Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Décès d'Albert Ebossé

Le père d'Albert Ebossé réclame justice

Modififié
C'est une histoire bien sombre qui n'a toujours pas connu son dénouement.

Le 23 août 2014, Albert Ebossé Bodjongo, joueur camerounais du JS Kabylie, meurt peu de temps après le match. La thèse officielle parle d'un objet reçu des tribunes, ayant causé un choc hémorragique fatal. Seulement, près d'un an après, le père de la victime affirme lui qu'il s'agissait d'un meurtre, et pas d'un accident.

Au micro de la BBC World Service's Sportshour, André Bodjongo a réclamé justice. « Ce n'était ni une pierre ni un accident, mon fils a été assassiné. Depuis qu'il a été tué, ni le président du club ni même ses coéquipiers ne m'ont fait parvenir leurs condoléances. Personne. Moi, je ne réclame que la justice » a-t-il expliqué. « Les responsables du football mondial devraient s'assurer que le football reste un sport, pas une guerre. Si l'enquête est menée correctement, on trouvera ses assassins. Albert adorait son travail, il adorait le football » , a-t-il confié, avant de dresser un bien triste bilan. « Albert a laissé une petite fille d'un an. Son grand frère, qui est mort il y a huit ans, a laissé derrière lui quatre enfants de moins de 20 ans. Et moi, je suis leur grand-père, j'ai déjà 75 ans. Je suis en larmes. Penser à tous ces enfants, ça me fait pleurer. »


Triste histoire. GC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 9
Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 9
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall