En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Le Onze de Yann Lachuer

On trouve de tout dans le onze type de Yann Lachuer. Du latéral besogneux, du Corse, du Berrichon, du champion du monde, et même du défunt. Yann Lachuer ? C'est le frère de l'ancien gardien d'Amiens, mais c'est aussi le maître à jouer de la dernière grande génération Auxerroise.

Modififié

Gardien Lionel Charbonnier: C'est lui qui m'a inculqué la culture du professionnalisme quand je suis arrivé à Auxerre. Il était extrêmement exigeant. Je me souviens d'un match avec la réserve de l'AJA, où il me prend pour l'échauffement. J'étais un peu en dilettante, on était en division 4. Je rate deux ou trois frappes et il me sort « si tu t'appliques pas, tu dégages » . Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi pointilleux. J'étais surpris, mais après coup, je me dis qu'il a bien fait de me remettre dans le droit chemin. Défenseurs Franck Jurietti: Avant de le connaître à Bastia, je l'ai connu comme adversaire lorsqu'il jouait à Gueugnon. Il m'avait pris en individuelle et m'avait filé un coup de coude. J'ai fini dans les pommes. Franck, c'est quelqu'un avec un gros tempérament, mais dans la vie, il est complètement différent. Et c'est aussi un footballeur complet. Philippe Mexès: De la génération Playstation de l'AJA, la dernière génération dorée en date, c'est de loin celui qui avait le plus gros potentiel. Il était très précoce dans son jeu, en avance sur son temps. D'ailleurs, Boumsong, Cissé ou Kapo sont tous allés en Equipe de France avant lui, mais celui qui y est encore, c'est Philippe. Aujourd'hui, il confirme, il bénéficie d'un contexte favorable et peut enfin s'imposer en Bleu. Et puis, ce n'est pas quelqu'un de carriériste. Morlaye Soumah: A Bastia, Morlaye est une légende. Il a tout connu avec le club, les bons comme les mauvais moments, c'est LE joueur emblématique. Il n'avait pas d'énormes qualités physiques, mais il était très doué en matière de lecture de jeu, d'anticipation et de couverture. Un super libéro. Franck Rabarivony: Un bon garçon, un footballeur complet, vif, avec une bonne patte gauche. Et un pur produit de la formation Auxerroise. Il avait la mentalité du club, tout en étant bon vivant. Milieux Sabri Lamouchi: Le joueur intelligent par excellence. Il avait toujours un temps d'avance au niveau de la réflexion du jeu et dans la façon de mener sa carrière. Un exemple.Michael Essien: Quand je l'ai connu à Bastia, il avait 17 ans, et c'était déjà un monstre de puissance. On savait déjà que c'était un phénomène. Il faisait preuve d'une maturité hors norme pour son âge, il pouvait jouer partout. Et malgré son talent, il était toujours à l'écoute des plus vieux. Bref, je ne suis pas surpris de le voir où il est actuellement. Khalilou Fadiga: Comme tous les gauchers, c'était un gaucher exclusif. Mais quel pied gauche ! Il avait d'énormes qualités techniques. Lui réclamait de jouer dans l'axe, mais il a toujours joué à gauche. C'était le boute-en-train de l'équipe, et je ne dis pas ça de manière péjorative. C'est un garçon attachant avec un grand cœur (sic). Jason Mayele: C'est un hommage à un joueur que j'ai côtoyé à Chateauroux, un super dribbleur. Il faisait basculer un match sur une action. C'était un ailier droit type, qui allait très vite. Un peu foufou dans sa tête. Il s'est tué en voiture il y a neuf ans en Italie, alors qu'il jouait au Chievo Verone. Il avait 26 ans. Attaquants Marco Simone: La star à l'état pur. Il avait la classe, également sur le plan humain. Il ne faisait pas sentir qu'il avait l'envergure internationale. C'était vraiment un joueur d'une autre dimension, avec la culture italienne, c'est-à-dire la gagne quoi qu'il arrive. Stéphane Guivarc'h: J'ai hésité avec Cissé, mais Djib' il est plus dans le show biz', le m'as-tu vu, etc. Stéphane, c'est l'opposé, c'est un amoureux du foot. Il était comme un gamin, tout ce qu'il voulait c'était jouer et marquer des buts. C'était un super coéquipier de vestiaire, on était très complémentaire, je lui ai fais plein de passes décisive. Remplaçants: Djib', Kapo, Tainio ( « Ah, il joue aux Etats-Unis ? » ) et Ferdinand Coly, « qui était inconnu quand je l'ai connu et qui a eu la volonté de faire une grande carrière très jeune » . Entraîneur: Ca va peut-être vous surprendre mais je ne vais ni prendre Antonetti, ni Guy Roux. Je vais choisir Jean-Marc Furlan. Je ne l'ai côtoyé qu'une saison, à Troyes, mais c'est lui qui m'a donné l'envie de devenir entraîneur (*). Je me suis complètement retrouvé dans sa philosophie de jeu. Et au niveau des séances entraînements, c'est ce que j'ai connu de mieux.Propos recueillis par Marc Hervez.


Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures 414€ à gagner avec Barça & Bayern il y a 8 heures BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
il y a 8 heures 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 11 heures Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 13 il y a 12 heures Un supporter met le feu tout seul en D8 anglaise 9 Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 47 Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 25 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 9
À lire ensuite
Lens, à feu et à sang