Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // 9 janvier
  2. // Journée mondiale de la Corse

Le onze de rêve de Pierre Salvadori

Corse d’origine, Pierre Salvadori a grandi à la belle époque du Sporting Bastia, marquée par l’épopée en Coupe UEFA 1978. Des exploits qu’il a suivis, match après match, « collé à un poste de radio en Irlande » , à essayer de capter les grandes ondes, ou depuis les Ardennes le soir de sa première « méga cuite, à base de cerises » . Pour la journée mondiale de la Corse, le réalisateur replonge dans ses souvenirs pour composer une équipe 100% bastiaise. Forza l’attaque !

Modififié
Sur le banc
Pierre Cahuzac
Pierre
Cahuzac

Pierre Cahuzac

« Qui d’autre ? C’est l’entraîneur qui est lié à la plus grande époque de Bastia. Il n’était pas corse, mais il l’est devenu. Avec son visage sage, rassurant, j’imagine qu’il avait de la ressource et de l’inspiration pour réussir avec des joueurs si différents : des guerriers et des techniciens, portés par quelque chose de magique. »

Pascal Olmeta
Pascal
Olmeta

Pascal Olmeta

« Il incarnait le foot corse, dans la tradition des grands gardiens bastiais. C’est un caractère, une personnalité à la fois flamboyante et ambiguë. Même une espèce de rage. »

Jean-Louis Cazes
Jean-Louis
Cazes

Jean-Louis Cazes

« Un taulier dans le couloir droit. Comme les autres défenseurs, il a remporté la Coupe de France trois ans après avoir pris part à l'épopée en Coupe d'Europe. »

Paul Marchioni
Paul
Marchioni

Paul Marchioni

« Pas forcément le plus technique, mais c’est un combatif. Je l’adorais, je le trouvais classe. Finalement, il a eu une carrière assez inespérée. C'est lui qui soulève la Coupe de France 81. Un mec avec de l’engagement, de la constance. Un soldat. »

Charles Orlanducci
Charles
Orlanducci

Charles Orlanducci

« Un combattant, rugueux, un pilier, à l’image de Marchioni. On pouvait compter sur lui. Il avait un bon jeu de tête, de la force du panache. Il incarnait le club. »

Félix Lacuesta
Félix
Lacuesta

Félix Lacuesta

« Pour moi, il est associé à une action en particulier. C’est la remontée formidable au Stadio Comunale de Turin avant le but de Larios. Magnifique ! »

Johnny Rep
Johnny
Rep

Johnny Rep

« La légende raconte qu’il n’a jamais vu le stade avant de signer, sinon il n’aurait pas signé. Personne n’a jamais su comment il est arrivé ici. Le Real Madrid voulait l’engager, et il vient à Bastia ! (rires) Aujourd’hui, ça n’arriverait plus. Très élégant, efficace, rapide, technique, il a emmené Bastia en finale de Coupe d'Europe. Le plus beau, c’est qu’il est resté une deuxième ...

Jean-François Larios
Jean-François
Larios

Jean-François Larios

« Une grande gueule, un joueur flamboyant, une statue. Je l’aimais beaucoup même s’il n’est pas resté longtemps (une seule saison en 1977-78, ndlr). Je me rappelle parfaitement de son but à Turin, à 30 mètres des buts ! »

Claude Papi
Claude
Papi

Claude Papi

« Le Platini corse. Il avait l’air gentil et intelligent, j’aimais beaucoup ce qu’il dégageait. C’est la vista, l’inspiration, la technique. Un joueur rassurant. Quand il n’était pas là, on avait peur. Il est mort trop jeune (à 33 ans, à la suite d'une rupture d’anévrisme, ndlr). »

Jean-Marie De Zerbi
Jean-Marie De
Zerbi

Jean-Marie De Zerbi

« J’aimais sa jeunesse, son côté miraculeux. Et puis, je jouais aussi ailier, donc j’adorais les joueurs comme lui. »

Roger Milla
Roger
Milla

Roger Milla

« C’est pas tant pour son passage à Bastia, mais j’adorais ce joueur qui a duré si longtemps. Débonnaire, souriant. Il marque quand même à l’âge de 42 ans en Coupe du monde ! À Bastia, c’était un joueur un peu en vacances, mais qui plantait des buts quand même. »


Dragan Džajić

Dragan
Džajić


Dragan Džajić

« J’adorais aussi cet ailier. Il était hyper rapide, technique, dribbleur. En fait, il volait. Il marquait des coups francs incroyables et des corners directs. Et pas qu’un ! »

Pascal Olmeta « Il incarnait le foot corse, dans la tradition des grands gardiens bastiais. C’est un caractère, une personnalité à la fois flamboyante et ambiguë. Même une espèce de rage. »

Jean-Louis Cazes « Un taulier dans le couloir droit. Comme les autres défenseurs, il a remporté la Coupe de France trois ans après avoir pris part à l'épopée en Coupe d'Europe. »

Paul Marchioni « Pas forcément le plus technique, mais c’est un combatif. Je l’adorais, je le trouvais classe. Finalement, il a eu une carrière assez inespérée. C'est lui qui soulève la Coupe de France 81. Un mec avec de l’engagement, de la constance. Un soldat. »

Charles Orlanducci « Un combattant, rugueux, un pilier, à l’image de Marchioni. On pouvait compter sur lui. Il avait un bon jeu de tête, de la force du panache. Il incarnait le club. »

Félix Lacuesta « Pour moi, il est associé à une action en particulier. C’est la remontée formidable au Stadio Comunale de Turin avant le but de Larios. Magnifique ! »

Johnny Rep « La légende raconte qu’il n’a jamais vu le stade avant de signer, sinon il n’aurait pas signé. Personne n’a jamais su comment il est arrivé ici. Le Real Madrid voulait l’engager, et il vient à Bastia ! (rires) Aujourd’hui, ça n’arriverait plus. Très élégant, efficace, rapide, technique, il a emmené Bastia en finale de Coupe d'Europe. Le plus beau, c’est qu’il est resté une deuxième saison. »

Jean-François Larios « Une grande gueule, un joueur flamboyant, une statue. Je l’aimais beaucoup même s’il n’est pas resté longtemps (une seule saison en 1977-78, ndlr). Je me rappelle parfaitement de son but à Turin, à 30 mètres des buts ! »

Claude Papi « Le Platini corse. Il avait l’air gentil et intelligent, j’aimais beaucoup ce qu’il dégageait. C’est la vista, l’inspiration, la technique. Un joueur rassurant. Quand il n’était pas là, on avait peur. Il est mort trop jeune (à 33 ans, à la suite d'une rupture d’anévrisme, ndlr). »

Jean-Marie De Zerbi « J’aimais sa jeunesse, son côté miraculeux. Et puis, je jouais aussi ailier, donc j’adorais les joueurs comme lui. »

Roger Milla « C’est pas tant pour son passage à Bastia, mais j’adorais ce joueur qui a duré si longtemps. Débonnaire, souriant. Il marque quand même à l’âge de 42 ans en Coupe du monde ! À Bastia, c’était un joueur un peu en vacances, mais qui plantait des buts quand même. »


Dragan Džajić : « J’adorais aussi cet ailier. Il était hyper rapide, technique, dribbleur. En fait, il volait. Il marquait des coups francs incroyables et des corners directs. Et pas qu’un ! »

Pierre Cahuzac « Qui d’autre ? C’est l’entraîneur qui est lié à la plus grande époque de Bastia. Il n’était pas corse, mais il l’est devenu. Avec son visage sage, rassurant, j’imagine qu’il avait de la ressource et de l’inspiration pour réussir avec des joueurs si différents : des guerriers et des techniciens, portés par quelque chose de magique. »



Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 2 Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 4 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 42 Hier à 15:30 Le bijou de Kolarov face au Costa Rica 8 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 1
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 9 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9 samedi 16 juin Messi rate son penalty ! 18 samedi 16 juin Finnbogason relance l'Islande ! 3 samedi 16 juin Le premier but en Coupe du monde d'Agüero samedi 16 juin Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 samedi 16 juin Pogba délivre les Bleus 8 samedi 16 juin La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 samedi 16 juin L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 samedi 16 juin Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 25 : Les Bleus vus d'Australie, Espagne-Portugal et le Danois daltonien