Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Le paradoxal été merengue

Alors que la plus belle saison de son histoire se termine, le Real Madrid est déjà tourné vers le prochain exercice. Avec pour mission de faire au moins aussi bien, Zinédine Zidane devra cravacher pour conserver un groupe aussi homogène. Autant en quantité qu’en qualité.

Modififié
Lorsque le coup de sifflet final retentit dans le stade national du pays de Galles, le Madridismo est tout à sa joie. Et pour cause, jamais au cours de ses 115 ans d’existence, le Real Madrid ne remporte autant de trophées en une saison - quatre, pour être précis. Jamais, non plus, la Ligue des champions nouvelle formule ne reste aux mains du vainqueur de l’édition précédente. Une soirée des premières, donc, pour une Maison-Blanche au sommet de son art et de sa gloire. Mais pour combien de temps ? À l’instar d’un Florentino Pérez prompt à se projeter sur le futur proche, la question trotte dans l’esprit de la nébuleuse madridista sitôt la Duodécima remise au capitaine Sergio Ramos. Et les réponses, elles, ne se font pas attendre. Car quelques semaines seulement après être monté sur le toit de l’Europe et de l’Espagne, le locataire du Bernabéu ouvre le bal des changements au sein de son effectif pléthorique. Trop, même, à en croire le statut de certaines stars, pourtant cantonnées à un simple rôle de jokers de luxe, et aujourd’hui en instance de départ. Autrement dit, l’été s’annonce studieux pour les éminences grises du Real Madrid.

Le Real, ce Bison futé du « Jeune et Jolie »


En attendant les premiers mouvements officiels, le Real Madrid se transforme en prédicateur à la Bison futé. Que ce soit dans le sens des départs ou des arrivées, les rumeurs, ou plutôt les informations crédibles, annoncent un trafic dans le rouge sur l’autoroute du mercato. Fidèles à leur nouvelle stratégie du « Jeune et Jolie » , les dirigeants blancs - qui ne répondent pas au nom de François Ozon - planchent déjà sur les retours de prêts des Espagnols Marcos Llorente (22 ans) et de Jesus Vallejo (20). Le premier, fils de Paco Llorente et descendant de Paco Gento formé au sein de la Fabrica madridista, sort d’un exercice surprenant au Deportivo Alavés où il s’est révélé aux yeux des observateurs de Liga comme le Sergio Busquets du futur. Pour le défenseur central, la trajectoire se rapproche plus de celle d’un Marco Asensio : acheté au Real Saragosse puis immédiatement envoyé à l’Eintracht Francfort, il s’affiche comme la relève nationale de Piqué et Sergio Ramos. Des rapatriements qui s’inscrivent dans une logique de rajeunissement de l’effectif de Zinédine Zidane. Mais des achats ne sont également pas à exclure.


Dans les tuyaux depuis des semaines, pour ne pas dire des mois, la signature de Theo Hernández (19 ans) devrait officialiser la première dépense estivale des Madridistas. À 24 millions d’euros la recrue, soit le montant de la clause libératoire du natif de Marseille, le Bernabéu flaire la bonne affaire, d’autant que l’éphémère latéral gauche du Deportivo Alavés est un prodige du centre de formation de l’Atlético de Madrid. Une prise de guerre, donc, que Florentino Pérez souhaiterait accompagner d’un autre Français : Kylian Mbappé. Malgré la concurrence d’Arsenal, de United et du PSG, le big boss du Real sait tenir une longueur d’avance sur le dossier, d'abord car le joueur semble né pour porter le maillot blanc immaculé, et ensuite parce que le champion d’Europe peut dégainer une offre indécente - certains canards pro-merengues allant jusqu’à parler de 150 millions d’euros... Bref, tous ces profils juvéniles s’inscrivent dans un plan établi pour dominer le football mondial durant les dix prochaines années. Pourtant, reste encore à savoir si les Madridistas peuvent répéter la saison qu’ils viennent de clore avec un groupe certes rajeuni, mais à l’expérience toute relative.

Morata, James et Pepe, ou l’incapacité de conserver des super-remplaçants


Car si le sens des arrivées voit rouge, il en va de même pour celui des départs. Parmi l’escouade vainqueur du doublé Liga-Duodécima, Zinédine Zidane peut d’ores et déjà faire une croix sur trois de ses joueurs : Pepe, James et Morata. Quand le premier, en fin de contrat, ne rapporte rien aux caisses de la Maison-Blanche, le Colombien et l’Espagnol peuvent être vendus pour 170 millions d’euros. Une manne financière qui n’empêche quelques doutes de pointer le bout de leur nez : comment l’entraîneur madridista peut-il maintenir le modèle de gestion qui lui a offert la Liga sans ces trois joueurs ?



Ou plus globalement, comment le Real peut-il conserver autant de talents dans des rôles de super remplaçants ? En des termes offensifs, la perte du duo James-Morata équivaut à 31 buts et 19 passes décisives sur le seul exercice 2016-2017. Quant au central portugais, difficile de trouver sur le marché un remplaçant d’un tel calibre. Et c’est bien là la rançon du succès madrilène. Reste qu’avec une prochaine saison qui s’annonce démente, entre Liga et Ligue des champions, mais aussi Mondial des clubs et Supercoupe d'Europe et d’Espagne, la période estivale s’annonce charnière pour retrouver Kiev dans un an.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses
À lire ensuite
Jean-Kévin un peu juste