Le onze de rêve d’Éric Carrière

Le champion de France 2001 n’a pas connu que des tocards dans sa carrière. Sous les couleurs du FC Nantes, de Lyon ou encore du RC Lens en passant par quelques sélections en équipe de France, Éric Carrière a côtoyé du beau monde. Du très beau même. Son 4-4-2 résolument offensif a donc de la gueule avec de la qualité technique sur les côtés et des claqueurs de pions patentés devant. Et puis lui-même en tant que plaque tournante, normal. Le tout accompagné de remplaçants qui savent manier le cuir. En somme, du lourd.

Modififié
0 53
Sur le banc
Mahamadou Diarra
:

Mahamadou Diarra :

Le meilleur milieu que j’ai connu avec Juninho. Jouer contre eux (avec Essien, ndlr) c’était assez difficile. Même si les deux n’avaient pas forcément toutes les qualités de perception du jeu. Mais niveau athlétique, c’était impressionnant et propre techniquement.

Michael Essien
:

Michael Essien :

Tout pareil que pour Diarra

Robert Pirès
:

Robert Pirès :

Pour avoir joué avec lui en équipe de France, il jouait beaucoup au sol. Robert percevait aussi les choses plus vite que les autres. Quand je vois que notre sélectionneur de l’époque a pu s’en passer, c’est dommage… On l’oublie, mais ç’a été une grosse perte. Je m’étais régalé avec lui à la Coupe des confédérations.

Olivier Monterrubio
:

Olivier Monterrubio :

Une patte remarquable. À l’entraînement comme en match, il n’y avait pas de doutes quand à sa personne. Il était au même niveau, très sûr comme joueur.

Grégory Coupet
:

Grégory Coupet :

C’est un gardien qui m’a énormément impressionné. Je quittais Nantes où il y avait Landreau, un grand gardien. Je suis arrivé à Lyon où Greg n’était pas très à l’aise dans le jeu au pied. Puis il a progressé par la suite. Quand tu arrivais face à lui, il ne bougeait pas, comme les gardiens de hand. Tu armais une frappe, il n’avait pas peur. On l’appelait le ...

Lilian Thuram
:

Lilian Thuram :

Vu mon équipe offensive, vaut mieux un solide à droite (rires). C’était un excellent défenseur avec d’énormes qualités athlétiques. Très difficile à éliminer. Je comprends pourquoi certains entraîneurs préféraient le faire jouer à droite parce qu’il a de bons déplacements sur le côté. Il m’a d’ailleurs fait une passe décisive sur mon avant-dernier but en équipe de ...

Nestor Fabbri
:

Nestor Fabbri :

Un joueur intelligent, une très bonne lecture du jeu. Je crois que c’est l’un des axiaux les moins rapides avec lequel j’ai joué, mais qui savait parfaitement compenser par son placement. En plus, c’est quelqu’un de bien.

Edmilson
:

Edmilson :

Joueur hyper technique, qui tentait parfois trop des choses. Mais je préfère ça. Il était facile, très rapide, bon de la tête. Il faisait semblant de la donner à gauche, il te la donnait à droite. Il feintait le coup de pied, il te mettait un extérieur. Ce qui n’est pas facile à réaliser.

Florent Malouda
:

Florent Malouda :

Il a dépanné plusieurs fois en tant que latéral gauche. Il n’aime pas ça, mais je vais le mettre à ce poste, comme ça on a un mec pour dédoubler. C’était un monstre pour le bouger. Cela nous fait deux costauds sur les côtés capables d’enchaîner les efforts.

Juninho
:

Juninho :

Lui aussi était sur le côté quand je suis venu à Lyon. Il jouait à droite et moi à gauche alors que nous sommes plutôt des joueurs axiaux. Il était moyen sur le côté, ce n’est pas un joueur qui aime aller percuter. Durant mes trois années avec, il a beaucoup progressé, notamment sur l’aspect mental. Il a pris ensuite une dimension exceptionnelle à Lyon. Quant au niveau technique, je n’ai pas besoin d’en ...

Seydou Keita
:

Seydou Keita :

Je le mettrais dans l’axe. Il jouait sur le côté quand je suis venu à Lens. Il se posait beaucoup de questions, doutait pas mal. Puis il a commencé à jouer dans l’axe et être performant. C’est devenu ensuite un tout autre joueur parce qu’il a besoin d’être au cœur du jeu. Il a toujours été bon avec le ballon, très adroit, puis il avait une bonne couverture de ...

Éric Carrière
:

Éric Carrière :

Pourquoi moi ? Parce que j’ai envie de jouer avec eux ! (rires)

Zidane
:

Zidane :

Le meilleur avec qui j’ai pu jouer. À l’entraînement en équipe de France, on était à deux touches de balle. Zizou arrivait dès sa première touche de balle à faire la différence, même dans une position délicate. C’était assez impressionnant. Depuis ma formation de manager, on est ensemble et, quasiment à chaque session, on fait un petit futsal. Il est énorme, avec une grande souplesse au niveau des ...

Sonny Anderson
:

Sonny Anderson :

Je lui raconte souvent cette anecdote, à Sonny. C’était contre Monaco, je lui donne le ballon, il va pour frapper et je me dis : « Pourquoi il frappe, il n’a aucune chance de marquer ? » Puis il met une lucarne opposée à Porato. C’était un vrai buteur. Il pouvait rater une occasion, mais était présent pour le coup d’après. Sonny était à l’aise pour aller vite vers l’avant, il avait le truc en plus dans les vingt derniers ...

Viorel Moldovan
:

Viorel Moldovan :

Avec lui, cela se jouait davantage sur du jeu en remise et le jeu de corps aussi. On a joué une année ensemble, l’année du titre de Nantes. On s’est tout de suite trouvé, c’était évident. Je savais où est-ce qu’il allait se déplacer. Tu demandais une remise, tu avais une remise. Pas de superflu dans son jeu. Ce n’est pas le plus talentueux, mais un joueur très intelligent. Pour marquer, il était là où il ...

Grégory Coupet : C’est un gardien qui m’a énormément impressionné. Je quittais Nantes où il y avait Landreau, un grand gardien. Je suis arrivé à Lyon où Greg n’était pas très à l’aise dans le jeu au pied. Puis il a progressé par la suite. Quand tu arrivais face à lui, il ne bougeait pas, comme les gardiens de hand. Tu armais une frappe, il n’avait pas peur. On l’appelait le mur.

Lilian Thuram : Vu mon équipe offensive, vaut mieux un solide à droite (rires). C’était un excellent défenseur avec d’énormes qualités athlétiques. Très difficile à éliminer. Je comprends pourquoi certains entraîneurs préféraient le faire jouer à droite parce qu’il a de bons déplacements sur le côté. Il m’a d’ailleurs fait une passe décisive sur mon avant-dernier but en équipe de France.

Nestor Fabbri : Un joueur intelligent, une très bonne lecture du jeu. Je crois que c’est l’un des axiaux les moins rapides avec lequel j’ai joué, mais qui savait parfaitement compenser par son placement. En plus, c’est quelqu’un de bien.

Edmilson : Joueur hyper technique, qui tentait parfois trop des choses. Mais je préfère ça. Il était facile, très rapide, bon de la tête. Il faisait semblant de la donner à gauche, il te la donnait à droite. Il feintait le coup de pied, il te mettait un extérieur. Ce qui n’est pas facile à réaliser.

Florent Malouda : Il a dépanné plusieurs fois en tant que latéral gauche. Il n’aime pas ça, mais je vais le mettre à ce poste, comme ça on a un mec pour dédoubler. C’était un monstre pour le bouger. Cela nous fait deux costauds sur les côtés capables d’enchaîner les efforts.

Juninho : Lui aussi était sur le côté quand je suis venu à Lyon. Il jouait à droite et moi à gauche alors que nous sommes plutôt des joueurs axiaux. Il était moyen sur le côté, ce n’est pas un joueur qui aime aller percuter. Durant mes trois années avec, il a beaucoup progressé, notamment sur l’aspect mental. Il a pris ensuite une dimension exceptionnelle à Lyon. Quant au niveau technique, je n’ai pas besoin d’en parler.

Seydou Keita : Je le mettrais dans l’axe. Il jouait sur le côté quand je suis venu à Lens. Il se posait beaucoup de questions, doutait pas mal. Puis il a commencé à jouer dans l’axe et être performant. C’est devenu ensuite un tout autre joueur parce qu’il a besoin d’être au cœur du jeu. Il a toujours été bon avec le ballon, très adroit, puis il avait une bonne couverture de balle.

Éric Carrière : Pourquoi moi ? Parce que j’ai envie de jouer avec eux ! (rires)

Zidane : Le meilleur avec qui j’ai pu jouer. À l’entraînement en équipe de France, on était à deux touches de balle. Zizou arrivait dès sa première touche de balle à faire la différence, même dans une position délicate. C’était assez impressionnant. Depuis ma formation de manager, on est ensemble et, quasiment à chaque session, on fait un petit futsal. Il est énorme, avec une grande souplesse au niveau des hanches.

Sonny Anderson : Je lui raconte souvent cette anecdote, à Sonny. C’était contre Monaco, je lui donne le ballon, il va pour frapper et je me dis : « Pourquoi il frappe, il n’a aucune chance de marquer ? » Puis il met une lucarne opposée à Porato. C’était un vrai buteur. Il pouvait rater une occasion, mais était présent pour le coup d’après. Sonny était à l’aise pour aller vite vers l’avant, il avait le truc en plus dans les vingt derniers mètres.

Viorel Moldovan : Avec lui, cela se jouait davantage sur du jeu en remise et le jeu de corps aussi. On a joué une année ensemble, l’année du titre de Nantes. On s’est tout de suite trouvé, c’était évident. Je savais où est-ce qu’il allait se déplacer. Tu demandais une remise, tu avais une remise. Pas de superflu dans son jeu. Ce n’est pas le plus talentueux, mais un joueur très intelligent. Pour marquer, il était là où il fallait.

Mahamadou Diarra : Le meilleur milieu que j’ai connu avec Juninho. Jouer contre eux (avec Essien, ndlr) c’était assez difficile. Même si les deux n’avaient pas forcément toutes les qualités de perception du jeu. Mais niveau athlétique, c’était impressionnant et propre techniquement.

Michael Essien : Tout pareil que pour Diarra

Robert Pirès : Pour avoir joué avec lui en équipe de France, il jouait beaucoup au sol. Robert percevait aussi les choses plus vite que les autres. Quand je vois que notre sélectionneur de l’époque a pu s’en passer, c’est dommage… On l’oublie, mais ç’a été une grosse perte. Je m’étais régalé avec lui à la Coupe des confédérations.

Olivier Monterrubio : Une patte remarquable. À l’entraînement comme en match, il n’y avait pas de doutes quand à sa personne. Il était au même niveau, très sûr comme joueur.



Propos recueillis par Romain Duchâteau
Modifié

Dans cet article

c'est fait exprès le mélange photos/joueurs avec aucun juninho en arrière droit et diarra en avant centre.....
Note : 2
Peut-être mieux agencé avec Zizou devant les trois autres mode 4-3-1-2 non ?
Essien à la place de Keita non Eric ?
benbecker
Note : 5
Montérubio:
- sous coté
- sous médiatisé
- sous estimé
....
injuste
Jean-Bonbeur Niveau : CFA2
Note : -9
Je comprends pas ces articles sur les onze de rêve de tel mec. En gros on sait qu'il va mettre ses potes dans l'équipe donc quel intérêt footballistique??
Note : 3
"avec une grande souplesse au niveau des hanches"...
Note : -9
si si je vais juger et tu sais pourquoi?
car je suis un enf.oiré notoire.
reste que c'est quand meme curieux, de mon point de vue (jugement, jugement arf), d'en arriver supposément à aller jusqu'à pleurer pour un club (chose que j'ai déjà éprouvé sauf que moi c'était tjs des pu.tains de larmes de rage) tout en arborant l'écusson d'un autre.
enfin, je dis ça mais bon, c'est juste que ça avait choqué ma rétine.
imagine, j'ai déjà du mal avec les gus qui me sortent supporter des clubs étrangers alors le coup de la doublette, ca fait beaucoup.
faut nous comprendre aussi, nous les vieux c.ons conservateurs, rhha on imagine qu'on peut juste supporter un club, à la vie, à la mort, fideles et tout et tout.
rhha on est vraiment en dessous de tout.
et je valide avec marseille, club que beaucoup ont kiffé, mais moi c'était plutot benfica, belgrade et valenciennes.
Note : 2
Message posté par one_of_the_amoks
si si je vais juger et tu sais pourquoi?
car je suis un enf.oiré notoire.
reste que c'est quand meme curieux, de mon point de vue (jugement, jugement arf), d'en arriver supposément à aller jusqu'à pleurer pour un club (chose que j'ai déjà éprouvé sauf que moi c'était tjs des pu.tains de larmes de rage) tout en arborant l'écusson d'un autre.
enfin, je dis ça mais bon, c'est juste que ça avait choqué ma rétine.
imagine, j'ai déjà du mal avec les gus qui me sortent supporter des clubs étrangers alors le coup de la doublette, ca fait beaucoup.
faut nous comprendre aussi, nous les vieux c.ons conservateurs, rhha on imagine qu'on peut juste supporter un club, à la vie, à la mort, fideles et tout et tout.
rhha on est vraiment en dessous de tout.
et je valide avec marseille, club que beaucoup ont kiffé, mais moi c'était plutot benfica, belgrade et valenciennes.


Donc toi tu supportes les Reggae Boyz si je me réfère à ton avatar ?

Je comprends mieux pourquoi tu n'as jamais pleuré de joie pour ton équipe.
FCB Stern des Südens Niveau : Ligue 2
Note : -1
Message posté par one_of_the_amoks
si si je vais juger et tu sais pourquoi?
car je suis un enf.oiré notoire.
reste que c'est quand meme curieux, de mon point de vue (jugement, jugement arf), d'en arriver supposément à aller jusqu'à pleurer pour un club (chose que j'ai déjà éprouvé sauf que moi c'était tjs des pu.tains de larmes de rage) tout en arborant l'écusson d'un autre.
enfin, je dis ça mais bon, c'est juste que ça avait choqué ma rétine.
imagine, j'ai déjà du mal avec les gus qui me sortent supporter des clubs étrangers alors le coup de la doublette, ca fait beaucoup.
faut nous comprendre aussi, nous les vieux c.ons conservateurs, rhha on imagine qu'on peut juste supporter un club, à la vie, à la mort, fideles et tout et tout.
rhha on est vraiment en dessous de tout.
et je valide avec marseille, club que beaucoup ont kiffé, mais moi c'était plutot benfica, belgrade et valenciennes.


Désolé de te décevoir mais je ne supporte pas un club "étranger" car je suis moi même maintenant Munichois. le FCNA (ou FCN maintenant) reste néanmoins mon club Francais qui m'a fais découvrir le foot étant gamin à la Beaujoire avec toutes les émotions qui vont avec (joies et peines). Bref désolé si l'idée te déplaise et je dois avouer que je n'ai pas grand chose à carrer de ton jugement de forumeux notoire (ou de enf.oiré notoire comme tu le dis si bien).
alvar_hanso Niveau : DHR
Note : 3
Message posté par sirhill


"Supporte l'équipe de ta ville", comme dit le vieil addage.

Je pense que tu peux en avoir 2. Celle d'où tu viens, et celle où tu vis. Mais pour celle où tu vis, il faut, à mon humble avis, un certain temps avant que tu puisses te considérer comme un fier représentant et supporter de celle-ci.


A mon humble avis, tu as une vision étriquée de la vie.
On peut supporter pour d'autres raisons que l'appartenance géographique.
On peut se reconnaitre dans certaines valeurs même si on vit à 5000km.
On peut se reconnaître dans un club pour sa philosophie de jeu, son fair-play, etc..

Moi, par exemple (et c'est raccord avec le sujet de l'article), je me suis toujours plus reconnu chez un footeux comme Carrière ou un club comme le FCN que du coup j'ai supporté, que dans les équipes de ma ville qui me laissaient froid.

Bref, on le droit d'avoir d'autres valeurs que le nationalisme ou le régionalisme.
Note : -6
@ full

merci l'ami. mais t'inquietes, faut bien les provoquer un peu, ça leur fait du bien de se faire rabrouer de temps en temps, sinon ils vont finir par croire qu'ils captent le truc comme nous.


@tojiro

évidemment et en plus pour une fois j'y avais mis les formes (hahaha faut croire que ça a pas marché) c'est sudkurve qui serait fier de moi, j'ai meme été discret sur le coté "allemand" que je kiffe pas des masses.


@bayernois

amer de quoi? t'es à peine capable d'articuler une idée mon grand et en plus tu convoques des grands sentiments alors que bon bah franchement pour te le dire clairement "laisse ça aux fans".
faut un peu arreter vos délires, on a encore le droit de s'exprimer et de dire que c'est foireux de supporter plusieurs clubs. j'ai tjs respecté tous les fans qu'ils soient de province ou de l'étranger mais le coup du "club shopping" très peu pour moi.
vata-fenculo Niveau : CFA2
Note : 4
Message posté par one_of_the_amoks


rhha cette dernière phrase, elle est pas mal. elle me rappelle ce que les gus disaient sur les gars du stade avant la cdm 98 (outre le fait qu'on était des beaufs). c'est marrant, après ladite cdm 98 on les entendait moins.
mais, vois-tu, mes potes ou moi, avant ou après, on s'en battait les c.ouilles du nationalisme comme tu dis, car on kiffait juste notre club.
c'est qu'on a simplement dû faire avec tout un tas de gus qui ne comprenait pas, pour la plupart, le délire fan.
rhha auteuil natio, c'est bon ça...



Etre aussi c.on que ça sans être dans un délire politique genre nati.onaliste c'est encore plus affligeant.
Voici le résumé de ta petite personne:
-Tu habites la Région parisienne.
-Tu es fan de Paris.
-Quand tu fais référence à Lisbone , Belgrade et Valenciennes on comprend que tu n'aimes pas ( beaucoup ) l'OM.
- Tu ne comprends pas pourquoi des gens qui habitent la région parisienne supportent l'OM ou d'autres équipes en France
- Tu comprends encore moins que l'on supporte un club étranger

Y'a un type avec le pseud " Serpentde mer" ( orthographe du pseudo à vérifier) qui est dans le même délire que toi. Si ce n'est pas déjà toi, je t'invite à le rejoindre et à fonder un club.

Dans vos 2 cas, on devine que ce que vous aimez ce n'est pas le foot mais être supporter. A tous les coups , vous étiez des gamins sans potes et le fait de supporter un club vous a aidés à vous faire des amis. ça vous a permis d'exister!!

Ceux qui aiment un club étranger ou un club situé loin de chez eux sont plus passionnés par le foot, le jeu développé, les individualités de l'équipe.


En résumé, y'a les pauvres merdes* comme toi qui aiment être supporters
et ceux qui aiment le ballon( style de jeu, joueurs, histoire du club..)

T'es juste un Hooligans de merde*******
Message posté par alvar_hanso


A mon humble avis, tu as une vision étriquée de la vie.
On peut supporter pour d'autres raisons que l'appartenance géographique.
On peut se reconnaitre dans certaines valeurs même si on vit à 5000km.
On peut se reconnaître dans un club pour sa philosophie de jeu, son fair-play, etc..

Moi, par exemple (et c'est raccord avec le sujet de l'article), je me suis toujours plus reconnu chez un footeux comme Carrière ou un club comme le FCN que du coup j'ai supporté, que dans les équipes de ma ville qui me laissaient froid.

Bref, on le droit d'avoir d'autres valeurs que le nationalisme ou le régionalisme.


la philosophie le fair-play...très subjectif tout ça et dans le foot moderne je vois trop quel club est susceptible d'incarner ces valeurs

au final, ça revient à choisir un club sur la base de son palmarès...c'est confort tu me diras, t'as moins de chance d'être déçu

je dis pas que c'est ton cas, mais bon on en voit des supp FR avec des logos FCB, AC Milan etc...c'est jamais parme le celta ou porstmouth...nan, toujours du lourd

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 53