Le nouveau cycle Peugeot

Nouvel entraîneur, nouveau schéma tactique, la der de Martin, de Boudebouz et sans doute de Teddy Richert. Sochaux entame la dernière année d'un cycle productif et prépare des lendemains qui chanteront forcément moins. Mais, ça, c'est une marque de fabrique.

Modififié
0 0
Auteurs d'une préparation estivale 2010 catastrophique tant dans le contenu que dans les résultats, personne n'aurait misé une saucisse de Morteau sur la qualification européenne des Sochaliens pour cette année. Et pourtant, profitant d'un leadership aux pieds d'argile des gros bras de la Ligue 1, de jeunes pousses du centre arrivées au seuil de leur maturité professionnelle, d'un système de jeu risqué (4132) mais adapté à un effectif qui n'était pas né pour défendre (indisponibilités trop longues derrière, Bréchet, Richert, Faty ou Mikari dans une moindre mesure), le FCSM de Francis Gillot a réussi à tirer son épingle du jeu.

Depuis cette fin mai souriante, Francis le coach est parti en Gironde, Maurice-Belay, libre, a suivi papa, Faty et Dramé, également free agents, ont quitté le 25 et “Bobby” Ideye Brown, pour qui le club avait craint six mois après son arrivée un destin à la Momo Dagano (1 but au premier semestre), a été très très bien vendu au Dynamo Kiev (acheté 4 millions à Neuchâtel, vendu pour 9 aux Ukrainiens, sacrée plus-value). Ce n'est pas ce qu'on peut appeler une véritable saignée mais ces départs ne sont pas à minimiser : « Rien qu'avec ces deux joueurs, c'est une vingtaine de buts et la moitié des passes décisives de l'équipe qui se sont envolées » regrette Mécha Bazdarevic.

« Ils font des très belles voitures Peugeot »

Ah Mécha, justement. Le voici enfin à Montbéliard. Oui, enfin, car il avait bien cru en 2005 diriger les Lionceaux, poste finalement donné à Bijotat. Jean-Claude Plessis raconte l'épisode : « Il faut avouer que je lui avais laissé un peu d'ambiguïté, je lui avais dit de se tenir prêt. Genghini était d'accord pour l'engager mais j'avais finalement décidé de ne pas le prendre. Pour moi, il manquait d'expérience. Avec le recul, je ne sais pas si c'était la meilleure de mes décisions à Sochaux. C'est vraiment bien pour le club qu'il soit revenu » . Car Sochaux a bien recruté un amoureux du club, un homme très proche de Genghini, le conseiller du président, un homme qui ne se mettra jamais au-dessus de ce qui est pour lui l'institution FCSM : « Je n'étais peut-être pas le premier choix, mais honnêtement, je m'en foutais un peu quelque part. J'ai passé tellement de temps ici. Je suis content de travailler ici, un endroit où j'ai passé treize ans de ma vie » . Conscient d'avoir dans les mains « la plus talentueuse » des équipes qu'il ait pour l'instant eues à coacher et une belle voiture de fonction ( « J'ai une 308. Ça roule très bien. Ils font quand même des très belles voitures Peugeot » dixit Mécha), Bazda aimerait pour autant bien ajouter un ou deux éléments supplémentaires à son effectif. Un milieu offensif côté droit, puissant et rapide, est activement recherché, un attaquant du profil de “Bobby” Brown aussi, en fonction des opportunités du marché.

Côté arrivées, Sochaux a réussi ce qu'il souhaitait. Mouyokolo, priorité numéro un du recrutement défensif, suivi de longue date par la cellule recrutement (il avait quitté Boulogne alors en L2 pour Hull, le FCSM n'avait pu financièrement s'aligner), est arrivé. L'expérimenté et polyvalent Roudet a quitté l'enfer du Nord et Corchia, peut-être bien l'un des meilleurs rapports qualité/prix de ce mercato français, est prêt à s'installer sur les côtés de la défense (plus à droite qu'à gauche). N'oublions pas aussi le puissant Sloan Privat, excellent avec Clermont la saison dernière, que Plessis annonce comme « la bonne surprise de la saison » . Tactiquement, au regard des matches de préparation, le Sochaux de Bazda semble se diriger vers un 4231. Alors Mécha, coach plus défensif que Francis ? Au sein du club, on concède qu'il s'agit d'un léger changement lié aux circonstances plutôt qu'à un dogme particulier de Mécha. Privat possède des caractéristiques trop proches de Maïga pour lui être associé, Butin et Sverkos, chroniquement blessés, n'ont pu effectuer une préparation optimale et il faut bien garder au frais sur le banc une alternative à Maïga. Le match amical contre Auxerre, avec Maïga seul devant, constitue d'ailleurs aujourd'hui la prestation référence de l'avant-saison du FCSM.

MM toujours à la baguette

Enfin, on ne peut parler de ce Sochaux 2012 sans revenir sur le marronnier de l'été : le “partira, partira pas” de Marvin Martin. Alexandre Lacombe s'est agacé tout l'été pour répéter à l'envi qu'il conserverait son numéro 10. Bazdarevic est aujourd'hui « content de voir Marvin rester » . Martin sera donc toujours, selon toute vraisemblance, le métronome du jeu doubiste. Paris, qui avait les faveurs de Marvin, a visiblement clôt son recrutement au milieu (Sissoko, Matuidi, Ménez et, croisons les doigts, Pastore). Lyon n'a même pas réussi à se payer un joueur libre (Djila Diarra), rechigne à aligner plus de cinq millions pour Ndinga et l'OM est à la recherche d'un attaquant de grande classe moins cher que Gignac (c'est possible ça ?). Sachant que Martin souhaite, en cas de départ et avec l'Euro en point de mire, rester en France, il n'y a guère que Lille qui soit susceptible d'intéresser l'envie de progression de MM. Et encore, le LOSC n'est pas du genre à aligner une somme à deux chiffres, qui ferait assurément réfléchir le board du FCSM (10 millions, c'est quand même le quart du budget prévisionnel de Sochaux, de quoi méditer). Même Plessis y va de sa petite musique : « Martin, c'est un type bien, sérieux. Il a intérêt à rester. Avec le petit Boudebouz, il va être l'âme offensive de Sochaux. Donc, mis à part une offre exceptionnelle... »

Mais que Bonal et ses 8000 abonnés (retour à la normale après trois années d'abonnements en baisse) en profitent. La saison prochaine, il sera impossible de retenir l'international algérien et le néo-international français, Teddy Richert, qui a sauvé tant de fois le FCSM, aura sans doute raccroché les gants et Mécha s'attaquera à un tout autre challenge : intégrer de nouveaux jeunes chez les pros (Roussillon, Pereira, Prcic sont espérés ; Cros, Dias, Peybernes, voire Nogueira, blessé l'année dernière, sont attendus) pour polir une nouvelle équipe qu'on espère tous aussi joueuse que ses talentueuses devancières.

Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
ASSE, du vieux avec du neuf
0 0