Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2 finales aller
  3. // Naples/Dnipropetrovsk (1-1)

Le Napoli peut s'en vouloir

Ultra-dominateur face à de courageux Ukrainiens, le Napoli doit se contenter du match nul (1-1). Une bien mauvaise opération pour les Azzurri qui se sont heurtés à un excellent Denys Boyko et qui ont concédé une égalisation plus que discutable.

Modififié

Naples - Dnipro Dnipropetrovsk
(1-1)

David López (50') pour Naples , E. Seleznov (80') pour Dnipro Dnipropetrovsk.


Ces derniers temps, l'Ukraine a tristement pris l'habitude de faire le dos rond, sur ses propres terres. Une vie maussade de laquelle ne s'attendait malheureusement pas non plus à se détacher le Dnipro, lors de son déplacement à Naples. Avec pour seule vocation de défendre grâce à un bloc positionné extrêmement bas, les Ukrainiens savent bien qu'ils vont souffrir dans l'enfer du San Paolo, et la réalité ne les détrompe pas. Seulement, comme à la guerre, faire systématiquement front aux frontières est bien compliqué. Surtout devant la puissance de feu déployé par le Napoli. Quand David López finit enfin par trouver la faille en début de seconde période, la défaite du Dnipro paraît même assurée. Sauf qu'une équipe qui ne joue même plus ses rencontres à domicile a des ressources inestimables. À l'image du dernier rempart, Denys Boyko, qui a tout fait pour laisser place à un match nul en forme de mini hold-up. La réussite et une erreur d'arbitrage se chargeant du reste.

Le Dnipro fait bloc


26 ans après la dernière demi-finale européenne du Napoli de Diego Maradona face au Bayern Munich, le stadio San Paolo répond évidemment présent pour sublimer ses protégés. En réponse, les hommes de Benítez prennent d'entrée les commandes de la rencontre. Avec une première option évidente : déborder le Dnipro sur les ailes, notamment grâce à la vitesse des duos Ghoulam-Insigne et Maggio-Callejón. Seulement, les Ukrainiens sont solides, à l'image de Douglas, imprenable dans les airs, et s'ils ne parviennent pas à ressortir proprement le ballon, ils contrôlent tant bien que mal les offensives napolitaines. Lorenzo Insigne, finalement préféré à Mertens, donne toutefois, par deux fois, des frayeurs à Denys Boyko. D'abord sur une inspiration géniale de l'extérieur de la surface qui manque de finir dans la lucarne et accroche même l'extérieur du poteau. Puis sur une ouverture au millimètre d'Higuaín, qu'il ne parvient pas à redresser devant la bonne sortie du portier ukrainien. Après une demi-heure passée quasiment exclusivement dans son camp, le Dnipro se décide quand même à pointer le bout de son nez de l'autre côté du terrain, Kankava mettant même à contribution Andújar. Après les soucis linguistiques posés par son adversaire, le Napoli commence également à avoir des maux de tête devant sa défense regroupée. Surtout que les Azzurri multiplient les erreurs techniques jusqu'à la mi-temps.

Le Napoli se tire une balle dans le pied


La seconde période redémarre d'ailleurs sur les mêmes bases : une attaque-défense. Et comme souvent dans ce type de situation, la solution vient d'un coup de pied arrêté. Sur un ballon chaud d'Hamšík, le Dnipro concède effectivement son cinquième corner de la partie. Sauf que contrairement aux premiers, il est cette fois parfaitement botté par Insigne sur la tête de David López qui ne laisse aucune chance à Boyko. Le Napoli vient de faire le plus dur. Preuve en est, Gonzalo Higuaín trouve enfin un peu d'espace. Mais la défense ukrainienne tient encore le choc. Malgré un premier changement rapide (Bruno Gama pour Luchkevych), le Dnipro est sans réaction. Heureusement, Boyko limite plusieurs fois la casse devant Higuaín ou encore Callejón. Higuaín a même, une nouvelle fois, l'occasion de doubler la mise sur un bon ballon d'Hamšík, mais il perd son troisième duel avec Boyko. Rafael Benítez lance Gabbiadini à la place de Callejón pour le dernier quart d'heure. Mais c'est encore Higuaín qui voit sa frappe contrée, détournée en corner par Boyko. S'ensuit enfin une réaction du Dnipro. Seleznyov est trouvé au second poteau, en nette position de hors-jeu, et bat Andújar. Malgré les protestations napolitaines, l'arbitre assistant ne signale rien, et l'égalisation est donc validée par M. Svein Oddvar Moen. Le Napoli ne s'en remettra pas, et le Dnipro décroche ainsi un très bon match nul avant le match retour à Kiev, jeudi prochain. Pas sûr que le blocus tienne deux fois.


Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi
À lire ensuite
Séville roule sur la Fio