1. //
  2. // 9e journée

Le Napoli dépanne la Juve

En battant l’Udinese (2-0), le Napoli a, involontairement, filé un sacré coup de main à son ennemi turinois en lui offrant la première place de la Serie A. La Lazio freine, Milan passe la quatrième et la Roma perd encore à la dernière minute. Sans parler de l’Inter, toujours aussi laborieuse.

Modififié
0 0
C’est la Juve. Ce soir, la Vieille Dame reprend la tête de la Serie A. Et tout ça, bien au chaud, devant sa télévision. Grâce à sa victoire hier soir contre la Fiorentina (2-1), la Juve récupère la première place qu’elle avait abandonnée dimanche. Les Turinois, néanmoins, savent qui ils doivent remercier. Leurs bienfaiteurs d’un soir se nomment Lavezzi, Maggio et Bergessio. Les deux premiers ont permis au Napoli d’infliger sa première défaite de la saison à l’Udinese. Dans un match quasiment à sens unique, l’équipe de Mazzarri a administré une leçon tactique à des Frioulans pourtant impeccables depuis le début de la saison. Mais en l’absence de Di Natale, laissé préventivement au repos, la formation de Guidoloin n’est jamais parvenue à imposer son rythme, laissant l’initiative au Napoli. Et ça, c’est une mauvaise idée. Avec un Lavezzi déchaîné, auteur du premier but (superbe volée) mais aussi leader de l’équipe, Naples a réglé l’affaire dès la première période, avec deux pions magnifiques. Le San Paolo, qui n’avait plus assisté à une victoire en championnat depuis le 18 septembre dernier, peut enfin célébrer ses champions. La saison sera longue, certainement difficile (avec la fatigue de la Ligue des Champions) mais les Napolitains vendront cher leur peau.

Le dernier joueur que la Juve doit remercier, c’est donc Bergessio. L’ancien stéphanois, aujourd’hui à Catane, a permis à son club d’aller chercher le nul sur la pelouse de la Lazio (1-1). Privés de nombreux joueurs clefs, les biancocelesti ont dominé la première période, ont scoré par l’inévitable Klose (5ème but en championnat), mais ont baissé de pied en seconde période. L’égalisation de Catane est donc logique, et Montella, le romanista, peut être fier de son coup. La Lazio reste deuxième, à égalité avec l’Udinese, mais Reja sait désormais que ses remplaçants ne sont pas à la hauteur de son équipe-type.

Milan, terre de triplés

L’autre grande information de la soirée, c’est le retour en force du Milan AC. Après l’incroyable victoire contre Lecce (4-3 après avoir été menés 3-0), les rossoneri ont confirmé leur regain de forme en ne faisant qu’une bouchée de Parme (4-1). Quatre buts, c’est visiblement le tarif, actuellement, pour les adversaires du Diavolo. Et après le triplé de Boateng à Lecce, c’est au tour d’Antonio Nocerino de claquer un coup du chapeau (étonnant pour un joueur qui avait, jusqu’ici, marqué 8 buts en Serie A dans toute sa carrière) et d’être le héros de la soirée. Ibra a conclu la fête, tandis que Giovinco, comme d’habitude, a sauvé l’honneur pour Parme.

Une milanaise qui rit, et une autre qui rit. Jaune. L’Inter va un peu mieux, mais est résolument loin d’être guérie. Trois jours après une toute petite victoire contre le Chievo, les nerazzurri n’ont pris qu’un point sur la pelouse de l’Atalanta (1-1). Bon, en même temps, ils auraient pu revenir carrément bredouille, si Castellazzi n’avait pas eu la bonne idée de stopper un pénalty de Denis à la 90ème minute. La zone de relégation, telle une mauvaise tâche dont on n’arrive pas à se débarrasser même après plusieurs lavages, reste là. A seulement deux points.

La Roma et le Facteur K

Il y en a un qui va devoir travailler ses fins de matches. C’est Luis Enrique. Le coach espagnol, qui débarque de Barcelone avec des belles idées tactiques plein la tête, va finir par se faire taper sur les doigts. Il y a dix jours, sa Roma avait perdu le derby en prenant un but à la 93ème minute. Le genre de fin dramatique qui n’arrive qu’une fois par saison, se dit-on. Pas du tout. Contre le Genoa, la Louve a remis ça. Le facteur K. L’autre fois, c’était Klose. Ce coup-ci, c’est Kucka, à la 90ème minute, qui fait vaciller les giallorossi, qui étaient pourtant revenus dans le match quelques minutes auparavant par un but de Borini (Jankovic avait ouvert le score en première période). Rien n’y fait. La Roma s’incline pour la troisième fois en huit rencontres, et se fait même dépasser au classement par son adversaire du soir.

Cela s’est également joué dans les dernières minutes entre Novara et Siena (1-1). Le club le plus vintage de la Serie A s’en allait vers une nouvelle défaite, lorsque le remplaçant Gemiti a décidé, à quelques minutes du coup de sifflet final, d’inscrire son premier but en Serie A. Et d’offrir un point aux siens. Sympa. Malgré le nul, Novara plonge dans la zone de relégation, tout ça à cause de Robert Eau Fraîche, qui a inscrit le seul but de la victoire bolognaise sur le terrain du Chievo, malgré une barre de Moscardelli (0-1). Il y a trois jours, contre la Lazio, Acquafresca avait marqué contre son camp. C’est tout de même mieux dans les bons filets. Enfin, la lanterne rouge, Cesena, ne gagne toujours pas, mais grappille un petit point contre Cagliari (1-1), qui avait pourtant débloqué la situation en début de match par Nenê. Pour tenir le score, la prochaine fois, Cagliari ira peut-être chercher Sakho et Lugano. Tant qu’on y est.


Juventus - Fiorentina 2-1
Bonucci 13', Matri 65' / Jovetic 58'
Atalanta - Inter 1-1
Denis 44' / Sneijder 20'
Cesena - Cagliari 1-1
Candreva 47' / Nenê 20'
Chievo - Bologna 0-1
Acquafresca 53'
Genoa - Roma 2-1
Jankovic 38', Kucka 90' / Borini 83'
Lazio - Catania 1-1
Klose 17' / Bergessio 63'
Milan - Parma 4-1
Nocerino 30', 32' et 92', Ibrahimovic 73' / Giovinco 78'
Napoli - Udinese 2-0
Lavezzi 20', Maggio 44'
Novara - Siena 1-1
Gemiti 82' / Calaio 17'
Palermo - Lecce, jeudi, 20h45

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0