1. //
  2. // 23e journée

Grâce à sa victoire 2-0 face à Catane, le Napoli rejoint provisoirement la Juventus en tête du classement. Les Turinois devront répondre, demain midi, en déplacement chez le Chievo. 0-0 entre le Torino et la Sampdoria dans l'autre match du samedi.

Modififié
6 4
Le Napoli est là. Tout en haut. Au moins l'espace d'une nuit. Les Napolitains devaient s'imposer face au redoutable Catane de Maran pour rejoindre la Juve en tête de la Serie A. Mission accomplie. Les hommes de Mazzarri n'ont mis qu'une mi-temps pour boucler l'affaire, grâce à deux buts inscrits par Hamšík et Cannavaro. Oui, c'est tout un symbole : Naples sait aussi gagner sans les buts de Cavani. Le Matador aurait pu claquer son 102e but en Serie A, mais a été contrarié par la barre transversale. 2-0, donc. 49 points en 23 journées. Jamais Naples, depuis l'époque Maradona, n'avait voyagé à une moyenne de points aussi élevée. La Juve, le temps d'une nuit, est rattrapée, chose qui aurait paru invraisemblable avant la trêve, lorsque les Bianconeri comptaient dix points d'avance. Mais ce Napoli-là n'a jamais abdiqué, a récupéré ses deux points de pénalité et est parti à la poursuite de la Vieille Dame avec ses rêves et ses couteaux. La Roma est tombée, Palerme aussi, puis un nul à Florence, et enfin les victoires contre Parme et Catane. 13 points sur 15 possibles en 2013. Un rêve éveillé.

Ce soir, les Napolitains n'ont pas mis longtemps à afficher leurs intentions. Après 12 secondes de jeu, Pandev se présente déjà seul face à Andujar, mais rate son face-à-face. Le ton est donné, même si Catane, équipe en forme de Serie A, répond rapidement, par une superbe frappe de Barrientos. Derrière, Naples a l'air un peu timoré, presque impressionné par cette première place qui l'attend en cas de succès. Cavani n'a pas l'air dans un grand soir, alors c'est «  l'autre  » qui prend les choses en main. Zúñiga tente sa chance, rate sa frappe, Hamšík traîne au bon endroit au bon moment et pousse le ballon au fond des filets. 1-0. Le deuxième but arrive juste avant la mi-temps. Hamšík se mue en passeur pour son capitaine, Cannavaro, qui transforme à deux pas des cages. 2-0, rien à redire ? Pas tout à fait. Lorsque Naples menait 1-0, Zúñiga a touché le ballon du bras dans sa surface. Involontaire, peut-être, mais main quand même. La seconde période ne réserve que peu d'émotions. Catane a du mal à croire à un exploit, et seul le pied gauche de Lodi (Napolitain d'origine) inquiète parfois De Sanctis. Naples a déjà fait le boulot et n'a plus besoin d'appuyer sur l'accélérateur. Ce succès l'envoie tout en haut du classement, aux côtés de la Juve. L'examen de maturité est déjà prévu pour la semaine prochaine, avec un déplacement sur la pelouse de la Lazio. Ça promet, bordel !

Zeman viré après le naufrage

Deux autres matchs ont déjà eu lieu lors de cette 23e journée, en attendant les rencontres du dimanche. Un match fou, et un match tout pourri. Le fou, c'est celui qui a opposé hier soir la Roma et Cagliari. Le match qui a coûté sa place à Zdeněk Zeman, viré aujourd'hui. Comment en est-on arrivé là ? C'est simple. Avec une prestation horrible contre les Sardes, et une défaite 4-2. Les Romains ont été méconnaissables, face à une équipe de Cagliari qui avait à cœur de venger le match aller, remporté 3-0 sur tapis vert par la Roma. La première période est plutôt équilibrée. Cagliari ouvre rapidement le score par Nainggolan, puis la Roma égalise grâce à un coup franc de Totti. Mais en début de seconde période, la folie. Sur un centre anodin, le gardien de la Roma, Goicoechea, se déchire totalement en voulant capter le ballon et en le faisant glisser dans ses propres filets. L'Olimpico en reste sans voix. Derrière, Cagliari déroule, avec l'intenable Sau, auteur du troisième but et à l'origine du quatrième. Le public siffle, et le but de Marquinho, inscrit dans les arrêts de jeu, n'y change rien. La Roma, huitième de Serie A, a un genou à terre et va désormais devoir tout reprendre à zéro. Sans Zdeněk Zeman, qui a donc fumé hier sa dernière clope sur le banc giallorosso.

Enfin, le match pourri, c'était celui entre le Torino et la Sampdoria. Un bon vieux 0-0 des familles, le cinquième de la saison pour le Toro : personne n'a fait pire en Europe. Les Turinois ont pourtant eu les deux meilleures occasions, en première période, par Cerci (ancien de la Samp) et Barreto. Mais rien de plus. Le match a été totalement bloqué, avec quasiment aucune émotion. Un nul qui ne fait pas franchement les affaires des deux équipes. Le Torino est momentanément onzième, à égalité avec le Chievo, tandis que la Sampdoria suit à la treizième position, avec trois points de moins. La Sampdoria de Delio Rossi, la semaine prochaine, recevra justement la Roma. L'occasion de découvrir la tronche du nouveau coach romain, Andreazzoli. À moins que les dirigeants n'en aient choisi un autre d'ici là. Laurent Blanc, hein ?

Les résultats :

AS Roma - Cagliari 2-4
Totti 35', Marquinho 92' / Nainggolan 3', Goicoechea (csc) 46', Sau 53', Pisano 71'
Torino - Sampdoria 0-0
Napoli - Catania 2-0
Hamšík 31', Cannavaro 44'

Eric Maggiori
Modifié

neo_la_fifouze Niveau : DHR
Note : -1
Grand joueur Hamsik, mais quelle tête de teub quand même...
Note : 1
Ca va peut être pas se jouer à grand chose finalement ce scudetto!
La juve reste au dessus, ca dépendra de leur parcours en ldc et de l'état de forme d'Asamoah qui rentrera de la coupe d'afrique.
La juve va peut être regrettée de ne pas avoir pris un grand attaquant au mercato.

Quel joueur ce Hamsik!!!!!
Par contre, je ne comprends toujours pas pourquoi Mazzarri s'obstine à titulariser Pandev à chaque match au dépend de L.Insigne. C'est carrément un scandale!!
Mandžukić roi du Bayern, la patate chaude de Bastos La bonne affaire pour Bordeaux
6 4