1. // CAN 2013
  2. // Finale
  3. // Nigeria/Burkina Faso (1-0)

Le Nigeria roi d'Afrique !

Super Sunday ! Une nouvelle fois buteur un dimanche (1-0), le Nigérian Sunday Mba a offert au Nigeria la troisième Coupe d'Afrique des Nations de son histoire. Dominateurs lors d'un match au rythme peu élevé, les Super Eagles dominent de vaillants Etalons, auteurs d'une belle compétition.

Modififié
0 11
Nigeria - Burkina Faso : 1-0
But : Mba (40e) pour le Nigéria.

Sunday Mba est un peu le Michel Drucker nigérian : un homme du dimanche. Une semaine après son pion décisif en quart de finale face à la Cote d'Ivoire, le joueur formé à la Pepsi Football Academy a encore fait des bulles dominicales. A l'instinct et d'un superbe enchaînement contrôle sombrero – frappe de volée du pointu, le joueur du Enyimba FC a offert la CAN aux Super Eagles. Bien supérieurs à leurs adversaires du soir sur la triste pelouse sud-africaine, les Nigérians sont redevenus les boss du football africain. Et tant pis pour les Etalons, auteurs d'un beau parcours, mais un brin trop timides pour espérer mieux ce soir.

Domination nigériane

Ce dimanche à Johannesburg, c'est le jour de la CAN. Le D-Day, le vrai. Alors exit les stades vides, le silence de cathédrale et place au spectacle. Après une cérémonie de clôture réussie, le stade est plein. Un peu trop plein même : de visu, il y a quand même plus de personnes dans le stade que de places disponibles. Alors ça vuvuzèle à droite, à gauche tandis que les 22 acteurs se font une place entre les papillons de nuit pour entrer sur la pelouse jaune et verte, martyrisée par le passage des Red Hot Chili Peppers il y a quelques temps de cela dans l'enceinte sud-africaine. Le début de la rencontre est elle, assez peu pimentée. Le round d'observation est long, mais les Nigérians mettent le pied sur le ballon d'entrée de jeu. C'est suite à une simulation vulgaire d'Ideye après dix minutes de jeu que les Super Eagles se procurent leur première opportunité. Mais la tête d'Ambrose, bien servi par Moses, passe au-dessus du but de Diakité. Le portier des Etalons se fait une frayeur quelques poignées de secondes plus tard quand, gêné par Koulibaly, il relâche le ballon dans les pieds d'Ideye. Seul mais excentré devant le but vide, l'ancien Sochalien loupe sa tentative. La domination nigériane se fait plus forte au fur et à mesure que les minutes passent. Les coéquipiers de Charles Kaboré eux, trop timorés, ne se procurent que deux petites occasions, sur deux coup-francs de Bancé et de Kaboré, pendant que Nakoulma danse tous les soirs. La punition intervient finalement juste avant la pause. Les Nigérians, en galère offensive à cause du forfait d'Emenike, profitent d'une accélération de Moses et de l'enchaînement contrôle – caramel de Sunday Mba, pour prendre l'avantage avant la pause.

Dagano, Sanou, Bancé, pour rien

Plus déterminés, mais toujours un peu limités, les Étalons donnent tout dès le début de la seconde période. Moins à leur aise que face au Togo ou au Ghana, les coéquipiers de Charles Kaboré souffrent du manque évident de mouvement autour du porteur de balle. En face, le Nigeria est plus facile, et Ideye, d'une frappe croisée, manque de peu de faire le break dès le retour des vestiaires. Peu inspirés face à la solidité de la charnière centrale nigériane, les Étalons s'en remettent aux séries de dribbles de Jonathan Pitroipa et de ses mikados de feu. Fauché à plusieurs reprises, le Rennais ne parvient pas à débloquer la situation. Les entrées de Sanou et de Dagano font du bien aux hommes de Paul Put. Mais Sanou, bien décalé en profondeur par Nakoulma, voit sa frappe croisée, repoussée in-extremis par Enyeama. Musa lui, aura la balle de match, mais la pelouse en décide autrement. Le seul pion du match reste celui de Sunday. Le Nigeria remonte sur le toit de l'Afrique. Le Burkina Faso d'Aristide Bancé, cette équipe qu'on a aimé aimer, sort la tête haute de la compétition. Ce soir, l'adversaire n'était pas beaucoup plus fort, mais beaucoup plus serein.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Paul Put s'est fait niquer donc !!! XD
C'était Pitroipa son match.
Jang_Shin_Knight
Le peuple Nigérian doit être heureux, mais putain*, la finale de merde, Plus les deux commentateurs à la con*, C'est de trop.
Parcontre, Arbitrage ROYAL.
J'ai passé 15min devant le match, les commentateurs étaient aussi nul que certaines coupes de cheveux douteuses
Merci à l'Association des Prostituées Nigérianes qui vont devoir assurer la 3e mi-temps.
joeystarr Niveau : DHR
Le néant tactique, et technique, des controles à 4 metres en permanence, je ne sais toujours pas si les defenses etaient à 3 ou 4 ...
El Cigano Niveau : DHR
Victoire méritée mais bordel* quel est l'abruti qui a inventé le vuvuzela..??!
XavIniesta>all Niveau : District
Encore un match qui prouve le niveau affligeant du continent africain tactiquement et techniquement , franchement horrible cette compet.
benbecker
Pas un mot sur le coach Stephen Keshi!!!
Il a participé aux belles épopées de Super Eagles dans les 90's au côté des Finidi, Okocha, Yekini...
Il a qualifié le Togo pour la CDM 2006.
Remporté la CAN....

Faut qu'il fasse quoi pour qu'on parle de lui?
nononoway Niveau : CFA
@benbecker

Mettre son doigt dans l'oeil d'un coach adverse...
C'est vrai que l'image de Charles Kaboré soulevant un trophée en tant que capitaine , ça aurait de la gueule ...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 11