1. //
  2. // 30e journée
  3. // Napoli/Fiorentina (3-0)

Le Napoli mange une petite Viola

Après cinq matchs sans victoire en Serie A, le Napoli retrouve facilement le succès face à la Fiorentina (3-0). Les coéquipiers de Gonzalo Higuaín, qui s'est vu refuser un but valable, ont été maîtres des débats face à de tristes Florentins, qui encaissent leur deuxième claque de la semaine.

Modififié
4 0

Napoli 3-0 Fiorentina

Buts : Mertens (23e), Hamšík (71e), Callejón (89e) pour Naples

À mêmes défaites et éliminations, réactions diamétralement opposées. D'un côté, le Napoli envoyé en mise au vert par le président De Laurentiis, dans une ambiance délétère. De l'autre, la Fiorentina appliquée à travailler et à persévérer en toute sérénité. La volonté de se relever ne diffère pas, en revanche, et à ce petit jeu-là, le Napoli est un sacré concurrent. Les Partenopei regorgent d'orgueil, et leur courroux est dévastateur. Encore plus quand c'est un diable rouge qui se charge d'en faire la démonstration. Remis sur le droit chemin par un Mertens des grands jours, le Napoli retrouve enfin des couleurs face à la Viola. Sans doute le meilleur moment avant d'aborder la dernière ligne droite de la saison, et d'expier, peut-être, tous ses pêchés. Ce ne serait toutefois pas preuve de luxure que de retrouver le meilleur Higuaín d'ici là.

La gourmandise de Mertens


Tous deux éliminés en demi-finale de Coupe d'Italie en milieu de semaine, le Napoli et la Fiorentina ont également un autre point commun : l'envie de retrouver la confiance avant de se replonger dans la Ligue Europa. Pas de tête ailleurs donc pour les 22 acteurs qui offrent tout de même un premier quart d'heure crispé. À l'image de Stefan Savić pas loin de tromper son propre gardien sur un centre devant le but de Dries Mertens. Partie remise pour l'ailier napolitain qui met un bordel monstre dans la défense viola grâce à sa vivacité. Micah Richards prend ainsi du recul pour ne pas tomber dans les dribbles endiablés du petit Belge. Mauvaise idée. Un délice de frappe enroulée plus tard, et le Napoli prend l'avantage.

Le mythique speaker Decibel Bellini peut prêcher tout autant sa joie que laisser éclater sa frustration après une période bien compliquée pour les siens. Témoin numéro un, Gonzalo Higuaín avare en buts depuis pile un mois et un triplé contre le Dynamo Moscou. D'abord maladroit dans sa conduite de balle sur un bon service de Gabbiadini, l'Argentin joue ensuite de malchance. Sur une frappe pure, Pipita trouve effectivement la barre. Pis, les ralentis sont indéniables : le ballon a bel et bien franchi entièrement la ligne au rebond. Ce qui échappe malheureusement à la « vigilance » de l'arbitre de la rencontre M. Damato et surtout de son assistant de surface dont on doutait déjà de l'utilité. La Fiorentina s'en tire bien.

Higuaín gâche, Hamšík et Callejón assurent


Changement de plan immédiat au retour des vestiaires pour Montella qui fait entrer Gómez pour Iličič. Comme souvent, on n'avait pas vu l'Allemand en première mi-temps, mais il y avait cette fois une raison. La Viola domine désormais, mais n'est pas à l'abri d'un contre. Gabbiadini est d'ailleurs proche d'imiter Mertens sur une jolie frappe enroulée qui fuit le cadre de peu. Sans doute envieux des qualités techniques du buteur du jour, Micah Richards se signale, lui, avec une conduite de balle digne des plus belles joutes de régions et conclue de manière identique : un attentat sur Mertens qui encaisse difficilement le choc. À l'approche de l'heure de jeu, les changements s'opèrent comme à l'accoutumée. Hamšík remplace Gabbiadini, Joaquín cède sa place à Vargas.

Peu inspiré, Savić laisse filer Higuaín sur un long ballon de Mertens. Seulement Pipita n'y est décidément pas, et ne tire même pas au but devant Neto qui ne prend pas à ses feintes. Heureusement pour le buteur argentin, Hamšík se charge enfin de doubler la mise quelques instants plus tard. La messe est dite, et Higuaín peut céder sa place à Insigne à un quart du terme. Gargano continue, lui, son travail de sape sur Mohamed Salah, transparent ce dimanche après-midi. C'est dire le non-match réalisé par la Viola. Callejón se charge même d'ajouter une troisième banderille sur un ballon parfait d'Insigne. La colère du Napoli est tombée.

⇒ Résultats et classement de Serie A

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 0