1. //
  2. // 33e journée

Le Napoli au dernier soupir !

Au terme d'un match dingue, le Napoli s'impose 3-2 face à Cagliari, avec un but d'Insigne à la 94e minute. Match encore plus fou à Florence, où la Fiorentina se fait remonter trois buts avant de gagner 4-3. Nul de la Roma face à Pescara (1-1), victoire de l'Inter et nul lors du derby sicilien.

Modififié
2 9
Oui, c'est vrai : le match que tout le monde attend, en Italie, c'est dans quelques heures. Mais bordel, ce Napoli va nous rendre dingue, avec ses retournements de situation à n'en plus finir ! Mais revenons-en au match du soir. La Juventus, leader, reçoit le Milan AC, troisième, pour un match qui pourrait prendre des allures de sacre avant l'heure pour la Vieille Dame. Au moment d'entrer sur la pelouse du Juventus Stadium, les joueurs d'Antonio Conte compteront bien huit points d'avance sur le Napoli, ce Napoli fou qui a réussi à se défaire de Cagliari, cet après-midi, à la toute dernière seconde du temps additionnel. Or, avec un succès face au rival milanais, l'avance des Bianconeri en tête du classement repasserait à 11 points, à cinq journées de la fin. On ne pourrait donc pas encore parler de sacre mathématique, mais le Scudetto se rapprocherait encore un peu plus. En attendant, le Napoli a donc assuré l'essentiel : gagner, pour rester accroché à sa deuxième place. Et quelle victoire... La rencontre face à Cagliari s'est toutefois avérée beaucoup plus compliquée que prévue. Les Sardes ont mené la vie dure aux Napolitains, et ce, dès la première période, avec ce but d'Ibarbo à la 18e minute, qui a glacé l'ambiance au stadio San Paolo.

Mené à la pause, Naples a abordé la seconde période pied au plancher, avec la ferme intention de renverser la vapeur et de s'imposer, comme au match aller. L'équipe de Mazzarri ne met alors que quelques minutes pour mettre Cagliari sous pression. Il y a d'abord cet épisode litigieux dans la surface, avec un but de Hamšík d'abord validé, puis annulé, puis en fait validé. D'accord. Galvanisés, les Partenopei attaquent et doublent la mise par Cavani, qui inscrit là son 23e pion de la saison. 2-1, le renversement de situation est servi. Oui, mais Cagliari n'a aucune intention de se laisser faire de la sorte. Marco Sau, discret lors des dernières semaines, sort alors de sa boîte et invente une merveille de frappe qui trompe Rosati, remplaçant de De Sanctis. 2-2. Nouveau coup de froid sur le San Paolo. Mazzarri ordonne alors aux siens de passer en 4-3-3. Forcing final. Hamšík rate le 3-2. Naples pousse, pousse encore. Mais n'y arrive pas. 94e minute : Insigne, le chouchou du peuple napolitain, délivre finalement le San Paolo avec une nouvelle pépite. Ce Napoli-là n'abandonne jamais. Le Milan AC est prévenu : il va falloir s'accrocher pour aller chercher la deuxième place.

La Fiorentina complètement barge aussi

En plus de cravacher pour la deuxième place, le Milan AC va devoir également surveiller ses arrières. En effet, cet après-midi, la Fiorentina s'est imposée face au Torino, au terme d'un match complètement invraisemblable (4-3), et revient ainsi momentanément à un point des Milanais. La formation florentine, en pleine bourre, pensait avoir réglé l'affaire en à peine une demi-heure, face à un Toro impuissant. Cuadrado d'un subtil piqué, Aquilani d'une tête puissante, Ljajić d'un superbe coup franc : 33e minute, match plié. Tu parles ! Juste avant la pause, but de l'espoir de Barreto. En seconde période, cela continue : le Torino, qui n'a pourtant plus grand-chose à jouer dans cette Serie A, se jette corps et âme dans la bataille, et réduit encore la marque par Santana. À 3-2, l'équipe de Montella commence à douter, et il faut un miracle de Viviano pour éviter l'égalisation. Dans la foulée, Cuadrado a l'occasion d'inscrire le quatrième but, mais rate le coche. But raté, but encaissé : c'est la règle.

Et le but égalisateur est une merveille : une frappe chirurgicale d'Alessio Cerci, l'ancien Florentin, qui vient se loger dans la lucarne. On pense alors que l'on va en rester là. Mais les Florentins trouvent la force pour repartir de l'avant, et trouvent l'incroyable but du 4-3 à quelques minutes du terme par Romulo. Fou ! La formation viola a pris 7 points lors des 3 dernières journées et peut continuer de croire dur comme fer à une qualification au tour préliminaire de la Ligue des champions. Le choc du 4 mai contre l'AS Roma risque de valoir son pesant d'or. Pour le Torino, en revanche, c'est un vrai coup dur, au vu de la deuxième période. Avec 36 points, les joueurs de Giampiero Ventura ne sont pas assurés mathématiquement du maintien, mais savent pertinemment qu'ils ne descendront pas en Serie B. A priori, hein.

Déception romaine, joie interista

La Fiorentina avait, de toute façon, tout intérêt à s'imposer. Car un peu plus tôt dans la journée, l'Inter s'était imposée au finish face à Parme. Une victoire qui fait du bien à Stramaccioni et son groupe, au vu de l'incalculable nombre de blessés. Éliminée cette semaine de la Coupe d'Italie, aux portes de la finale, l'Inter avait le moral dans les chaussettes et une nouvelle défaite n'aurait fait que rendre la série négative que plus historique. Mais ce bon vieux Rocchi, le seul attaquant qui n'est pas à l'infirmerie, a décidé de donner un peu de bonheur à San Siro, à neuf minutes du terme, avec une frappe un peu dégueu, déviée, mais efficace. À l'image du match de l'Inter. Les Nerazzurri auraient d'ailleurs pu encaisser un but en première période, sur une frappe de Valdés sur la barre. Bref, aujourd'hui, qu'importe la manière, l'Inter avait besoin de trois points pour rester dans la course à l'Europa League. C'est fait. Il s'agit d'ailleurs d'une excellente opération, compte-tenu de la défaite de la Lazio, hier soir, sur la pelouse de l'Udinese, grâce à un but de l'inévitable Di Natale (1-0). Oui messieurs dames, cette Inter décimée et tant critiquée est cinquième de Serie A. Excusez du peu.

Cette cinquième place, l'Inter la doit aussi à la Roma. Ou plutôt, à Pescara. Dernier du classement, Pescara a mis fin cet après-midi à une série de huit défaites consécutives, en allant faire match nul sur la pelouse de la Louve (1-1). Ironie, ce sont deux anciens Giallorossi qui ont été les grands protagonistes du match : le jeune Caprari, buteur pour Pescara, et Pelizzoli, le gardien du Delfino, qui a tout arrêté. La Roma, visiblement émoussée par sa demi-finale de Coupe d'Italie contre l'Inter, a réussi à égaliser par Destro, l'homme en forme, mais est apparue fatiguée. Même si elle aurait pu mener au score en seconde période, elle aurait également pu s'incliner en fin de rencontre, notamment sur une tentative de Di Francesco, parfaitement sortie par Stekelenburg. Ce nul ne servira pas à grand-chose pour Pescara, quasiment déjà relégué. Il va en revanche bien emmerder la Roma, désormais sixième, à un point de l'Inter, et qui rate là l'opportunité de mettre trois points dans les dents de sa cousine laziale.

Palerme arrache le nul

Derby romain il y a deux semaines, derby génois la semaine passée. Ce coup-ci, place au derby sicilien. Un derby qui vaut cher pour les deux rivales : Catane veut toujours croire à ses chances de se qualifier pour l'Europe, tandis que Palerme galère pour ne pas descendre en Serie B. Verdict : les Palermitains ont du cœur ! Les joueurs de Giuseppe Sannino vont encore devoir cravacher dur lors des dernières journées, mais aujourd'hui, ils ont prouvé qu'ils voulaient vivre. Menées au score par un but de Barrientos inscrit en milieu de seconde période, qui leur a littéralement flingué le moral, les troupes de Giuseppe Sannino sont parvenues à égaliser à la toute dernière seconde par Iličić. Un nul qui pourrait avoir une énorme conséquence puisque, dans le même temps, Sienne, premier non relégable, s'est incliné à domicile face au Chievo (1-0, but de Pellissier, évidemment).

Conséquence : Palerme revient à un petit point de Sienne, et reste à égalité avec le Genoa. Oui, car hier, lors du premier match de cette 33e journée, les Génois n'ont pas réussi à faire mieux qu'un match nul, 1-1, à domicile, contre l'Atalanta. Les Rossoblù avaient pourtant pris le match par le bon bout, en ouvrant le score dès la 6e minute par Floro Flores. Mais l'Atalanta n'a mis que deux minutes pour égaliser, laissant penser que l'on allait assister à un match débridé. Que dalle. 1-1 sera finalement le score final, dans un stade Luigi Ferraris muet de peur et de désillusion. Le Genoa est toujours relégable, même si le premier non relégable n'est qu'à un point. Sauf qu'à un moment donné, il va falloir penser à gagner des matchs, hein...

Enfin, dans la famille « le match dont tout le monde se fout » , je voudrais Bologne-Sampdoria. Les deux équipes sont tranquillement installées dans le ventre mou du classement (respectivement 38 et 37 points au coup d'envoi) et se sont donc livré un match qui, en vrai, n'intéressent personne d'autre que leurs propres supporters. Pour ne froisser personne et se quitter bons amis, les deux formations se sont quittées sur un score de 1-1 (Gilardino d'abord, Sansone ensuite), qui permet simplement à l'une et à l'autre de naviguer vers une fin de saison de plus en plus paisible. Et qui, pour la Sampdoria, deviendrait carrément jubilatoire si le cousin génois s'en allait faire un petit tour en Serie B...

Les résultats :

Genoa - Atalanta 1-1
Floro Flores 6' / Del Grosso 8'
Udinese - Lazio 1-0
Di Natale 19'
Inter - Parma 1-0
Rocchi 81'
Napoli - Cagliari 3-2
Astori (csc) 50', Cavani 64', Insigne 94' / Ibarbo 18', Sau 71'
Siena - Chievo 0-1
Pellissier 45'
Catania - Palermo 1-1
Barrientos 69' / Iličić 94'
Roma - Pescara 1-1
Destro 51' / Caprari 14'
Bologna - Sampdoria 1-1
Gilardino 23' / Sansone 59'
Fiorentina - Torino 4-3
Cuadrado 8', Aquilani 16', Ljajić 33', Romulo 86' / Barreto 45', Santana 55', Cerci 76'
Juventus - Milan, ce soir, 20h45

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ce Kovacic, putain.
Stephanek 94 mukongo
Internazionale toujours présent ! le club italien le plus sous-médiatisé en France parmis les grands, je ne sais pas pourquoi ! Pourtant le 2ème club le plus populaire en Italie !

Forza Internazionale !
Cette défaite fait très mal... C'est pas signalé mais on a une énorme occasion du 2-3, 3 minutes avant le but d'Insigne..

Que dire d'autre ? Le CSC d'Astori .. Perico qui dévie la frappe d'Insigne. Voila.
La Serie A redevient-elle intéressante ???
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
C'est chaud le duel à 3 pour la 17ème place entre Sienne, Palerme et le Genoa !
J'ai un gros faible pour le Palermo, Miccoli oblige, mais bon...

Sinon, pour la 5ème place, ça va être tendu. Avec la victoire au buzzer de la Fio et le nul concédé par Catane, ça devrait être une lutte à 4 entre l'Inter, l'Udinese et les 2 Romaines, qui pourraient se concentrer rapidement sur leur finale de Coupe pour décrocher plus facilement un ticket européen (surtout la Lazio, complètement à la rue depuis un moment, et qui peut s'estimer heureuse de ne perdre que 1-0 à Udine hier).

Pour le reste, le Milan doit décider s'il va livrer une bataille au Napoli pour la 2ème place ou à la Fio pour la 3ème, mais les jeux sont à peu près faits...
Enfin! P*tain on se sort les doigts du derch et on a été la cherché cette victoire! Le score est assez logique au vu du match, la mi-temps un match nul c'est logique, barre de Parme mais un raté magnifique d'un Schelotto dégueulasse ! A noter l'énorme match de Jonathan et de Kovacic ainsi que Kuzmanovic. Ca fait plaisir de voir que certains se bouge enfin pour aller chercher des résultats!
Merci à la Roma d'avoir fait un triste nul contre Pescara, la Fio m'impressionnera toujours..
Sinon, Rocchi fait le travail qu'on lui demande, je suis content pour lui qui était tant critiquer pour le peu qu'il joue. Merci à l'Inter de m'avoir embelli ma journée.
papaboubadiop Niveau : CFA2
Ce Napoli, quel bande de malpolis!!! putaing je suis en forme
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 1
Message posté par Suàrez_95
La Serie A redevient-elle intéressante ???


Elle l'a toujours été, n'en déplaise aux pisses-froids français qui préfèrent la sous-estimer, en comparaison à nôtre ô combien magnifique Ligue 1.

Sinon, faut mettre un pompier à côté du banc napolitain, parce que Mazzari, si son équipe lui refait des coups comme ça, il va pas tenir !
On peut noter le tweet débile de De Laurentis, où il allume Cellino et Naingolan. A la mesure de sa frousse probablement. Il a besoin de beaucoup grandir encore celui-là parce que pour l'instant il est vraiment petit, tout petit, comme les insultes qu'il se plait à distribuer.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Cagliari, ce club SDF
2 9