernière journée pour le titre. Fait rare, le sacre s’était joué lors d’une véritable finale entre l’Ajax et Twente. Cette saison, rebelote. Sauf que, pour le moment, les trois inséparables jouent des coudes pour la deuxième place. Le PSV compte sur son trio d’attaque Matavz-Martens-Toïvonen pour l’emmener vers les sommets. Avec 33 buts à eux trois, ils constituent évidemment l’attaque la plus prolifique du championnat. Twente n’est pas en reste, avec une paire Janko-de Jong qui fait aussi des merveilles. Enfin, l’Ajax, orpheline de Suarez, s’appuie presque uniquement sur le Serbe Sulejmani, qui a déjà marqué plus en une demi-saison que lors des deux saisons précédentes réunies. Curiosité : chaque membre du trio de poursuivants n’a concédé que deux défaites en championnat, tandis que l’AZ, leader, a déjà perdu trois fois. Comme quoi.

La lutte pour l’Europa League
Face à ces quatre locomotives, difficile de se faire un petite chemin vers l’Europe. Heureusement, le championnat néerlandais offre quatre places qualificatives pour les play-offs de l’Europa League. Il en reste donc trois disponibles. Trois places pour cinq clubs : Feyenoord (31 points), le Vitesse Arnhem (29), Heerenveen (28), Groningen (26) et le Roda JC (24). Heerenveen, c’est cette équipe qui en a collé cinq à l’AZ, au début du mois de décembre, et qui compte dans ses rangs Bas Dost, le meilleur buteur du championnat et auteur d’un historique quintuplé, le 10 décembre dernier, face à l’Excelsior. Costaud, le gamin. Mais Heereveen va devoir compter avec le retour de Feyenoord. Humilié l’an dernier par le PSV (10-0), le vainqueur de la C1 1970 se reconstruit petit à petit, et vient de prendre treize points sur les cinq dernières journées. Or, son buteur suédois, John Guidetti, auteur de sept buts lors de ces cinq matches, y est certainement pour quelque chose. Quant au Roda JC, il va galérer, mais, en repartant sur sa bonne dynamique du mois de décembre, l’équipe de la jolie ville de Kekrade peut encore espérer.

Je ne veux pas descendre
En dessous de ceux qui vont se battre pour l’Europe, un beau peloton d’une demi-douzaine d’équipes va lutter pour assurer sa survie en première division. Si pour le NAC Breda, l’ADO Den Haag et Heracles, l’affaire devrait rapidement être réglée, à moins d’un écroulement au printemps (jurisprudence Sampdoria), cela va être beaucoup plus compliqué pour le RKC Waalwijk, Utrecht, NEC et De Graafschap, actuellement premier relégable. Ce quatuor se tient en cinq points, et ne compte, à eux quatre, que trois victoires sur les cinq dernières journées (une pour Waalwijk, une pour NEC et une pour De Graafschap). Ah, ça, non, cela ne fait pas beaucoup. Utrecht compte les seuls avantages de vanter une petite expérience européenne (l’an dernier, ils étaient en Europa League) et de compter dans ses rangs l’ancien Castelroussin Jacob Mulenga, déjà auteur de sept pions en championnat. Oui, quand on est dans la mouise, tout type de perche est bon pour s’accrocher.

Je vais descendre
C’est comme une tradition aux Pays-Bas. Chaque année, il y a un cancre, un vrai. L’an dernier, c’était Willem II, célèbre équipe qui n’avait décroché sa première victoire qu’au mois de janvier. Cette saison, c’est l’Excelsior. Une seule victoire, onze défaites, et seulement huit petits points au compteur. Et cela ne semble pas s’arranger. Ses scores lors des deux dernières journées avant la trêve ? 0-5 contre Heerenveen, et 0-7 face au Roda JC. Pas mal. En même temps, ce n’est pas vraiment surprenant : la saison dernière, Excelsior avait terminé 16ème, et avait assuré son maintien en première division grâce à un succès lors des barrages contre Helmond Sport. Même destin pour le VVV Venlo, le nom de club le plus improbable du pays. 17ème l’an passé, vainqueur en barrages de Zwolle, le quadruple V est encore 17ème, avec, en prime, la pire défense du championnat. En même temps, leur meilleur buteur, Brian Linssen, est milieu de terrain défensif. Tout est dit.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
le nom d'Ancelotti n'est mentionné nul part dans cet article, étrange...
A noter que John Guidetti à 19ans, il est prêté par City, et a marqué en tout 11buts en 12 apparitions.
"Dans un championnat généralement dominé par le trio Ajax-PSV-Twente, l’AZ fait figure de révolutionnaire. "

Sachant que l'AZ est au top depuis 3 ans, le mot "révolutionnaire" n'est plus vraiment d'actualité.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Antoine qui ?
0 3