Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Napoli-Milan (4-2)

Milik et le Napoli font suer le San Paolo

Quoi de mieux que de mettre un but pour sa première dans son nouveau stade ? En mettre deux et offrir les trois points à son équipe. Et c’est ce qu’a fait Milik, bien aidé par un grand Mertens et un Callejón renard, qui ont finalement réussi à venir à bout d'une courageuse équipe du Milan.

Modififié

Napoli 4-2 Milan

Buts : Milik (18e, 33e) et Callejón (72e, 90e+2) pour le Napoli // Niang (50e) et Suso (54e) pour le Milan

C’est ce qu’on appelle faire une bonne première impression. Pour définitivement tirer un trait sur son prédécesseur, Arkadiusz Milik a attendu le premier match à la maison. Histoire de bien faire les choses, face à sa nouvelle famille, et de montrer ce qu’il avait vraiment dans le calcif. Et alors ? Eh bien, il a de la chatte, de bons abdos et un grand Mertens à ses côtés. De la chatte quand il s’agit de foirer sa demi-volée à bout portant, mais de lober tout de même Donnarumma et d’ouvrir le score. Des abdos quand il faut sauter plus haut que Kucka et doubler la marque. Et un grand Mertens quand il s’agit d’endiguer le retour en force des Milanais, revenus à 2-2, et d'offrir le but de la victoire à Callejón.

Y a comme un Milik


Pourtant, c’est bien le Milan qui prend le match en main. Jeu en triangle, vertical, supériorités numériques et dédoublements. La méthode Montella commence à porter ses fruits… Si seulement ses joueurs arrivaient à transformer leurs occasions. La preuve avec Niang d’abord, qui, à la 6e minute, préfère frapper aux vingt mètres plutôt que de partager avec ses coéquipiers. Ensuite avec Abbate qui, deux minutes plus tard, arrive à louper la cage ouverte. Ou encore avec Romagnoli, buteur au quart d’heure de jeu, mais qui n’a toujours pas compris la règle du hors-jeu. Bref, dominer n’est pas gagner. Et ça, Mertens l’a bien compris. Par cinq fois, il se met en position de tir et par cinq fois, il fait mal à la défense rossonera. Résultat ? Un but de Milik, bien chatteux et quatre grosses frayeurs pour le gardien milanais, dont un corner qui amène le deuxième but du Polonais. 2-0. La méthode Montella, oui. Mais avec la poisse milanaise.

Malchance toujours


Et même quand l’Aeroplanino conjure le sort aux vestiaires en redonnant des dribbles et du réalisme à M’Baye Niang, qui trompe Reina dans un angle impossible à la 50e, et même en expulsant Maurizio Sarri, en retrouvant le talent perdu de Suso


... Et plus fort que tout, en faisant trembler les Napolitains, le Milan finit toujours par perdre et par se saborder tout seul. Laisser Mertens, tout seul, revenir encore et toujours sur son pied droit et offrir le but du 3-2 à Callejón, c’est suicidaire. Mais insulter l’arbitre, toucher Reina et finir le match à neuf, c’est tout simplement kamikaze. Le Napoli finira d'ailleurs par marquer un dernier but gag, un CSC que Romagnoli tentera de repousser avec les mains. Bref, le San Paolo de son côté, ne crache pas sur ce genre de scénario, malgré les ascenseurs émotionnels. Trois points, ce sont trois points. Et ils permettent pour le moment de ne pas se faire larguer par la Juve, déjà.

  • Résultats et classement de Serie A
    Retrouvez toute l'actualité de la Serie A

    Par Ugo Bocchi
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
    il y a 8 heures Rooney, héros de la 95e minute 17 il y a 9 heures Record de buts en Ligue 1 pour une première journée 26 Hier à 16:40 La célébration musclée de Jürgen Klopp 8 Hier à 12:45 La plaque de Courtois saccagée au stade de l'Atlético 62 Hier à 11:00 Le boulet de canon de Peterson qui assomme l'Ajax 1 samedi 11 août Le Leeds de Bielsa cartonne à Derby 47
    À lire ensuite
    La Juve a fait le boulot