Le patron Mourinho

Benzema, Valdano, Bernabeu, politique sportive, presse : Mourinho est en train de révolutionner le Real Madrid. Le patron à Madrid maintenant c'est lui. Bilan.

Modififié
0 75
« Il va falloir changer quelques choses et les joueurs vont devoir s'adapter à la façon dont leur entraineur conçoit le football. (...) » . Le 31 mai 2010, José Mourinho parle de lui à la troisième personne et annonce la couleur des prochains mois à la Maison Blanche. A peine sorti de l'Inter, le héros portugais expose son programme de gouvernement devant une presse espagnole médusée. Après six saisons de marasme institutionnel et sportif, le Real a fini par faire appel à son ultime recours : l'homme qui gagne tout. Pour la première fois dans l'histoire récente du Real, un entraineur du Real est plus important que le Real lui-même. Car certes le Real c'est le Real. Mais lui c'est lui. Et quand il glisse un « je ne suis qu'un entraineur. Ma matière c'est le collectif. Mais un grand entraineur n'est rien sans une grande structure autour de lui » . Comprendre : lui ne changera pas, le Real si. Retour sur les derniers mois. Ceux qui ont changé le Real.


Devenir le seul patron du vestiaire (mai 2010)

«  Pour moi Guti est déjà dehors. Rien ne sert de changer d'avis » . La blonde, sur le départ à la fin de la saison, se ravise à l'annonce de l'arrivée du Mou et ferait bien un peu de rabe. Sauf que Mourinho aime les gens « qui regardent devant eux et assument » . Un peu comme Raul quoi ? «  Lui c'est différent. Il n'a rien dit. Je veux parler avec lui » . Un mois plus tard, les deux idoles de Bernabeu sont dehors. Et Mourinho n'a même pas eu besoin de forcer la voix. Ce que le vestiaire madrilène perd en maturité, il le gagne en tranquillité. Ces deux-là, habitués des fuites (plutôt Raul) et autres déclarations malheureuses (surtout Guti), ne séviront plus. Mourinho prend le pouvoir dans le vestiaire.

Dessiner un organigramme à sa (dé)mesure (janvier 2011)

Les oreilles de Valdano en frissonnent encore : « Le club souffre d'un déficit d'empathie fonctionnelle. Dans un club tout le monde doit travailler dans la même direction » . Mourinho fait la victime mais s'en prend en réalité à la confusion des tâches au sein de l'organigramme du club. Certes Valdano est le "Premier Ministre" du Real, Miguel Pardeza le directeur sportif et Emilio Butragueño le directeur des relations institutionnelles. Mais quand on est le Mou, on ne parle pas aux seconds couteaux. Mourinho obtient alors de ne rendre des comptes qu'à Florentino Perez. Le DG du club fait amende honorable: «  s'il faut prendre un peu de distance pour qu'il se sente à l'aise, je la prendrais » . Valdano et Pardeza sont remis à leurs places et même Butragueño se met à critiquer publiquement l'arbitrage. Le champ est libre.

Gagner la Coupe du Roi pour patienter (janvier 2011)

Le Real a trop besoin de titre(s) à court terme pour que Mourinho ne s'en prive d'aucun. Le Real ne gagne plus la coupe depuis 1993 (dernière finale perdue contre Saragosse en 2004). Pire, le parcours du Real en coupe ces dernières années est plutôt rempli de sourires gênés et de défaites ridicules (Tolède en 2003, Irun en 2008 ou Alcorcon en 2009). Quand le Real se qualifie pour la finale, la mission est accomplie. «  Le Real Madrid a retrouvé son prestige en Coupe du Roi » . Merci qui ?

Ressusciter Benzema, sacrifier Kaka (janvier 2011)

Si le Mou a réclamé un neuf de rechange c'est surtout pour rétablir la méritocratie sur le front de l'attaque. Mission réussie. Depuis le 25 janvier et l'annonce de l'arrivée d'Adebayor, Benzema est sorti de son trou. Avec 9 buts en 7 matchs et 12 depuis le début de l'année, Benzema fait jeu égal avec Ronaldo en 2011. Rim-K ne se cache plus et remercie son nouveau gourou. « Mourinho est très important dans ma carrière. Il a fait de moi un guerrier. Je suis devenu un autre joueur et c'est grâce à lui » remercie l'ancien Lyonnais. Pendant ce temps, Kaka peut continuer à jouer aux dames avec Higuain à l'infirmerie. Il ne manque à personne. Même pas à Florentino.

Parler de tout et surtout de n'importe quoi (février 2011)

Mais surtout pas de football. Les mots de Mourinho sont destinés aux arbitres. Mou note la performance des arbitres et compare publiquement leurs performances ; aux équipes adverses : accusées de ne pas jouer le jeu contre le Barça (cf. affaire Gijon) ; aux organisateurs du championnat ( « dans tous les championnats européens on protège les équipes engagées en Champions, pas en Espagne » ) ; à Jaume Roures, président du groupe catalan Mediapro, détenteur des droits de retransmission de La Liga et supposé proche du FC Barcelone ( « certains sont amis avec ceux qui décident. Pas nous » ). Trop défensif le Mou avec ses trois milieux récupérateurs contre l'Altetico ? «  Si on ne nous donne pas un jour de plus de récupération, c'est trois milieux récupérateurs. Point » .

Devenir la seule voix du madridisme (mars 2011)

Malgré la bonne dizaine de polémiques déclenchée par mois par l'entraineur portugais, Perez est amoureux. Pressé de prendre position et d'éteindre les incendies allumés par son entraineur, le président merengue surprend son monde et soutient les croisades du héros. Non, le Special One n'est pas un provocateur. Au contraire, c'est la voix du madridisme et tant pis pour la tradition de sobriété et de réserve du club : «  défendre le Real contre ce que l'on croit être injuste, irrégulier et arbitraire, c'est aussi du madridisme. C'est ce que fait notre entraineur » .

Être seul maître de l'agenda (février 2011)

« Terminer deuxième ne serait pas un drame. Ce que nous ne pouvons pas faire, c'est ne pas nous battre » . Au milieu de socios excédés par les records du Barça et obsédés par l'écart de point entre les deux cadors, Mourinho prend le contrepied. Auparavant c'était le président qui fixait l'agenda. L'entraineur, lui n'était qu'un jouet dans les mains présidentielles. Désormais, c'est lui qui décide de l'échelle des priorités. La Liga n'en est donc pas une. Pellegrini a pris la porte pour moins que ça.

Chauffer le public (mars 2011)

Non content de révolutionner les structures du club, Mourinho entame sa nouvelle mission : réchauffer Santiago-Bernabeu. Au Real, comme à Las Ventas, ce sont les socios assis dans les travées qui décident du sort des joueurs, des entraineurs et des présidents. Demander au public de Bernabeu de hurler derrière son équipe revient à demander à une assemblée d'actionnaire de chanter des chansons paillardes. Mais au Real version 2011, le kapo c'est (encore) le Mou. Après la victoire contre Lyon, il se permet un «  le Bernabeu a bien joué mais pas assez. Un peu comme ces joueurs qui jouent 10 minutes, vont dans les espaces et puis disparaissent du match, réapparaissent... Moi je préfère les joueurs de 90 minutes » . Tant que ça gagne.


Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

The special one!!! Inimmitable et inégalable...
Bon article cette fois, plutôt que d'expliquer qu'il marche sur l'eau et a un plan sur tout (même la manita), je suis d'accord sur le fait que tout est calculé dans ses déclarations et qu'il a eu pour constante de prendre le pouvoir...
Maintenant, il doit gagner un titre impérativement cette année, d'où le focus sur la copa...
La révolution Mourinho est en marche.

Il s'est mis dans la poche Florentino, le staff, les joueurs, le public.

S'il rafle un titre (voir deux) il sera sacré roi de Madrid.

Son seul problème, c'est l'existence d'un autre club phénoménal sur la cote méditerranéenne.
Six ans de marasmes ? Il y a eu deux titres en 2007 et en 2008 quand même...avec quelques records à la clé il y a trois ans...décidément le Real Madrid a mauvaise presse et décuple l'amnésie.
Kaleidou, on est d'accord sur les titres avec Capello et Schuster, je pense que le point de l'article est que le real en tant qu'institution et en tant que club ne faisait plus rêver depuis l'effondrement des galactiques, ils ont gagné 2 titres sous la présidence Calderon mais n'inspiraient franchement pas l'admiration, ils avaient été sortis un peu minablement de CL, et pas mal d'observateurs attribuaient ces 2 titres plus à une baisse du niveau de la compétition (et notamment du barça en fin de période Rijkaard) qu'à la force du real.

Le dernier point est discutable et un peu injuste, mais toujours est-il que le real ne faisait plus bcp rêver, d'où la mission du Mou pour changer après une première année prometteuse avec Pellegrini.
Je ne veux pas me montrer méprisant, mais je crois qu'il manque un "s" à "polémique" dans la phrase telle que vous l'avée tournée :

"Malgré la bonne dizaine de polémiqueS déclenchée par mois"

Je sujet est la bonne dizaine, donc déclenchée ne s'accorde pas, ou selon l'envie. En revanche polémique s'accorde puisqu'il y en a plus d'une.

Mais peut-être n'était-ce qu'un oubli.

Sinon pour le reste, très bon article qui a le mérite de ne pas montrer Mourinho comme un superhéros omniscient et omnipotent, mais juste comme un mec qui se donne les moyens d'atteindre ses objectifs, que ce soit par pure ambition, par quête de pouvoir ou uniquement sportif.
Ce qu'il a fait avec Benzema c'est quand même mythique et personne dans les médias est revenu dessus : en fait, il a toujours misé sur ce type mais il n'était qu'un pion dans sa guerre interne avec Valdano

Du coup, il détruit Benzema pour détruire Valdano et lui redonne sa chance une fois ce 2ème dégagé
Il se taille la part du lion : "avant, j'avais raison de pas faire jouer Benzema parce qu'il était mauvais alors que Valdano le défendait. Aujourd'hui je suis le mec qui a relancé sa carrière au Real"

superbe, rien à dire.
Tout ça pour une coupe d'Espagne...Pas encore gagnée...
qui en douter? call him the special one!

Et il est en train de nous booster rim-k du 6-9, que de belles perspectives en vue!

Adebayor c'était une stratégie pur et dur pour booster Benzema à votre avis? (car il a compris que le karim faut pas qu'il s'endorme sur ses lauriers et qu'il a toujours besoin d'être stimuler) ou véritable mauvais choix du mou?

je veux bien qu'on lui laisse le bénéfice du doute de l'intégration mais je pense que personne ne se fait trop d'illusion sur adebayor, il ne sera pas l'année prochaine l'attaquant n°1
Relachez-vous un peu, il a encore rien gagné pour le moment...

La plus grande victoire de Mourinho c'est l'enfummage de tete...
belle remarque benji, on est au mois de mars et les trophées sont décernés en avril pour la coupe, la c1 en mai et le titre national en mai, mais Mourinho il est tellement spécial qu'il devrait déjà avoir un titre en vitrine avec le real, chercher l'erreur dans l'équation, on aime ou pas mourinho mais un minimum d'objectivité serait pas du luxe
Je suis fan du barça mais ce gars (au delà de ses provocs inutiles) est un grand entraîneur.

A mon avis ce n'est pas un tacticien exceptionnel, il reste bien sûr très bon mais il a une approche conservatrice des matches, prend très peu de risques contrairement à des Capello, Ferguson, Guardiola ou autres.

Par contre, il est exceptionnel en communication et en création de situations de confrontation psychologique, il gère bien les duels, les melons dans le vestiaire, etc. Et il est à mon avis le mieux armé pour réussir au real, maintenant il a un gros os sur son chemin et tout n'est pas assuré.

On peut aussi comprendre que les provocs font partie de son jeu mais à ce sujet je trouve qu'il ne se grandit pas, c'est un peu ce qui fait la différence entre un grand gagneur et un champion (comme certains le disaient au sujet de Schumacher en F1 en son temps)...

Côté barça, je trouve que c'est une grande motivation d'avoir un gars pareil en face, j'ai tjs pensé que le real rendait le barça fort...
Pour Haco : Et dans "[...]la phrase telle que vous l'avée[...]", il faut remplacer le dernier "e" par un "z".
Quel exploit d'aller en finale de coupe d'Espagne, mon Dieu quel génie....

Genre c'est le seul à avoir relancer la Benz... et Lolo il pue le fuel? Qui l'a mis titulaire d'entrée en EDF lorsqu'il cirait le banc du Réal? Qui lui a fait confiance d'entrée et lui a donné du temps de jeu dans une période de doute? Arrêter les délires mégalo 5 min...
A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Les culés de sofoot n'arrêtent pas de dénigrer le Madridisme, CR7 et Mourinho en parlant d'équipes faibles, d'entraineurs non-brillants tactiquement, de catins portugaises, mais sont fou de joie lorsque le Barca tape le Real.
Allez comprendre.
Si le Real est si moyen, quel est le mérite Barcelonais?

Quand Lyon tape Sochaux ou Nancy, qui sont des équipes médiocres, les Lyonnais ne font pas de parade en ville. Si le Real est si médiocre, pourquoi s'extasier?
C'est tout le paradoxme des pseudo-supporters Barcelonais. Incapable d'être un minimum objectif et aux anges lorsque le Barca tape des équipes qu'ils critiquent à longueur de journées.
Bon article.
En tout cas, il aura réussi à s'imposer au Real (et à imposer sa ligne directrice à plus long terme qu'une seule saison) soit sans rien gagner, soit en remportant une simple coupe du roi, chapeau niveau com' !
La force de Mourinho c'est son intelligence, sa capacité à s'adapter à son environnement. Il sait se placer dans l'organigramme du club, il sait comment gérer son adversaire, son groupe. Il suffit de voir le nombre de ses anciens joueurs qui lui vouent un culte pour comprendre. La déclaration de Benzema parle d'elle même. Ce gars là est un psychologue avant d'être un entraineur de foot.

Après, d'accord on s'emballe, Mourinho n'a rien gagné. Certes, mais il n'a rien perdu non plus. Avec le recul, on se rend compte que la théorie selon laquelle il aurait fait "exprès" de se prendre une rouste contre le Barça est peut être pas si loufoque que ça. Je m'explique :

A l'époque, le real avait pas le niveau pour battre barcelone. Mourinho en est conscient. Dans ce cas, on peut imaginer qu'il est en mesure de perdre avec les honneurs. Il peut faire autrement pour pas en prendre 5. Et pourtant il les prend et il s'en fout. Il fait en sorte que tout le monde le pense incapable de réitérer son exploit en une saison seulement à la tête du real.

Aujourd'hui il se retrouve en finale de la coupe du roi contre le barça, en demi finale de la Champions contre le barça (je met la charrue avant les boeufs histoire de rendre ma démonstration plus parlante), et à 5 points du barça en championnat avec encore une confrontation directe à jouer.

Forcément (et c'est ce qui ressort de vos posts) personne ne s'attend à ce qu'il gagne la LDC, ni le championnat ("le real rend le barça plus fort"). Si on est d'accord pour dire que Mourinho est un fin calculateur, on est d'accord pour dire que ça lui va très bien d'avancer caché derrière le barça.

En définitive, toute sa saison se joue face du barça. On sait qu'il est capable de les battre (Chelsea pas loin, Inter...), donc la fin de saison du real va réellement se jouer sur 4 matchs, les 4 face au barça. En fonction du nombre de victoires sur ses 4 matchs il gagnera plus ou moins de titres.

Maintenant que les faits sont bien en place, je propose qu'on en reparle au soir du 28 mai. Un air de déjà vu ?
c'est pas le seul à avoir relancer rim-k mais une part du mérite lui revient tout de même, et dans les déclarations du petit on y retrouve entre autre des marques d'affectation à josé.

Après c'est clair qu'aller en finale dans un championnat à 2 c'est pas non plus un exploit, mais quel entraîneur avec son équipe arriverait à détrôner le barça en championnat, mine de rien individuellement en majorité les joueurs du real c'est moins fort que le barça, avec un jeu d'équipe bcp moins rodé donc bon y a encore trop d'écart

Après blanc il a donné sa chance a karim mais si il l'avait eu le choix entre karim et higuain il aurait mis lequel des 2? blanc en numéro 9 en france il avait pas non plus trop le choix, les hoarau, remy, gignac c'est bien pour faire le nombre à l'entrainement ou pour surfer sur une vague médiatique à la domenech qui était en constant redorage de blason, lolo il connait le foot et à part karim il avait rien de concret en 9
Sur le cas Benzema :

Lolo en ayant une dizaine de jours sous sa houlette Benzema a permis de relancer le meilleur attaquant français. Soit.

Alors pourquoi Gourcuff qui a le droit au même traitement de faveur de la part de Blanc n'est pas redevenu le meilleur joueur de L1 ?

Mourinho donne toujours sa chance aux joueurs, il suffit de voir avec Kaka. Il lui a donner sa chance de montrer qu'il pouvait rejoueur au foot de haut niveau.

Le meilleur des hommages reste la déclaration de Mourinho à propos de Benzema "tout le mérite revient à Karim, c'est lui qui a fait les efforts pour atteindre un tel niveau de jeu".
@ Cine'

"Mourinho est très important dans ma carrière. Il a fait de moi un guerrier. Je suis devenu un autre joueur et c'est grâce à lui"

Pardon mais j'ai pas lu Laurent Blanc.
__________________

Comme l'a dit Mourinho à son arrivée (et Laurent Blanc d'ailleurs) Benzema n'avait pas l'habitude de se faire mal. Donc Mourinho s'est penché sur son cas et a travaillé son mental et on en voit les résultats aujourd'hui.
C'est simple, Benzema a été dégueulasse lors de la 1ère partie de saison et comme par miracle la venue d'Adebayor l'a tiré vers le haut.

Peut être que dans sa tête il se sentait inférieur à Higuain donc il avait lâché l'affaire et lorsque Ade' arrive il se dit "ce gars est pas du tout supérieur à moi, donc j'ai ma chance".
Même si je pense que le retour de Higuain risque de compliquer la tâche.

De Mourinho je parle.

Sinon, bon article mais qui fait l'impasse sur le 5-0 du Clasico alors qu'au contraire faut l'évoquer quand on parle du Mourinho leader.
La superbe série qu'a réalisé le Real Madrid après cette raclée montre à quel point José Mourinho est le chef charismatique du groupe. Alors effectivement ça a gueulé pendant quelques jours en expliquant un peu tout et n'importe quoi sur la tactique de Mou' (la vérité est que le Barça est très au dessus quelque soit la tactique ou joueurs en face) mais les joueurs se sont remis à gagner sur le terrain.
Puis il y a aussi la victoire à Barcelone (si si!!) contre l'Espanyol réussi à 10 pendant 1H30 qui est venu balayer les soit disant problèmes de vestiaire parmi les joueurs car ils ont montré énormément de solidarité et d'entraide sur le terrain, des qualités inimaginables au sein d'un groupe qui serait miné par des problèmes relationnels.

Mourinho a réveillé un géant.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 75