En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 26e journée
  3. // Napoli/Inter (2-2)

Le Napoli gâche une belle occasion

Au terme d'une superbe rencontre, le Napoli et l'Inter se séparent sur un score de parité (2-2). Les Azzurri menaient pourtant de deux buts, mais n'ont pas su répondre à la réaction d'orgueil des Intéristes.

Modififié

Naples - Inter Milan
(2-2)

M. Hamšík (51'), G. Higuaín (63') pour Naples , R. Palacio (72'), M. Icardi (87') pour Inter Milan.


Cinq occasions manquées, vendangées ou stoppées par Samir Handanovič. En passant totalement au travers de sa première mi-temps, Gonzalo Higuaín annonce déjà la soirée frustrante du Napoli. De la race des grands, le buteur argentin se rattrape tout de même en seconde mi-temps avec un bijou qui, pense-t-on, met à l'abri les siens quelques minutes seulement après l'ouverture du score de Marek Hamšík. Seulement, le Napoli était, ce dimanche soir, d'humeur partageuse. À tel point qu'il a incompréhensiblement laissé filer deux buts d'avance et l'occasion de revenir à deux petits points de la Roma. L'Inter a, elle, eu le mérite de ne jamais lâcher pour arracher un point qui ne satisfait franchement personne au final.

Higuaín mâche la feuille


Même pas trente secondes de jeu que Gianluca Rocchi dégaine déjà le premier carton jaune de la soirée à l'encontre de Juan Jesus. Une façon d'annoncer la couleur façon Kasuki Ito dans PES 5. Le Napoli et l'Inter sont d'ailleurs déterminés à prendre tous les deux les commandes de la rencontre et à vite crever l'écran. Palacio est lancé en profondeur d'un classique ballon en cloche, mais Andújar effectue une sortie inspirée. Signe de sa bonne flèche de forme du moment, Fredy Guarín s'essaye, lui, à un lob du milieu de terrain. C'est non cadré, mais la tentative a le mérite d'exister au tableau des stats. En réaction, le Napoli se sert comme à l'accoutumée de son joueur fétiche pour mettre le danger sur la défense adverse. Gonzalo Higuaín trouve toutefois sur sa route Samir Handanovič, l'un des meilleurs gardiens du jeu (7', 21', 38'), quand il ne manque pas de précision (13'). Hamšík s'y essaye aussi, mais le rempart slovène s'interpose là aussi. La recrue de l'Inter version Ligue des Masters, Marcelo Brozović, se signale à son tour avec une tentative qui fuit le cadre de peu. Pour prendre à défaut les Nerazzurri, le Napoli a choisi d'évoluer en contre. Une option qui aurait déjà été payante sans un Higuaín inhabituellement maladroit pour pousser au fond un centre parfait de Mertens (31'). Si Rafael Benítez est nerveux, il a sans doute déjà cassé sa manette à l'annonce de la mi-temps.

Le Napoli la bouffe


Reprise des débats et petit bug ou fausse embrouille entre Inler et Medel. Pas de quoi calmer le rythme. Le Napoli garde le même schéma : laisser le ballon à son adversaire pour mieux sévir dès sa récupération. Si Hamšík dévisse d'abord sa frappe (50'), il ne manque pas sa tête dans la foulée sur un centre au cordeau d'Henrique (51'). Handanovič ne peut rien, cette fois, et les Azzurri prennent tout logiquement l'avantage. Callejón a même l'occasion de doubler la mise sur un superbe ballon du Slovaque, mais il glisse au moment de conclure. Hamšík, remis en confiance, veut d'ailleurs finir l'affaire, mais Handanovič veille. Ou plutôt repousse l'échéance puisqu'Higuaín ne lui laisse aucune chance sur un nouveau travail d'Hamšík. L'attaquant argentin envoie effectivement une ogive qui entre avec l'aide du poteau (63'). Une réalisation magnifique qui valait le coup d'attendre. L'Inter n'a toutefois pas dit son dernier mot et se procure plusieurs occasions pour revenir dans le match. Ce qui finit par arriver avec Palacio qui trouve l'ouverture d'une puissante frappe après plusieurs sauvetages de la défense azzurra (72'). Remise en selle, l'Inter tente le tout pour le tout et met à mal le Napoli. On pense que les Azzurri vont quand même tenir bon, mais à cinq minutes du terme, Henrique accroche Palacio dans la surface. Pénalty incontestable, deuxième carton jaune logique et Icardi qui égalise d'une merveilleuse Panenka (87'). On en restera là, et Benítez a sans doute fini par casser sa console.

⇒ Résultats et classement de Serie A

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 8 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 25
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17