Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 28e journée
  3. // QPR/Arsenal

Le nouveau challenge d'Arsenal

Habitués à finir en trombe après s'être fait sortir de la Ligue des champions, les Gunners ne devraient pas changer les habitudes. Surtout qu'ils sont au coude à coude avec Manchester United.

Modififié
La scène est racontée par des proches de Wenger, invités à l'occasion du huitième de finale de la Ligue des champions aller contre Monaco. Quelques heures après le fiasco, l'entraîneur d'Arsenal est resté seul dans le vestiaire, la tête baissée, la porte ouverte, au milieu de tous les équipements et les straps jetés au sol par une équipe tout aussi abattue. Une scène qui amène tous les détracteurs du technicien à se frotter les mains : cette défaite, qui laisse entrevoir une cinquième élimination en huitième de finale d'affilée en Ligue des champions (le record du Real, entre 2004 et 2010, peut être égalé l'an prochain) face cette fois-ci à un adversaire abordable, pourrait être celle de trop pour l'Alsacien. Après tout, sur le même laps de temps, les Merengues ont consommé cinq techniciens (Luxemburgo, Lopez Caro, Capello, Schuster, Juande Ramos). Mais Wenger ne va pas jeter l'éponge si facilement. Surtout que sa saison n'est pas dépourvue de challenges. Une manière de reprendre confiance avant le retour dans 15 jours à Monaco ? Presque pas. Si personne ne crache évidemment sur une qualification historique, Wenger ne joue pas l'intox quand il dit qu'il n'y croit plus. Mettre trois buts ou plus à l'équipe de Jardim ? Pourquoi ne pas l'avoir fait à l'Emirates si c'était si facile ? Non, l'entraîneur français a un autre objectif : le podium du championnat anglais.

La perspective d'un gros choc à la 37e journée


Dit comme ça, le sourire prend place immédiatement sur le visage. Déjà bien distancé par Chelsea (neuf points de retard et un match en moins pour les Blues), Arsenal va une nouvelle fois se satisfaire d'un accessit. Oui, sauf que cette fois-ci, la lutte pour le dernier billet qualificatif directement pour la Champions concerne ces bons vieux ennemis de Man United, le rival préféré des clients de l'Emirates. Un duel remis au goût du jour avec le calendrier : lors de l'avant-dernière journée, Arsenal devra se déplacer à Old Trafford, exactement comme en 2002, lorsque les Londoniens avaient gagné la Premier League grâce à un but de Sylvain Wiltord. Et si ce duel enflamme désormais les forums gooners, c'est aussi une question de pragmatisme. Confiants avant de jouer Monaco, Arsenal a compris qu'avec sa défense, il était difficile de jouer face à une équipe qui joue le contre. Mais le nouveau schéma de Wenger, avec trois attaquants ainsi qu'Özil et Cazorla au milieu, s'applique parfaitement en Angleterre où tout le monde joue la gagne.

Everton et QPR, quatre jours et six points pour se refaire


Olivier Giroud en est le parfait exemple. Critiqué de toute part après son match de Ligue des champions, il sait qu'il pourra toujours tirer son épingle du jeu en championnat, où il y aura bien quelques duels aériens et une présence physique à imposer pour se mettre en confiance. Il l'a d'ailleurs prouvé ce week-end face à Everton, en ouvrant la marque, après avoir raté de nouvelles occasions. Pour Wenger, il y aura toujours des matchs au moment où les cinq blessés majeurs reviendront (Debuchy, Arteta, Flamini, Ramsey, Wilshere) ce qui n'est peut-être pas le cas en Coupe d'Europe. En ce sens, une victoire contre QPR, ce mercredi soir, permettrait de donner de la continuité aux résultats des Gunners en championnat (ils en sont à trois victoires de rang face à Leicester, Crystal Palace et donc Everton) et, surtout, pourrait permettre de placer tout l'environnement du club dans cet objectif. Mais pour vraiment calmer les esprits, les Gunners seraient bien inspirés de gagner également un trophée en fin de saison. Ça tombe bien, ils sont toujours qualifiés en Cup. Ils disputeront les quarts de finale dimanche prochain... sur la pelouse de Manchester United. Tiens tiens.

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall lundi 16 juillet La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)