Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. D
  3. // Tchéquie-Croatie (2-2)

Le patron Modrić

La galère vécue par les Croates après la sortie de Luka Modrić l'a confirmé à ceux qui en doutaient encore, le Madrilène est bel et bien la pierre angulaire de la solidité de la Croatie. Ses potes le savent, comme l'a révélé leur panique au moment où ce dernier était présumé blessé.

Modififié
Dans cet Euro, la Croatie est attendue au tournant. Attisant les curiosités, sagement postés sur leur créneau entre les surprises potentielles et les grosses écuries, les Croates sont arrivés en France avec de solides arguments. Une génération dorée, une montée en puissance depuis la dernière Coupe du monde, un groupe cohérent et soudé, et des patrons incontestés type Rakitić ou Modrić, accompagnés de lieutenants affamés à la Kovačić ou Perišić. Ajoutez à ça un tirage au sort pas trop salaud et un groupe théoriquement accessible malgré l'Espagne dans son rôle d'ogre, et la Croatie avait toutes les raisons du monde de débuter son Euro avec ambition.


Le premier match face à la Turquie aurait dû servir à confirmer cet état d'esprit. Il a été rassurant au vu du niveau de jeu, mais pas assez pour faire gonfler au maximum la cote de confiance des gars d'Ante Čačić. Surtout, cette mise en bouche a créé un sentiment que le deuxième match face à la Tchéquie est venu confirmer brutalement : les Croates ont terriblement besoin de Luka Modrić pour être effrayants. Au milieu de 90 minutes à faire tourner le ballon gracieusement face aux Turcs, il a ainsi fallu cette reprise de génie de Modrić, unique buteur du match, pour récupérer les 3 points. À Geoffroy-Guichard, contre les Tchèques, une scène est venue mettre cette réalité crue sous les yeux des Croates, lorsqu'à l'heure de jeu, leur meneur de jeu s'est affalé sur la pelouse en se tenant la cuisse.

Le simplificateur


L'effet a été immédiat. Comme un banc de poissons autour d'un appât, ce sont tous les joueurs de la Croatie qui se sont précipités à son chevet, afin de voir comment allait Modrić. Regroupés de la sorte autour de lui, ils lui accordaient plus que jamais le statut de patron, et sa sortie du terrain a correspondu au début de la débandade des Croates. Un remplacement qui relevait plus de la prudence que de l'indispensable, Modrić ne souffrant que d'une douleur aux adducteurs, et ayant quitté la pelouse en souriant. Mais lors de la dernière demi-heure de jeu, rares étaient les Croates à se réjouir. « Quand vous jouez avec lui, tout devient plus simple » , déclarait Vedran Ćorluka, lucide, après la victoire face à la Turquie.



Un constat partagé par le Real Madrid, où Luka Modrić est une clé de voûte du 4-3-3 de Zizou. Comme il l'était sous Benítez, comme il l'était sous Ancelotti, et comme il le serait avec n'importe quel autre entraîneur. Contre la Tchéquie, Modrić n'a pas marqué, mais a passé une heure à s'amuser avec son extérieur du pied, à dicter le jeu croate, et à délivrer des colis dans les pieds comme à son habitude. Si l'impression laissée par son visage est vraie, Modrić devrait être de retour au prochain match pour reprendre sa place dans l'entrejeu croate. Un retour essentiel pour les Vatreni. Eux qui se préparent désormais à affronter l'Espagne pour une conclusion de gala à ce groupe D auront en effet bien besoin de leur Luka, pour faire face à des joueurs qu'il connaît par cœur.

Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses