1. //
  2. // 8es
  3. // Napoli/Udinese (2-2/5 tab à 4)

Le Napoli s'est mis en quart

Ce huitième de finale de Coupe d'Italie a encore une fois été le théâtre de décisions arbitrales litigieuses, avec un avantage non négligeable pour le Napoli. De nombreux penaltys et un rouge plus tard, les hommes de Benítez ne se plaindront certainement pas de rejoindre l'Inter en quart de finale.

Modififié
4 8
NaplesUdinese : 2 – 2 (5 - 4 après tab)
Buts : Théréau (58e) et Kone (104e) pour l'Udinese, Jorginho (64e sp) et Hamšík (99e) pour le Napoli

Deux. Comme le nombre de coups de sifflet qui vont encore mettre l'arbitrage italien au cœur des débats. Durant ce match de 120 minutes, Zapata est tombé deux fois dans la surface. L'arbitre a sifflé deux fois. Sans que la vidéo ne lui donne entièrement raison. Deux accrochages vraiment pas évidents. Le premier penalty en première période, Mertens l'a manqué. Certainement un peu de justice. Le second en seconde période, Jorginho le met au fond et permet à son équipe de revenir à égalité. C'est dur pour l'Udinese qui n'avait vraiment pas besoin de ça pour subir la pression napolitaine. Puis vient le rouge (bien plus mérité) qui leur coupe définitivement les jambes. C'est la fin pour les Bianconeri. Le Napoli a dominé la rencontre, mais s'est quand même bien appuyé sur l'arbitre pour aller chercher sa qualif' aux tirs au but. Prochain rendez-vous : le quart de finale contre l'Inter.

Le calme avant la tempête


Même si la Coupe est un raccourci vers la Ligue Europa, on ne peut pas dire que cette compétition déchaîne les foules en Italie. C'est triste de voir le San Paolo aussi vide et d'entendre les joueurs se serrer les mains. D'ailleurs, ça jette un énorme froid sur le terrain. Au coup d'envoi, les joueurs ne sont pas du tout chauds. Mais alors pas du tout. Comme si leurs gestes n'étaient que maladresse. Pour preuve : à la 3e minute, Gabriel Silva accroche Zapata dans la surface. L'arbitre siffle un penalty (très discutable). Mertens, surpris d'un coup de pouce aussi précoce, le met sur le poteau. Un juste retour des choses. Les 137 supporters présents n'en ont pas grand-chose à foutre et le huent ouvertement. Et puis le jeu repart comme si de rien n'était. Sur l'action qui suit, c'est au tour de l'Udinese et de Jaadi, pourtant bien servi par Théréau, de faire preuve de gaucherie. Idem pour Gabbiadini, Zapata et Henrique. Guère mieux pour Gargano qui trouve le montant à la 35e. Bref, si les actions sont plutôt du côté de Naples et les fautes côté Udinese, on est quand même bien loin de voir un filet trembler ce soir. 45'05. L'arbitre, lui aussi, se les gèle. Il s'empresse de siffler la mi-temps et court retrouver la chaleur des vestiaires. Ce n'est pas ce spectacle qui va le retenir sur la pelouse.

L'arbitre italien, une histoire sans fin…


Heureusement, les Bianconeri ont la bonne idée de faire crisser les pneus au retour des vestiaires. En quelques secondes, ils se créent une double occasion bien chaude via Fernandes et Théréau. Ce qui donne de bonnes idées également à Hamšík et compagnie. Le match s'emballe, enfin, et sur un contre ravageur, l'Udinese va enfin donner un peu de sens à ce match. Jaadi profite du boulevard laissé par la défense napolitaine pour servir Théréau qui aligne Andújar d'un plat du pied assassin. Cette ouverture du score va créer une sorte d'euphorie sur la pelouse. D'ailleurs, après tant d'ennui, l'arbitre n'arrive plus à gérer ses émotions, ce qui peut expliquer pourquoi il siffle alors un deuxième penalty similaire pour le Napoli. Un deuxième accrochage (vraiment pas clair) sur Zapata.


Sauf que cette fois-ci Jorginho n'est pas belge et que, dans son pays, la signification du mot « justice » n'y est pas aussi évidente. Ça fait 1-1. On peut le dire : le match est enfin lancé.

Hamšík et Kone, œil pour œil, dent pour dent


Les 20 dernières minutes du temps réglementaire sont clairement plus mouvementées. Quelques instants après l'égalisation, Widmer fauche Mertens à l'entrée de la surface. 2 jaunes = 1 rouge. Au revoir Monsieur. L'Udinese prend un sacré coup sur la tête, et on assiste alors à une attaque-défense parsemée de contre-attaques. À partir de là, le nombre d'occasions monte en flèche. Il y en a certainement plus en 20 minutes que pendant tout le match. En fait, la prolongation n'a jamais aussi bien porté son nom. Elle vient tout simplement rallonger ce spectacle de tous les instants. Et d'ailleurs, assez rapidement, Hamšík repique sur son pied droit et décoche un boulet de canon. Finalement, on commence à se dire que l'arbitre a eu raison de siffler ce penalty et de nous avoir permis d'assister à ça. Et on remercie encore plus ces erreurs d'arbitrage après l'égalisation tout aussi sublime et surprenante de Kone. Un centre en retrait suivi d'une reprise de demi-volée acrobatique assez exceptionnelle. 2 - 2 au bout de 120 minutes, cette histoire devait forcément se finir aux penaltys. Le comble de l'histoire. D'ailleurs, ils ne friment pas après le raté d'Allan, ni après le penalty victorieux d'Higuaín. Ils savent qu'ils doivent leur place en quarts de finale contre l'Inter à des coups de sifflet un peu hasardeux.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il Ragno Nero Niveau : CFA2
Faut vraiment être prêt à subir toutes les pires saloperies du monde quand on supporte l'Udinese, ou tout autre club ne faisant pas partie de la caste "noble" des clubs italiens.

Janvier n'est pas fini qu'on a déjà assisté à deux vols de grand chemin arbitraux contre la Roma et le Napoli. Avec la Juventus, le Napoli à nouveau et la Lazio en approche, on peut s'attendre à de nouvelles injustices prochainement...

Quand on rajoute que le club n'est même pas favorisé quand il affronte les plus "petits" que lui (cf. la main grossière mais involontaire dans la surface d'Heurtaux sifflée à la dernière minute au Friuli contre Cagliari le WE dernier vs. la même main de Gargano hier pas sifflée), ça fait beaucoup.

C'est pour ça que ça me fait marrer quand Re_David me dit que le club devrait faire l'effort de garder ses meilleurs joueurs un an de plus pour tenter de gagner quelque chose. Mais pour gagner en Italie, il faut faire du lobbying intensif, comme à Bruxelles (perso, j'appelle ça de la corruption, même si c'est légal...). Ce qui demande encore plus de moyens que de garder les joueurs en les augmentant. Depuis Aulas et les années 2000, ça a pris le même chemin en France, d'ailleurs...
A noter que Benitez nous a fait une Garcia hier : "Je ne parle pas des arbitres".
Moi qui avait cru lire ses propos sur le sujet il y a quelques jours...

Encore un virtuose du violon.
je compatis avec toi ragno nero.
cependant, le premier penalty est selon moi évident. Ceinturage du cou/de la nuque alors que l'attaquant allait au ballon, rien a dire selon moi. D'ailleurs les arbitres devraient systématiquement siffler penalty sur ce genre de situation, a force les défenseur éviteraient peut être de d'abord défendre en s'agrippant aux adversaire ce qui fluidifierait le jeu. Le deuxième penalty, c'est cadeau, merci l'arbitre...
l'expulsion, pour moi les deux cartons sont justifiés. Le deuxième parait sévère mais 1 minutes avant Widmer avait déjà failli se prendre le deuxième pour simulation. Il a été averti oralement par l'arbitre qu'a la prochaine faute il mettrait le deuxième carton. Autant j'aime ce joueur prometteur (Widmer), autant il a été bête sur le coup.
Pour le penalty sur la main de gargano, c'est sur que l'arbitre aurait pu le siffler vu qu'il en a sifflé un cadeau pour le napoli. Néanmoins, ce genre de touchette de la main ne se siffle pas toujours, c'est pas un scandale.
Après j'espère que le vente tournera aussi en votre faveur pour l'arbitrage les prochains matches.


Trap, tu peux comparer garcia a benitez, mais ne les mets pas dans le même sac. Benitez ne l'ouvre normalement pas trop sur les arbitres contrairement à la pleureuse garcia. et benitez a un palmarès derrière qui incite plus au respect.
La prochaine fois que la juve sera défavorisées par l'arbitrage, on verra si vous le prenez en grands seigneurs hein
@ Il Ragno Nero

Je compatis évidemment pour ton club et vous, supporters, qui subissez ces injustices, ça doit être vraiment frustrant à la longue, surtout quand la phrase toute faite "cela s'équilibre sur une saison" ne se vérifie jamais. Même moi en tant que suiveur très occasionnel de l'Udinese, j'ai déjà pu constater à plusieurs reprises que l'Udinese se fait souvent enfler par l'arbitrage.

Je me souviens d'un Milan Udinese où l'arbitre accorde un péno inexitant pour une faute sur El Shaarawy à la dernière minute de jeu... ou encore un match contre notre chère Juve qui se temine sur un score de 4-1 avec un combo pénalty carton rouge pour une faute sur Giovinco (il me semble) peu évidente.

Bref, il est flagrant que les grosses équipes Italiennes sont toutes largement et fréquemment favorisées contre les plus petites. Le plus problématique est qu'elles se permettent pourtant de raler à la moindre erreur contre (certaines plus que d'autres...).
Note : 1
J'ai beau chercher sur tous les sites de médias italiens qui regorgent de pourfendeurs de clubs avantagés par l'arbitrage, je ne vois rien.

Vous avez dû rêver.
Message posté par don lumpy
je compatis avec toi ragno nero.
cependant, le premier penalty est selon moi évident. Ceinturage du cou/de la nuque alors que l'attaquant allait au ballon, rien a dire selon moi. D'ailleurs les arbitres devraient systématiquement siffler penalty sur ce genre de situation, a force les défenseur éviteraient peut être de d'abord défendre en s'agrippant aux adversaire ce qui fluidifierait le jeu. Le deuxième penalty, c'est cadeau, merci l'arbitre...
l'expulsion, pour moi les deux cartons sont justifiés. Le deuxième parait sévère mais 1 minutes avant Widmer avait déjà failli se prendre le deuxième pour simulation. Il a été averti oralement par l'arbitre qu'a la prochaine faute il mettrait le deuxième carton. Autant j'aime ce joueur prometteur (Widmer), autant il a été bête sur le coup.
Pour le penalty sur la main de gargano, c'est sur que l'arbitre aurait pu le siffler vu qu'il en a sifflé un cadeau pour le napoli. Néanmoins, ce genre de touchette de la main ne se siffle pas toujours, c'est pas un scandale.
Après j'espère que le vente tournera aussi en votre faveur pour l'arbitrage les prochains matches.


Trap, tu peux comparer garcia a benitez, mais ne les mets pas dans le même sac. Benitez ne l'ouvre normalement pas trop sur les arbitres contrairement à la pleureuse garcia. et benitez a un palmarès derrière qui incite plus au respect.
La prochaine fois que la juve sera défavorisées par l'arbitrage, on verra si vous le prenez en grands seigneurs hein


Tu as raison, ils ne sont comparables ni au niveau du palmarès, ni au niveau des lamentations, mais vu la tragi-comédie récente, sa remarque est assez savoureuse je trouve.
Quand à ta dernière phrase, j'accepte les remarques pour tout ce que j'écris mais pas pour ce qu'écrivent mes frères en juventinité.
Message posté par Il Ragno Nero

C'est pour ça que ça me fait marrer quand Re_David me dit que le club devrait faire l'effort de garder ses meilleurs joueurs un an de plus pour tenter de gagner quelque chose.


Stop !
Tu m'avais répondu tout autre chose à l'époque (l'impossibilité de retenir des joueurs à qui d'autres font un pont d'or). Et pour cause, la longue série de vols subis par l'Udinese n'avait pas encore commencé.
Et d'ailleurs toi-même tu m'as répondu un jour que tu aurais aimé que le fantastique effectif de l'époque Sanchez ne soit pas démantelé, pour pouvoir jouer le scudetto.

Ça fait plus de 30 ans que j'attends, comme d'autres qui eux sont au stadio Friuli à chaque match, que l'Udinese remporte au moins un trophée majeur.
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
C'était envisageable dans les quelques années post-Calciopoli, aujourd'hui, c'est clairement injouable. Ca ne servirait à rien de dépenser de l'argent pour finir comme le Parma de Tanzi, toujours pas remis de la faillite qui a suivi...

C'est pas un hasard si le dernier scudetto d'une "provinziale" a eu lieu en plein dans les années Totonero, quand on chassait activement la triche. Et encore, déjà à cette époque, on avait mis des bâtons dans les roues de l'Udinese pour essayer de l'empêcher d'aligner Zico...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 8