1. // Lavezzi vers la Chine

Le Nouvel An chinois de Lavezzi

Sur le point de s'engager avec le Shanghai Shenhua, Ezequiel Lavezzi a célébré dignement le Nouvel An chinois. Avant tout parce que c'est un fête, mais aussi pour s'habituer aux traditions de sa future terre d'accueil. Récit fiction.

Modififié
925 10
« Le monde appartient à ceux qui se lèvent à l'heure où je me couche. » D'ordinaire, l'emploi du temps d'Ezequiel Lavezzi sonne comme un refrain d'Orelsan. Mais ce dimanche, c'est plein de bonne volonté que l'Argentin s'est levé aux aurores. Non pas pour se rendre à Marseille, où ses coéquipiers disputeront le Classique, mais pour enfiler son legging et filer au parc des Buttes-Chaumont, pour une séance de taï-chi-chuan. Le but : affiner son énergie vitale, ouvrir sa conscience à une dimension supérieure. Mais surtout, envoyer des reprises de volée dans le vent, trouver un sens à sa vie, se mettre à vivre « à la chinoise » , avant de s'envoler pour Shanghai, quand le Paris Saint-Germain et le Shenhua se seront mis d'accord. Et préparer son corps à fêter son premier Nouvel An chinois, histoire de se mettre dans l'ambiance. Car l'année du singe, c'est pour demain.

Mah-jong, karaoké et tournée générale de baijiu


Sa technique du « coq d'or se tenant sur une patte » enfin maîtrisée, El Pocho passe le reste de sa journée à enchaîner les parties de mah-jong en ligne, et à nettoyer sa maison de fond en comble, comme le réclame la tradition. Le tout avec CCTV, la télévision publique chinoise, en fond. Ensuite, El Pocho se gave de raviolis préparés par ses propres soins, l'ingurgitation de raviolis issus du commerce étant l'assurance de passer une année de malheur, selon la tradition. Car oui, le Nouvel An chinois est avant tout un enchaînement de traditions. C'est ainsi qu'il a ensuite enfilé son maillot « training » du PSG, son unique vêtement rouge, couleur obligatoire un soir de réveillon chinois, et éteint sa télévision, de peur de tomber sur OM-PSG, l'exposition à la coupe de cheveux de Rémy Cabella portant elle aussi malheur. Muni de quelques pétards, Ezequiel s'est ensuite rendu en Vélib' à Belleville, afin de réveillonner avec ce peuple prêt à l'accueillir. Et à lui offrir 10 millions d'euros par an.


Pas ingrat, il a d'ailleurs préparé quelques enveloppes rouges remplies d'étrennes, qu'il jette à la volée sur son passage, provoquant quelques troubles. Installé dans le premier karaoké venu, l'Argentin a fait remplir sa table de poissons, avant de s'envoyer un nián gāo, le « gâteau de l'an » traditionnel. Un dessert à base de riz gluant parfumé au haricot rouge pas forcément ragoûtant, mais dont la consommation est un gage de croissance dans tous les domaines souhaités. Et Ezequiel aime bien croître de partout. Surtout quand il est amené à prendre le micro, pour chanter en phonétique quelques titres de C-pop, dont raffolent les Chinois. Mélodies simples, textes à l'eau de rose qui basculent souvent dans le mielleux : l'assemblée féminine est conquise par le regard de braise du futur ex-joueur du PSG, qui a dégainé sa casquette de flic américain pour l'occasion.

Le dérapage


Le restaurant-karaoké tout acquis à sa cause après quelques tournées générales de baijiu, cette eau de vie obtenue par distillation de vin de céréales, Ezequiel décide de prendre l'air. Suivi par ses nouveaux admirateurs, l'Argentin juge que le moment de faire éclater ses pétards est arrivé. Et ce, peu importe l'état d'urgence. Torse nu, écharpe du PSG masquant une partie de son visage, « El Pocho » s'en donne à cœur joie. Feux de bengale, mammouths, tout y passe. Fumigène dans la main gauche, Tsingtao dans la droite, Ezequiel est aux anges, jusqu'à l'intervention des forces de l'ordre. Conduit au commissariat du XXe arrondissement, son nom est immédiatement ajouté à la liste noire des supporters du Paris Saint-Germain, faisant de lui le premier joueur professionnel interdit de stade. Mais ça, Ezequiel s'en fout. Cela lui fournit même un excellent moyen de mettre la pression sur le PSG pour être libéré rapidement. Au vrai, le seul truc qui l'emmerde avec cette garde à vue, c'est qu'elle risque de lui faire rater sa séance de taï-chi-chuan.

Par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

KingMastre Niveau : CFA2
J'ai pas encore lu l'article, mais rien que le titre me fais saliver... Sacré Pocho...
KingMastre Niveau : CFA2
J'ai pas encore lu l'article, mais rien que le titre me fait saliver... Sacré Pocho...
KingMastre Niveau : CFA2
Message posté par KingMastre
J'ai pas encore lu l'article, mais rien que le titre me fait saliver... Sacré Pocho...


Et voilà, un bug de SF ou de KM...
bandinidakar Niveau : CFA2
Il y avait une bonne idée mais sûrement moyen de développer un peu plus... Dommage... Un peu comme un film dont le pitch fait saliver mais qui manque de consistance....
KingMastre Niveau : CFA2


Entre CFA2, on devrait s'entendre à propos de plug SM...

J'en suis déjà à ma 2ème cervoise...
KingMastre Niveau : CFA2
Voilà, je viens de lire...

Court, mais bon...
Michel Drucker Niveau : DHR
Message posté par KingMastre
Voilà, je viens de lire...

Court, mais bon...


Tiens, j'ai souvent l'habitude d'entendre ça moi ...
Jean Michel Assaule Niveau : Ligue 2
Et ben voilà du So Foot comme on l'aime ! Bon vent, Lao-Wezi ("Jeune Taureau en rut" en Mandarin).
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Bentancur des miracles
925 10