Le naufrage de Berne

C'est le point de départ. Le 13 juin 2008, au premier tour de l'Euro, la France s'inclinait dans la nuit de Berne face à des Pays-Bas déchaînés. Ouvrant les chapitres noirs de son histoire récente, dans les derniers pas de ses anciens et la solitude d'un sélectionneur perdu. Comme dans un cauchemar.

Modififié
336 34
L’image est significative. Ils sont dans le vestiaire et ils doutent. C’est une relation de confiance, une histoire d’hommes. Ils se connaissent par cœur, travaillent ensemble, se soutiennent, sont préparés à affronter les épreuves ensemble. Pour décrire leur relation, l’un explique « qu’ils ne sont pas dans le show-biz » . On leur reprocherait presque de ne pas être assez « requins » . Philippe Bergeroo et Aimé Jacquet ne vivaient que pour le dialogue, la simplicité de leurs méthodes et l’humain. Ils ont longtemps travaillé ensemble, à tel point que le premier est devenu le confident du sélectionneur national jusqu’au sacre mondial de 98.

Près de dix ans plus tard, dans un hôtel situé sur les hauteurs de Vevey, le virage est total. Pierre Mankowski a remplacé Bergeroo, Domenech a pris la place de Jacquet.
« Réunion avec le staff. Je subis. Pas de réponse, pas d’idée, cela me passe au-dessus de la tête. Merde, réveille-toi ! » Raymond Domenech dans son carnet de bord
C’est une semaine de juin 2008. Quelques jours plus tôt, la France s’est faite accrocher par la Roumanie à Zurich (0-0) alors que les Pays-Bas ont donné la leçon à l’Italie (3-0) lors de la première journée de la poule C du championnat d’Europe austro-suisse. Le 13 juin 2008, à Berne, quelques heures après le nul entre l’Italie et la Roumanie (1-1), les Pays-Bas sont le prochain adversaire des Bleus. Sur son livre de bord, Raymond Domenech note : « Réunion avec le staff. Je subis. Pas de réponse, pas d’idée, cela me passe au-dessus de la tête. Merde, réveille-toi ! Il me revient la remarque d’Aimé Jacquet, qui m’avait raconté que Philippe Bergeroo l’avait secoué parce qu’il le voyait sombrer. Je vais le faire tout seul. »

Le doute tue


Ce championnat d’Europe, Domenech ne le sent pas. Il ne retrouve pas l’ambiance de 2006, parle des « différences générationnelles, de la logique de revendication, des discussions jusqu’à deux heures du matin sur les contrats personnels » , lors de la préparation à la compétition et se remet lui-même en question. Sur une liste, trop difficile à faire, et des choix, humains parfois avant la logique sportive. Depuis un match amical contre le Paraguay (0-0), la blessure de Patrick Vieira se dessine également comme un boulet. Un boulet qui rappelle le Zidane de 2002 ou le Desailly de 2004. Le souvenir est douloureux et les choix difficiles pour le sélectionneur, qui souhaite redynamiser son groupe après une entrée sans saveur. Les Pays-Bas, eux, sont explosifs, géniaux et joueurs comme rarement depuis un moment sur la scène européenne. Évra est alors préféré à Abidal, Govou aligné à droite et Ribéry avancé aux côtés de Henry, de retour de blessure, à la place du duo Anelka-Benzema. Dans la journée du match, Domenech déplace un entraînement sans avertir la presse. Pour brouiller les pistes de sa composition mais aussi, surtout, pour se rassurer. Car le sélectionneur est perdu.


Dans le vestiaire de Berne, Raymond demande « des actes » avec ces mots : «  Le doute tue : une équipe dont la construction nécessite des années peut mourir à cause d’un seul match si tout le monde se croit autorisé à exprimer des doutes sur les autres… » Ce soir-là, Domenech ne le sait pas encore mais sa construction va bien tomber, s’écrouler en largeur face à une marée oranje, et le sélectionneur, lui-même, va être placé face à ses choix.
« Je ne sais pas vraiment comment on peut être attaquant et manquer autant de mobilité. En le prenant, je vais un peu être en désaccord avec moi-même » Domenech, à propos d'Anelka
Tactiquement et dans celui des hommes. Rarement au cours de sa carrière, Willy Sagnol ne sera autant passé à côté d’une rencontre. Jamais Malouda n’aura autant manqué un match chez les Bleus et, peut-être plus que jamais, Henry était seul. Trop seul. Car Gomis ne montrera que trop ses limites en entrant en cours de jeu et Anelka ne respectera que trop les prospections écrites par Domenech sur son livre de bord : « Je ne sais pas vraiment comment on peut être attaquant et manquer autant de mobilité. En le prenant, je vais un peu être en désaccord avec moi-même. Ce n’est pas lui que je devrais mettre. Il est seulement là parce qu’il a participé à la campagne de qualifications et parce qu’il s’est montré décisif, en plus. Mais je ne vois pas ce qu’il peut nous apporter en tant que deuxième attaquant. » Durant la compétition, en interne, un cadre utilisera même l’expression « faire une Nico » pour parler de certains jeunes nouveaux. Ambiance.

Youtube

« Il y a des petits cons, coach »


La rencontre, elle-même, terminée sur une gifle historique (1-4) marquera un tournant. L’équipe de France n’avait plus connu une telle débâcle depuis le quart de finale retour de l’Euro 68 contre la Yougoslavie (1-5). Comme un marqueur de la longue parenthèse qui se refermera sur la porte d’un bus, à Knysna, et sur la main non-serrée du sélectionneur de l’Afrique du Sud, Carlos Alberto Parreira en 2010.
« Dans le groupe, il y a des petits cons, entendez-moi bien coach, des petits cons. » Willy Sagnol à Raymond Domenech
Face aux Pays-Bas, les Bleus prennent une leçon face à la magie de Sneijder, Robben et compagnie. Coupet, lui, semble subir les vagues alors que Thuram est au centre des débats. Tout le monde le sait, sans se le dire, mais la fin est proche. Jean-Pierre Escalettes ne sert quasiment plus la main à son sélectionneur national et l’ambiance, en interne, n’a aucun goût de révolte. Lilian Thuram ne jouera même pas le dernier match contre l’Italie (0-2). Vieira, malgré son insistance, non plus. Sagnol, de son côté, avouera lors d’un déjeuner à Domenech son avis sur le groupe : « Il y a des petits cons, entendez-moi bien coach, des petits cons.  »


Le parallèle de l’Euro 2008 est saisissant entre une jeunesse pointée du doigt, malgré ses promesses, et des cadres à la dérive. L’image de Patrick Vieira en conférence de presse pour stigmatiser les décisions de Domenech et de son staff médical restera aussi dans les mémoires. Cette compétition, terminée au premier tour sans la moindre victoire, sera la dernière de Makelele et de Thuram, touchés dans le vestiaire de Zurich après la dernière déroute contre l’Italie. Les larmes de Lilian, les mots de Claude, la solitude de Raymond. Comme la chronique d’une mauvaise sortie, d’une blague ratée. Dans le carnet de bord, toujours : «  Est-ce parce que j’y crois vraiment, ou un leurre pour rester en place et me persuader moi-même ? Avec quelle équipe aurait-on cet avenir ? Où sont les caractères ? » Le point final de l’Euro 2008 est long. D’autant que les Bleus partiront sur une demande de mariage de leur sélectionneur national à sa femme en direct à la télévision. La sortie de route est totale, le tableau détruit et l’avenir assombri. Avec un flou qui ne s’est jamais totalement dissipé, huit ans après.

Youtube


Par Maxime Brigand Propos de Raymond Domenech tirés de son ouvrage Tout seul, publié en 2012.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Le Baldé Vampire Niveau : Ligue 2
Incroyable. Comment a-t-il pu être reconduit avec cet état d'esprit ? Comment a-t-il pu reconduire le même groupe 2 ans plus tard, les mêmes petits cons, les mêmes grands connards ?!
Et comment on en est encore , après les leçons 2008, 2010 et 2012, à se trimballer Evra, à se demander si Ribéry doit revenir, à défendre Benzéma par tous les moyens ?
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Message posté par Le Baldé Vampire
Incroyable. Comment a-t-il pu être reconduit avec cet état d'esprit ? Comment a-t-il pu reconduire le même groupe 2 ans plus tard, les mêmes petits cons, les mêmes grands connards ?!
Et comment on en est encore , après les leçons 2008, 2010 et 2012, à se trimballer Evra, à se demander si Ribéry doit revenir, à défendre Benzéma par tous les moyens ?


Je te mets +1 mais si je pouvais ce serait + 100.

Enfin Raymond, tout aussi naze soit il, a été défendu par un paquet de glands tels Houillier, Sagnol et Vieira, Platini, Saint Aimé...

Ceux la parcontre on les a oubliés et certains sevissenr encore et toujours.

Enfin Knysna, Ribery en tongues toussa...Le gros retour de baton.

Ps: le mou du slip en charge de l'appli ou du site, il est séquestré où ? Je propose qu on monte une expedition pour le libérer.

Ps2: parcontre le préposé aux pubs est trop zélé, ça devient relou vos daubes " le 12 ème homme" etc.
Frenchies Niveau : CFA
d'où l'immense importance du premier match !
pour à minima créer une dynamique et mettre en confiance le groupe.

ce que Benzema n'a pas réussi en 2008 contre de vaillants roumains (chivu et mutu <3) car associé à un Anelka clairement dérangé...
il l'a au moins fait en 2014 ...

OUI en 2008 les 2 branlées derrière étaient la démonstration éclatante de l'incompétence de Raymond !
Ronahldoignon Niveau : CFA
Je vais pas poursuivre cette polémique qui me semble datée de 2800 ans maintenant et dont tout à été dit, redit, contredit, mal dit, sur dit, didi kong, pour simplement dire que ce putain de but de Robben m'avait mis dans un état de fièvre hallucinatoire totale à l'époque.
Entre dégout profond et admiration ébahit.

Par contre la musique de la vidéo c'est vraiment pas possible.
 //  13:31  //  Supporter de France
J'ai tellement pensé à la même chose pour ton premier paragraphe, c'est quand même surréaliste
Jusqu'ici, 2006-2016 c'est quand même la décennie gâchée du foot français. Fin de cycle avec une génération exceptionnelle qui nous porte en finale de coupe du monde, et depuis : des fins sans gloire pour de vrais grands joueurs qui méritaient mieux (thuram, maké, vieira, henry), une génération plombée par les blessures (gourcuff, diaby) ou les choix de carrière douteux (diarra), ou les conflits personnels avec le sélectionneur, une floppée de futurs zidane qui font un ptit tour et puis s'en vont...

Meilleur résultat : un quart de coupe du monde, sans humiliation mais sans exploit, sans frisson, sans y croire vraiment.

Ce qui me fait espérer c'est qu'on est en train de passer doucement à la nouvelle génération qui contient quand même quelques cracks. Griezmann, Varane, Pogba, Coman, plus Laporte qui arrivera tôt ou tard... J'ai beaucoup d'espoirs dans ces gars-là. Pas forcément pour 2016 mais en 2018 ça peut vraiment faire quelque chose.
C'est quand même ironique de sélectionner cette défaite cuisante contre les Pays-Bas pour jeter la pierre aux joueurs et à leur mentalité alors qu'on se fait rouler dessus par une équipe avec Van der Vaart, Sneijder, van Bronckhorst, van Nistelrooy, de Jong, Robben quelques uns des plus gros connards du foot mondial. Des joueurs qui se feraient lyncher s'ils étaient Français.
Tant que vous voudrez faire de la morale au lieu du foot il y aura d'autres naufrages et pas qu'à Berne
Comme le souligne la fin de l'article, on a vraiment l'impression qu'on est toujours dans la même merde 8 ans après. Y a cette sensation qu'on peut s'effondrer totalement au prochain championnat d'Europe alors que lorsqu'on voit l'effectif, on se dit que y a presque de quoi être champion.
Les problèmes comportementaux sont toujours au centre du débat (coucou la Benz') et Deschamps semble s'appuyer sur certains choix affectifs (Cabaye, Sissoko bien que précieux pour sa polyvalence, Sakho voir Evra (aie vs le bayern).
Bref, ce qui peut faire la différence avec 2008 selon moi c'est la relative bonne forme des cadres qui ne sont pas encore trop vieux et en bout de course comme à l'époque. Les mecs comme Lloris, Koscielny, Matuidi, Lass' et même Mandanda sont au top de leurs carrières.
Jean Culassec Niveau : CFA2
Apparament Johan Cruyff serait décédé..?
RIP
Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
 //  13:42  //  Passionné de la Jamaïque
Ce que j'avais retenu de cette branlée, c'est que Coupet s'était bien fait trouer par les Bataves ! À l'époque, je ne voulais pas de lui comme gardien des Bleus, je préférais Barthez.

Pauvre Greg Coupet, il aura galéré pour devenir n°1 en EDF, pour sa seule compétition en tant que titulaire, il n'a rien pu faire.
Démonstration néerlandaise ce match, je le garde en bonne place sur mon disque dur.

Bon leur défense était moyenne quand même
Double minute de silence demain, une pour les belges et une pour Cruyf. Semaine de merde
 //  13:46  //  Supporter de France
Johan... quelle semaine de merde
Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
 //  13:46  //  Passionné de la Jamaïque
Il semble que c'est vrai, émotions demain pour le match Pays-Bas vs France.
Immense match du secteur offensif des pays-bas.

Sinon ouais, Cruyff, ça plus le PSG champion, sale période pour le foot.
 //  14:23  //  Supporter des Pays-Bas
Message posté par Danse, biatch!
Ce que j'avais retenu de cette branlée, c'est que Coupet s'était bien fait trouer par les Bataves ! À l'époque, je ne voulais pas de lui comme gardien des Bleus, je préférais Barthez.

Pauvre Greg Coupet, il aura galéré pour devenir n°1 en EDF, pour sa seule compétition en tant que titulaire, il n'a rien pu faire.


Entièrement d'accord. C'était injuste pour lui.
On a été, sur les 3 matches de poule, juste injouables et il n'y avait pas grand chose à faire face à Robben qui décoche un tir dans un trou de souris ou Sneijder qui frappe de 40m sous la barre.
Désolé pour vous, mais pour moi ce sont de supers souvenirs :)
Barton_fink Niveau : DHR
Douloureux souvenir.. Et Coupet qui avait chouiné pendant 3 ans pour être titulaire qui se déchire sur 3 des 4 buts..
Ronald Ignoble Niveau : CFA
Quelle tristesse pour la France mais en même temps quel match jubilatoire des Pays-Bas ! Van Goal, Van Persie, Sneijder et Robben nous ont marché dessus et d'une certaine manière ça faisait quand même plaisir de voir une équipe fofolle et joyeuse l'emporter. J'ai été ébahi par cette équipe dans un état de grâce, les dribbles magnifiques de confiance de Van Nistelrooy qui fait l'amour à la défense et au milieu français(https://www.youtube.com/watch?v=hoy8Hf-kX9U), la patate tout en équilibre de Sneijder... une équipe hyper offensive coachée par Van Basten. Domenech à la ramasse avec l'ensemble d'une équipe sans idées et sans direction, il n'y a guère eu qu'Henry -quel joueur, il faut le rappeler!- pour essayer de sauver l'honneur.
Ronald Ignoble Niveau : CFA
Oh non, Cruyff...
Punaise que de mauvais souvenirs cet euro ... Ca y est je suis énervé la, j'ai envie de cogner ce vieux Raymond et sa vieille demande en mariage juste pr esquiver ses responsabilités (il est tjs en couple avec Estelle mais ils ne st pas mariés ...)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
336 34