Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Le onze de rêve de Jérôme Rothen

De Monaco à Paris, en passant par l'équipe de France ou même Bastia et Ankaragücü, Jérôme Rothen a gambadé avec du beau monde tout au long de sa carrière. La preuve avec son Onze de rêve, où ne figure curieusement aucun joueur fréquenté à Troyes ou Caen.

Modififié
Sur le banc

David Trezeguet :

« J'ai été marqué par son adresse devant le but. Il cadrait tout. De la tête, pied gauche, pied droit, il avait toujours le geste juste. »

href="/pedro.html">Pedro Pauleta:

Pedro Pauleta:

« Parce qu'à une période, si Paris a pu rester à un niveau honorable, c'était en grande partie grâce à lui. Pour moi, c'était un vrai repère sur le terrain. »

Mario Yepes :

Mario Yepes :

« Comme Pauleta était le repère devant, lui était le repère derrière. Nous étions les trois leaders de cette équipe. Si on s'en est sortis, et c'était pas facile, c'était parce qu'on était tous les trois à un niveau intéressant. »

Claude Makelele
:

Claude Makelele :

Comme Zikos ou Deschamps, il n'était extraordinaire techniquement, mais il garantissait l'équilibre de l'équipe.

Didier Deschamps :

« Sans hésiter. Parce qu'il est dans la catégorie des très grands entraîneurs. Quand tu gagnes tout en tant que joueur, puis que tu remportes des trophées partout où tu passes en tant qu'entraîneur, cela démontre de très grandes compétences. Et c'est un grand meneur d'hommes. Pour moi, c'est un génie. Aujourd'hui, il y a Mourinho et lui. »

Mickaël Landreau :

« Dernièrement, il a battu le record de matchs en Ligue 1, ce qui démontre une constance et une régularité au plus haut niveau. C'est un véritable exploit, ce n'est pas donné à tout le monde. »

Lilian Thuram :

« Une barre de fer. Athlétiquement, il avait toutes les qualités pour être parmi les meilleurs du monde, et il l'a été un bon bout de temps. Il n'y a qu'à voir son palmarès. »

Geremi Njitap
:

Geremi Njitap :

« J'ai joué avec lui à Ankaragücü, où il avait reculé en défense. C'était un roc, qui pouvait jouer dans l'axe, à droite, au milieu ou derrière. Il m'a beaucoup impressionné dans les duels. »

Marcel Desailly :

« À peu près pour les mêmes raisons que Lilian Thuram. Marcel, c'était un monstre physique. Et puis, il n'avait pas d'équivalent pour motiver un groupe. »

Patrice Évra
:

Patrice Évra :

« Cela fait un bout de temps qu'il est au plus haut niveau, et parvenir à être capitaine de Manchester United sans être britannique, c'est une vraie performance. Il a toujours eu confiance en lui. Il peut parfois paraître arrogant, mais je peux vous assurer que c'est quelqu'un de très attachant. »

Ludovic Giuly :

« Il n'avait pas forcément un gros talent de passeur, pour un milieu de terrain, mais il était tellement intelligent dans ses déplacements... Il avait une adresse impressionnante devant le but, capable de marquer à tout moment. Il pouvait à lui seul transformer un 4-4-2 en 4-3-3. »

Andréas Zikos :

Andréas Zikos :

« Il ne faisait pas de bruit, "Akis", mais tactiquement, il était très fort. Il colmatait toutes les brèches. Techniquement, ce n'était pas le meilleur, mais il était impeccable dans l'implication, et c'était le relais de Didier Deschamps sur le terrain. Je pense que Deschamps se reconnaissait en lui, ils avaient un jeu assez similaire. »

Zinédine Zidane :

« Je ne peux pas ne pas le mettre dans cette équipe, malgré tout (dans sa biographie publiée en octobre 2008, Jérôme Rothen raconte que Zinédine Zidane l'a traité de "fils de pute" lors de la rencontre de 2004 opposant Monaco au Real Madrid, ndlr). »

Jérôme Rothen
:

Jérôme Rothen :

« Je me mets, évidemment. Sans te raconter ce que je pense de moi, on va dire que ma complémentarité avec Pat' Évra a fait les beaux jours de Monaco. »

Thierry Henry :

« On a commencé à jouer ensemble quand on avait 13 ans, à Clairefontaine, avant de se retrouver avec plaisir en équipe de France. C'est le meilleur buteur en équipe de France, je vais pas vous énumérer son palmarès. »

Fernando Morientes :

Fernando Morientes :

« La grande classe. Impressionnant devant le but, dans le jeu de tête. Je n'ai jamais vu une détente pareille. On parlait souvent de Zamorano, "l'Hélicoptère", qui restait longtemps en l'air. Morientes, c'était un peu pareil. »

Mickaël Landreau : « Dernièrement, il a battu le record de matchs en Ligue 1, ce qui démontre une constance et une régularité au plus haut niveau. C'est un véritable exploit, ce n'est pas donné à tout le monde. »

Lilian Thuram : « Une barre de fer. Athlétiquement, il avait toutes les qualités pour être parmi les meilleurs du monde, et il l'a été un bon bout de temps. Il n'y a qu'à voir son palmarès. »

Geremi Njitap : « J'ai joué avec lui à Ankaragücü, où il avait reculé en défense. C'était un roc, qui pouvait jouer dans l'axe, à droite, au milieu ou derrière. Il m'a beaucoup impressionné dans les duels. »

Marcel Desailly : « À peu près pour les mêmes raisons que Lilian Thuram. Marcel, c'était un monstre physique. Et puis, il n'avait pas d'équivalent pour motiver un groupe. »

Patrice Évra : « Cela fait un bout de temps qu'il est au plus haut niveau, et parvenir à être capitaine de Manchester United sans être britannique, c'est une vraie performance. Il a toujours eu confiance en lui. Il peut parfois paraître arrogant, mais je peux vous assurer que c'est quelqu'un de très attachant. »

Ludovic Giuly : « Il n'avait pas forcément un gros talent de passeur, pour un milieu de terrain, mais il était tellement intelligent dans ses déplacements... Il avait une adresse impressionnante devant le but, capable de marquer à tout moment. Il pouvait à lui seul transformer un 4-4-2 en 4-3-3. »

Andréas Zikos : « Il ne faisait pas de bruit, "Akis", mais tactiquement, il était très fort. Il colmatait toutes les brèches. Techniquement, ce n'était pas le meilleur, mais il était impeccable dans l'implication, et c'était le relais de Didier Deschamps sur le terrain. Je pense que Deschamps se reconnaissait en lui, ils avaient un jeu assez similaire. »

Zinédine Zidane : « Je ne peux pas ne pas le mettre dans cette équipe, malgré tout (dans sa biographie publiée en octobre 2008, Jérôme Rothen raconte que Zinédine Zidane l'a traité de "fils de pute" lors de la rencontre de 2004 opposant Monaco au Real Madrid, ndlr). »

Jérôme Rothen : « Je me mets, évidemment. Sans te raconter ce que je pense de moi, on va dire que ma complémentarité avec Pat' Évra a fait les beaux jours de Monaco. »

Thierry Henry : « On a commencé à jouer ensemble quand on avait 13 ans, à Clairefontaine, avant de se retrouver avec plaisir en équipe de France. C'est le meilleur buteur en équipe de France, je vais pas vous énumérer son palmarès. »

Fernando Morientes : « La grande classe. Impressionnant devant le but, dans le jeu de tête. Je n'ai jamais vu une détente pareille. On parlait souvent de Zamorano, "l'Hélicoptère", qui restait longtemps en l'air. Morientes, c'était un peu pareil. »

David Trezeguet : « J'ai été marqué par son adresse devant le but. Il cadrait tout. De la tête, pied gauche, pied droit, il avait toujours le geste juste. »

Pedro Pauleta: « Parce qu'à une période, si Paris a pu rester à un niveau honorable, c'était en grande partie grâce à lui. Pour moi, c'était un vrai repère sur le terrain. »

Mario Yepes : « Comme Pauleta était le repère devant, lui était le repère derrière. Nous étions les trois leaders de cette équipe. Si on s'en est sortis, et c'était pas facile, c'était parce qu'on était tous les trois à un niveau intéressant. »

Claude Makelele : Comme Zikos ou Deschamps, il n'était extraordinaire techniquement, mais il garantissait l'équilibre de l'équipe.

Didier Deschamps : « Sans hésiter. Parce qu'il est dans la catégorie des très grands entraîneurs. Quand tu gagnes tout en tant que joueur, puis que tu remportes des trophées partout où tu passes en tant qu'entraîneur, cela démontre de très grandes compétences. Et c'est un grand meneur d'hommes. Pour moi, c'est un génie. Aujourd'hui, il y a Mourinho et lui. »



Propos recueillis par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 10
Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 9
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE