Italie - Serie A - 12e journée

Eric Maggiori

Le Napoli et la Fiorentina sortent le grand jeu

Grosse journée en Serie A. Pendant que la Lazio bat la Roma dans le derby (3-2), la Fiorentina s’en va gagner à San Siro (1-3) et le Napoli s’impose dans les ultimes secondes face au Genoa (2-4). Et ce soir, l’Inter va à Bergame.

Note
4 votes
4 votes pour une note moyenne de 5/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Aquilani (Fiorentina), buteur face à son ancien club
Aquilani (Fiorentina), buteur face à son ancien club
Il fallait choisir. Choisir son match, choisir ses émotions. Mais quel que soit le choix, personne n’a été déçu, cet après-midi. Car les trois gros matchs de la journée, tous programmés à la même heure (15h) ont tenu leurs promesses. Une moyenne de 5 buts par match (sur ces trois rencontres-là), des retournements de situation, de la pluie, des sifflets : bref, une vraie journée de Serie A, à l’ancienne, comme on les aime. Il y a d’abord le derby romain, remporté, donc, par la Lazio. Une succès qui permet aux Biancocelesti de prendre cinq points d’avance sur leurs rivaux Giallorossi, mais pas de grappiller une place au classement. La faute à la Fiorentina, 4e, et au Napoli, 3e, qui se sont tous les deux imposés cet après-midi. Des résultats qui, par la même occasion, mettent la pression sur l’Inter, 2e, qui se déplace ce soir à Bergame (20h45) pour y affronter l’Atalanta.

La leçon de Montella

La Fiorentina, d’abord. Les Florentins se déplaçaient à San Siro, face à un Milan AC pas encore guéri, mais en convalescence. Problème : qui dit convalescence, dit fragilité. Qui dit fragilité, dit rechute. Face à l’équipe de Montella (que Berlusconi va apprécier de plus en plus), les Rossoneri se sont écroulés, affichant à nouveaux leurs faiblesses. Quelles faiblesses ? Mentales, d’abord. Défensives, ensuite. La Fiorentina ouvre rapidement le score par Aquilani, d’une frappe du gauche. Vous savez, Aquilani. Le mec que le Milan AC a décidé de ne pas garder cet été… Retour du boomerang. Mais les Milanais réagissent et obtiennent un pénalty pour une faute sur Pato. Avant, il y avait Zlatan, Pirlo ou Seedorf pour les tirer. Maintenant, il y a Pato. Boum. Jolie frappe qui part rejoindre celle de Sergio Ramos, dans les étoiles.

Dans la foulée, la défense milanaise laisse Borja Valero passer comme dans du beurre et venir marquer le deuxième but. Tristesse. En seconde période, Allegri fait entrer Bojan et Pazzini. Bonne pioche. Il Pazzo réduit l’écart, en reprenant devant le but une talonnade de Mexès sur le poteau. On se dit que Milan va faire le même coup que contre Palerme, à savoir revenir au score. Mais non. Ce coup-ci, pas de miracle, car la Fiorentina joue avec intelligence. Et en fin de rencontre, les Florentins ajoutent même un troisième pion par El Hamdaoui. Un bijou de frappe enveloppée en lucarne, pour son premier but en Serie A. Voilà comment la Fiorentina vient chercher se quatrième victoire consécutive en Serie A, s’accroche à la quatrième place et entraîne la quatrième défaite du Milan AC à domicile cette saison.

Immortel Napoli

Quatre, c’est aussi le chiffre clef de la rencontre entre le Genoa et le Napoli. Quatre, comme le nombre de buts marqués par le Napoli sur la pelouse d’un Genoa qui se retrouve relégable pour la première fois de la saison. Et pourtant, pendant longtemps, l’équipe de Delneri a bien cru tenir là le résultat qui allait relancer sa saison. Lorsque Bertolacci inscrit le deuxième but génois à l’heure de jeu, et que le tableau du stade affiche « 2-1 » en faveur du Genoa, les tifosi napolitains voient là se profiler un troisième match sans victoire en Serie A. Mais la fin de match napolitaine est totalement folle. A dix minutes du terme, Cavani, déjà auteur d’un quadruplé en Europa League jeudi, dribble Sébastien Frey avec une splendide feinte et marque dans le but vide.

Psychologiquement dévasté, le Genoa s’écroule. Dans les arrêts de jeu, Marek Hamšík aiguise sa crête et inscrit de la tête le but de la victoire. Une victoire rendue un peu plus triomphale par Insigne, qui répond ainsi à son ancien compère de Pescara Immobile, qui avait ouvert le score en début de rencontre. Ce succès 4-2 est évidemment importantissime pour le Napoli, puisque la Juve, la Fiorentina et la Lazio se sont imposées. Le Napoli reste installé à la troisième position, et prouve ainsi qu’il est toujours largement dans le coup. Regardez donc les belles ironies du calendrier : la semaine prochaine, les Napolitains recevront au San Paolo un Milan AC qui aura peut-être un nouvel entraîneur sur son banc de touche.

Record négatif pour la Sampdoria

Forcément, à côté de ces trois affiches, le reste de la journée a l’air bien terne. Pourtant, le Chievo-Udinese a réservé de sacrées émotions jusqu’à la dernière minute. Une fois n’est pas coutume, le sauveur de l’Udinese, aujourd’hui, ne s’appelle pas Toto Di Natale, mais bien Gabriele Angella. Le défenseur, qui avait jusqu’ici inscrit un seul but en Serie A, a claqué un doublé ! Le premier a répondu à l’ouverture du score d’Andreolli (sur une semi-bourde de Brkić, qui termine ainsi une semaine calamiteuse). Le second, inscrit à la toute dernière minute, est un petit miracle puisque l’Udinese était réduite à dix, et venait d’encaisser le deuxième but du Chievo. Les Frioulans s’en sortent donc très bien, et prennent un petit point précieux, qui leur permettent de passer, notamment, devant le Milan AC. Beaucoup de buts dans cette journée, mais également deux 0-0. Le premier, hier soir, entre Cagliari et Catane. Le second, cet après-midi, entre Parme et Sienne, malgré deux énormes occasions parmesanes pour Biabiany et Zaccardo.

Enfin, deux succès importants dans le bas de tableau. Dans le « match de la peur » entre Palerme, avant-dernier, et la Sampdoria, 15e, ce sont les Siciliens qui ont tiré leur épingle du jeu. Merci qui ? Merci Dybala. Le jeune Argentin, dont Maurizio Zamparini vante les mérites depuis qu’il l’a fait signer, a inscrit ses premiers buts en Serie A, tous deux magnifiques (deux superbes frappes du gauche). Une victoire qui permet à Palerme de sortir de la zone rouge, et qui, en contrepartie, enfonce un peu plus la Sampdoria, qui concède là un septième revers consécutif (record négatif de l’histoire du club). A priori, Ciro Ferrara n’y survivra pas. Pas sûr, également, que Stefano Pioli résiste à la défaite 1-0 sur la pelouse du Torino. Son équipe de Bologne est avant-dernière, et n’a plus gagné depuis le 30 septembre dernier. Le Toro, pour sa part, continue son honorable saison et remonte à la douzième position. A ce rythme-là, les hommes de Ventura seront peut-être dans la première moitié de tableau pour le derby turinois, à disputer le 1er décembre.

Les résultats :

Cagliari - Catania 0-0
Pescara - Juventus 1-6
Cascione 25' / Vidal 8', Quagliarella 22', 45' et 53', Asamoah 30', Giovinco 38'
Palermo - Sampdoria 2-0
Dybala 52' et 71'
Chievo - Udinese 2-2
Andreolli 39', Paloschi 89' / Angella 42' et 91'
Genoa - Napoli 2-4
Immobile 23', Bertolacci 56' / Mesto 54', Cavani 79', Hamšík 90', Insigne 93'
Lazio - Roma 3-2
Candreva 35', Klose 43', Mauri 46' / Lamela 8', Pjanić 85'
Milan - Fiorentina 1-3
Pazzini 60' / Aquilani 9', Borja Valero 37', El Hamdaoui 88'
Parma - Siena 0-0
Torino - Bologna 1-0
D'Ambrosio 66'

Suivre Eric Maggiori sur Twitter Eric Maggiori

Parier sur les matchs de Genoa

 





Votre compte sur SOFOOT.com

8 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Aalex le 11/11/2012 à 19:29
      

    Qui a dit que le foot italien était mort ?

  • Message posté par Re_David le 11/11/2012 à 19:33
      

    Des vautours.

    Dommage, De Rossi vient de perdre sa convocation en Nazionale pour mercredi.

  • Message posté par Re_David le 11/11/2012 à 19:36
      

    Ah ben zut, j'étais pas sur le bon article pour De Rossi !

  • Message posté par Trap le 11/11/2012 à 20:52
      

    @Re-david, je vais me réfréner alors, tu te fais trop rare.

    @Lothaire, si tu traines par là, j'ai bien compris que tu me renvoyais la balle mais je n'ai pas compris (Comme Re-david), le sens du propos ? Quid des efforts en nazionale ? (Ton post dans la brève sur Pogba)

  • Message posté par Lothaire le 12/11/2012 à 01:11
      Note : - 1 

    A chaque fois qu'il est fait mention "des petits soldats" tu reprends la remarque du Bonucci sur les "professionnels".
    Et moi je te rappel que récemment les joueurs de la Juve ont eut droit à un traitement particulier en sélection et qu'ils ont été assez mauvais (Bonnuci en particulier), c'était contre l'Arménie il me semble.
    Ironique, donc.

  • Message posté par Trap le 12/11/2012 à 09:34
      

    C'est pas du ping pong là, mais du bazooka.
    A chaque fois, c'est 2 fois. Une de trop probablement. Bonucci mauvais, sur ce coup parfaitement d'accord.
    Traitement particulier ? Parfaitement faux.
    "Entrainement différencié pour les joueurs de la Juventus? Quand on invente des situations et des polémiches qui n'existent pas, ça ne fait pas de bien au football. Depuis que je suis en fonction j'ai toujours dit aux joueurs de venir avec leurs "devoirs à faire". Ils arrivent le lundi et s'ils le font en sachant déjà quel travail physique faire nous gagnons du temps."
    (Prandelli le 11 octobre à Erevan) Faut arrêter de lire la presse napolitaine Lothaire, sur ce coup là, même la Gazzetta avait fait dans le léger c'est dire.

  • Message posté par Lothaire le 12/11/2012 à 14:20
      

    Oui peut être.
    Mais ce qui m'amusait surtout c'est que 4 jours avant son tweet le même Bonucci s'était bien reposé en sélection. Ça me faisait rire de le relever.

  • Message posté par Trap le 12/11/2012 à 14:49
      

    Au niveau professionnalisme on ne peut quand même pas lui reprocher de l'être moins que Cassano. Au niveau cerveau aussi, il semble mieux équipé. Niveau talent par contre c'est autre chose.
    Mais pour finir, Cassano aussi s'est bien reposé lors du match contre l'Arménie...


8 réactions :
Poster un commentaire