Le patron, c'est Terry

0 1
John Terry n'a peur de rien. Et surtout pas de dire ce qu'il pense.



Tandis que d'une part, il se fait chambrer par Robbie Savage, Fabio Capello a décidé de lever sa "punition", lui permettant à nouveau de porter le brassard de capitaine de l'Angleterre sur le bras.



Pas farouche, le défenseur passe à l'attaque et résume sa version des faits. « Je peux comprendre la position de Capello dans cette affaire, mais je ne méritais pas de perdre ce brassard. Lors d'un match à Wembley, nous en avons parlé et j'ai accepté sa décision. Mais cela ne veut pas dire que j'étais d'accord, d'ailleurs, je ne le serais jamais. Et je suis fier de lui avoir dit en face » a-t-il affirmé en conférence de presse.



Treize mois après le scandale sexuel dans lequel Terry a été plongé avec Vanessa Perroncel, compagne de Wayne Bridge, Terry récupère donc son bien. « Pour moi, c'est un moment émouvant. Je n'en ai pas dormi, comme le premier jour où l'on va à l'école. Capello a réuni l'équipe et a annoncé la nouvelle. Il a également demandé si quelqu'un y voyait une objection, et personne n'a parlé. Mais si quelqu'un n'est pas d'accord, je préfère qu'il vienne me le dire, plutôt que je le lise sur les tabloïds » a-t-il précisé.



Et si Capello décide de convoquer Bridge, il fera autant le malin ?



EM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
l'égo des footeux: "JE ne méritais pas de perdre le brassard", pour sur bien sur john, l'exemplarité du brassard impose notamment de donner du plaisir a la femme de son coéquipier quand celui ci n'est pas disponible, ça s'appelle dédoublé la femme de son arrière droit
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 1