Le Onze de Rêve de Ludovic Giuly

Lyon, Monaco, Barcelone, Rome, Paris. Ludovic Giuly est un homme qui a su allier football de haut niveau et qualité de vie durant sa carrière. Au moment de faire le bilan, l'ailier qui vient de fêter son 700ème match en professionnels nous livre logiquement un onze de rêve qui régale sur le terrain, et un banc qui rendrait le sourire au plus plombé des vestiaires.

Modififié
150 14
Sur le banc

Sébastien Squillaci :

Très sérieux sur le terrain, mais en dehors, il peut tout déclencher en une fraction de seconde. Si son fil droit touche son fil gauche, ça peut faire des étincelles.

Gaël Givet :

J’ai besoin de lui, parce que c’est un animateur de soirées. Le DJ numéro un, c’est lui.

Sylvain Armand :

D’un point de vue animation, c’est un de ceux qui m’a le plus impressionné. Il a toujours des belles idées, des bons thèmes. On ne se lasse jamais de ses soirées. Il est à fond dans les années 80, avec toute la musique qu’on aime.

Thiago Motta :

Il s’entendrait bien avec les gars que j’ai déjà cités, avec sa bonne humeur brésilienne. Il ne connait pas bien les années 80, mais je suis sûr qu’il doit chanter la dernière chanson brésilienne à la mode et qu’Armand doit faire la chorégraphie.

Grégory Coupet
:

Grégory Coupet :

C’était le premier à travailler, mais c’était aussi le spécialiste de la bière.

Fabien Barthez :

C’est quelqu’un avec qui je m’entends super bien. On a joué à Monaco ensemble, il a toujours été très performant dans tout ce qu’il a fait. Et puis ça a été le premier gardien à être spectaculaire.

Juliano Belletti :

Parce que pour moi, les défenseurs étaient des joueurs qui restaient derrière l’attaquant. Alors que lui, il avait du coffre, il montait, et on s’entendait bien sur notre côté droit dans le système du Barça, c’était spectaculaire.

Philippe Mexès :

Parce qu’il est fou. C’est un bon pote, et il a son propre style. C’est quelqu’un qui m’a fait beaucoup rire à Rome, et qui me fait encore rire aujourd’hui. A Milan, il monte en puissance, il va devenir encore plus fort qu’il l’était à la Roma.

Rafael Marquez :

Rafael Marquez :

C’est quelqu’un que j’ai connu à Monaco. Très fort au niveau du placement et des relances. Pour un défenseur, il avait un toucher de balle extraordinaire.

Eric Abidal
:

Eric Abidal :

Je le connais depuis Lyon, et je l’ai retrouvé à Monaco. Aujourd’hui, avec ce qui lui arrive, ce serait quand même maladroit de l’oublier dans mon onze de rêve.

href="/xavi.html">Xavi :

Xavi :

Un joueur qui ne perd jamais le ballon, qui joue entre les lignes, simplement. Il est juste énorme.

Didier Deschamps :

Il faut un bourrin pour évoluer à côté de Xavi, un porteur d’eau qui va colmater les brèches.

Zinedine Zidane
:

Zinedine Zidane :

Zizou, on connait : sa simplicité, sa gestuelle, sa qualité de passe, sa vision de jeu… Il pouvait défendre et attaquer, c’était très fort.

Lionel Messi :

C’est un extra-terrestre que j’ai connu quand il débutait à Barcelone. Il est tous les ans plus fort, on ne sait pas jusqu’où il va aller. C’est à cause de lui que je suis parti de Barcelone. Si je pensais que j’avais une chance de jouer je serais resté, mais là, ça devenait beaucoup trop dur pour moi.

Samuel Eto’o :

Samuel Eto’o :

Il fait des appels dans le bon sens, techniquement c’est bon, il est rapide dans ses dribbles… Et puis il travaille pour l’équipe, ce qui est rare chez un attaquant. Il ne pense pas qu’à sa gueule et qu’à marquer des buts.

href="/ronaldinho.html">Ronaldinho :

Ronaldinho :

Je l’ai connu à Barcelone, au sommet de sa carrière. Techniquement, dans les gestes, les contrôles, c’est celui qui m’a le plus impressionné. Il n’a pas été Ballon d’Or pour rien…

Fabien Barthez : C’est quelqu’un avec qui je m’entends super bien. On a joué à Monaco ensemble, il a toujours été très performant dans tout ce qu’il a fait. Et puis ça a été le premier gardien à être spectaculaire.

Juliano Belletti : Parce que pour moi, les défenseurs étaient des joueurs qui restaient derrière l’attaquant. Alors que lui, il avait du coffre, il montait, et on s’entendait bien sur notre côté droit dans le système du Barça, c’était spectaculaire.

Philippe Mexès : Parce qu’il est fou. C’est un bon pote, et il a son propre style. C’est quelqu’un qui m’a fait beaucoup rire à Rome, et qui me fait encore rire aujourd’hui. A Milan, il monte en puissance, il va devenir encore plus fort qu’il l’était à la Roma.

Rafael Marquez : C’est quelqu’un que j’ai connu à Monaco. Très fort au niveau du placement et des relances. Pour un défenseur, il avait un toucher de balle extraordinaire.

Eric Abidal : Je le connais depuis Lyon, et je l’ai retrouvé à Monaco. Aujourd’hui, avec ce qui lui arrive, ce serait quand même maladroit de l’oublier dans mon onze de rêve.

Xavi : Un joueur qui ne perd jamais le ballon, qui joue entre les lignes, simplement. Il est juste énorme.

Didier Deschamps : Il faut un bourrin pour évoluer à côté de Xavi, un porteur d’eau qui va colmater les brèches.

Zinedine Zidane : Zizou, on connait : sa simplicité, sa gestuelle, sa qualité de passe, sa vision de jeu… Il pouvait défendre et attaquer, c’était très fort.

Lionel Messi : C’est un extra-terrestre que j’ai connu quand il débutait à Barcelone. Il est tous les ans plus fort, on ne sait pas jusqu’où il va aller. C’est à cause de lui que je suis parti de Barcelone. Si je pensais que j’avais une chance de jouer je serais resté, mais là, ça devenait beaucoup trop dur pour moi.

Samuel Eto’o : Il fait des appels dans le bon sens, techniquement c’est bon, il est rapide dans ses dribbles… Et puis il travaille pour l’équipe, ce qui est rare chez un attaquant. Il ne pense pas qu’à sa gueule et qu’à marquer des buts.

Ronaldinho : Je l’ai connu à Barcelone, au sommet de sa carrière. Techniquement, dans les gestes, les contrôles, c’est celui qui m’a le plus impressionné. Il n’a pas été Ballon d’Or pour rien…

Sébastien Squillaci : Très sérieux sur le terrain, mais en dehors, il peut tout déclencher en une fraction de seconde. Si son fil droit touche son fil gauche, ça peut faire des étincelles.

Gaël Givet : J’ai besoin de lui, parce que c’est un animateur de soirées. Le DJ numéro un, c’est lui.

Sylvain Armand : D’un point de vue animation, c’est un de ceux qui m’a le plus impressionné. Il a toujours des belles idées, des bons thèmes. On ne se lasse jamais de ses soirées. Il est à fond dans les années 80, avec toute la musique qu’on aime.

Thiago Motta : Il s’entendrait bien avec les gars que j’ai déjà cités, avec sa bonne humeur brésilienne. Il ne connait pas bien les années 80, mais je suis sûr qu’il doit chanter la dernière chanson brésilienne à la mode et qu’Armand doit faire la chorégraphie.

Grégory Coupet : C’était le premier à travailler, mais c’était aussi le spécialiste de la bière.



Propos recueillis par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Sacré 11... C'est là qu'on se rend compte qu'il a joué avec du beau monde quand même le petit Ludo...
Frenchies Niveau : CFA
G Buffon / Cassilas
AD Alves / Sagnol
DC Puyol / Desailly
AG Abidal / Robertocarlos
MD Xavi / Beckham
MDF Viera / Gatuso
MG Zizou / Ribéry
AiD Messi / CristianoR7
AiG Roni / Henry.
AC EtoO / Ronaldo9

... là je crois que !!! ^^
@Frenchies:

Là je crois que t'as rien compris au concept surtout.
@Franchouillard: euh comment dire... mec on s'en bat les reins de ta compo sale encule*
Aldous le mec bien sociable --'
Et Francesco, il est où ?
Par contre, Deschamps il l'assassine. Même si il a pas forcément tort.
Vraiment sympa ce onze de rêve ! Le banc m'a bien fait marrer !
Bof, la défense est bof.

A la rigueur ça donnerait un bon match d'exhib, mais de rêve... non.
Oula y'a des transfuges de foot mercato/foot 365 ici... certains n'ont jamais du lire les onzes de rêve précédent. Notre Ludo national fait référence a ses expériences passées, nous livre des anecdotes, nous fait un peu découvrir le caractére de ses coéquipiés. En gros, il ne nous cite pas la liste UEFA des meilleurs joueurs de tous les temps. (j'essaye juste d'expliquer d'une maniére un peu plus polis qu'Aldous... ;) )
d'autant plus qu'un simple coup d'oeil au banc suffit pour s'en apercevoir...
Elle a quand même sacrement de la gueule* son équipe
Ok, il ne cherche pas à donner le meilleur 11 de tous les temps, ce n'est pas le but de l'exercice... mais elle a quand même de la gueule son équipe ! Surtout son attaque, qui pourrait mettre le feu à peu près à n'importe quelle défense !!! Il a quand même joué avec de sacrés clients le Ludo !
Sofoot devient mal fréquenté, ça joue trop à PES !
Je ne disais pas le contraire...c'est clair qu'elle envoit du rêve sa compo... Ludo lui même m'en a envoyé plus d'une fois du rêve! Souvenez vous, ce but d'extra terrestre contre Lens, sur un centre magnifique de Rothen (sisi de notre Johnny national, un centre magnifique)>>> Un but qu'il est super dur a faire sur Fifa, et pratiquement impossible sur PES, et un combo ou il faut toucher pleins de touches pour le faire sur street fighter... Un but que certains j'ai l'impression n'ont jamais vu ici... Le foot a pourtant bien été créé avant Knysna, Guardiola a bien été un footballeur avant d'être un entraineur... Il fut même un temps ou les Cheikhs se permettaient de descendre sur la pelouse pour faire invalider un but, une époque ou il n'aurait jamais été conçu d'organiser une coupe du monde au Qatar et il semblait encore possible que Nantes gagne la ligue 1 sans avoir un budget de centaine de millions d'euros et un entraineur Italien. J'aime bien notre époque, ne vous méprenez pas, mais je crois que Sofoot défend(ait?) aussi une vision "romantique" de notre jeu préféré, et apprécie(ait?) un peu (beaucoup?) d'esprit... Essayé mes amis d'en être digne...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
150 14