1. //
  2. // 1/4 finale retour
  3. // Napoli/Wolfsburg (2-2)

Le Napoli, 26 ans après

La mission était impossible pour Wolfsburg. Battus 4-1 à l'aller chez eux, les Allemands sortent tout de même la tête haute, avec un 2-2 au San Paolo. 26 ans après sa dernière demi-finale, le Napoli est de retour dans un dernier carré européen. C'est beau.

Modififié
5 16

Naples - Wolfsburg
(2-2)

J. Callejón (50'), D. Mertens (65') pour Naples , T. Klose (71'), I. Perišić (73') pour Wolfsburg.


L'exploit n'aura pas eu lieu. Après la correction reçue au match aller, devant leur public, les Loups de Wolfsburg n'ont jamais réussi à inverser la tendance, malgré une très nette domination en première période. Ivan Perišić et Nicklas Bendtner ont souvent tenté, mais avec une formation en grande partie modifiée, les Allemands n'ont pu faire mieux qu'un match nul en terres napolitaines (2-2). Heureusement, d'ailleurs, car après l'ouverture du score de Callejón dès le retour des vestiaires et un second but de Mertens, l'addition aurait pu être encore plus salée. Au final, même si le miracle n'a pas eu lieu, Wolfsburg a au moins sauvé son honneur. Emmené par un entraîneur spécialiste en la matière, Naples s'offre une demi-finale bien méritée. 26 ans après l'épopée de la bande à Maradona.

Bendtner donne le ton


Dieter Hecking a beau avoir largement remanié son effectif (Bas Dost et Kevin De Bruyne sur le banc), ce sont pourtant bel et bien ses joueurs qui attaquent les premiers. À peine deux minutes de jeu et Perišić, du bout du pied gauche, est à deux doigts de donner l'avantage aux visiteurs. Idéalement placé sur sa ligne, Andújar repousse le cuir d'une claquette spectaculaire. Dans ce premier quart d'heure, Wolfsburg se donne les moyens d'espérer et se crée logiquement les meilleures occasions. À plusieurs reprises, l'ex-Gunner Nicklas Bendtner manque d'ouvrir la marque, mais bute à chaque fois sur un Mariano Andújar des grands soirs. À l'image de la Vieille Dame hier soir, le Napoli joue très reculé et n'approche les cages de Benaglio que sur de très rares contres orchestrés par Callejón ou Gonzalo Higuaín. Dans l'obligation de faire le jeu suite au 1-4 de l'aller, les Allemands usent et abusent des centres côté droit sans jamais trouver la faille. Ironie du sort, c'est le Napoli, sur sa première véritable occasion (on joue la 44e minute, tout de même), qui est le plus proche de débloquer le compteur par Higuaín. L'horloge tourne, et Wolfsburg n'y arrive pas, l'espoir d'une qualification miracle s'éteint encore un peu plus.

Callejón sonne le glas


Il a suffi d'une étincelle pour allumer le feu italien. 49e minute, Gonzalo Higuaín trouve magistralement Callejón à l'autre bout du terrain qui contrôle une fois, deux fois, trois fois, tire et trompe Benaglio aux vingt mètres. 1-4, 1-0 : maintenant, c'est sûr, Wolfsburg joue pour l'honneur. Mais même ça, les hommes de Dieter Hecking n'arrivent pas à le sauver. Sur un nouveau contre mené à vive allure, Higuaín sert le frétillant Dries Mertens qui fusille, en deux temps, le pauvre Benaglio. À 2-0 (6-1 sur l'ensemble des deux matchs), le Napoli relâche la pression. Benítez sort Higuaín et Hamšík et libère des espaces en défense. Sur un corner venu de la droite, Timm Klose prend le meilleur dans les airs et réduit la marque d'une lourde tête qui file sous la barre. Dans la foulée, Perišić inscrit un second but qui redonne quelques couleurs aux Allemands. Vexé, Mariano Andújar peste sur sa défense qui aurait clairement pu éviter cette égalisation. À 2-2, les Italiens restent qualifiés et les Allemands évitent une deuxième rouste consécutive. Satisfaites du deal, les deux formations en restent là. Comme convenu, le Napoli file en demi-finale, 26 ans après. Cette année-là, en 1989, les Napolitains avaient battu, en demi-finale et en finale, des clubs allemands. Le destin ?

Par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

medyassineabd Niveau : DHR
Pffffffff faut pas qu'il aille ailleurs su putain de Pipita !!!
Malheureusement on a pas savouré la classe de Gabbiadini
medyassineabd Niveau : DHR
Pffffffff faut pas qu'il aille ailleurs su putain de Pipita !!!
Malheureusement on a pas savouré la classe de Gabbiadini
Wolfsburg (malgré les absences) a été très supérieur à Naples sur ce match. On sent une équipe collective et solide. Le résultat de l'aller a sans doute été un accident (pas vu).

Ceci dit, je suis ravi de la qualif des napolitains.
romlakers Niveau : CFA2
Message posté par mario
Wolfsburg (malgré les absences) a été très supérieur à Naples sur ce match. On sent une équipe collective et solide. Le résultat de l'aller a sans doute été un accident (pas vu).

Ceci dit, je suis ravi de la qualif des napolitains.


Pas du tout un accident, Naples les avaient complètement humiliés.
C'est ça le 4ème de série A?

Hoaroots & culture Niveau : DHR
Message posté par laplume
C'est ça le 4ème de série A?



Zuuuuut.
Hoaroots & culture Niveau : DHR
Message posté par laplume
C'est ça le 4ème de série A?



Zuuuuut.
Le match aller était tout sauf un accident !
le match aller était un jour sans des Allemands, sinon cela aurait été nettement plus disputé même si Naples mérite sa qualif.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Non Mario, la victoire du Napoli à l'aller était amplement méritée !
Wolsburg est une équipe planifiée pour l'attaque mais avec de sérieuses lacunes dans le repli défensif lorsqu'elle est prise en contre-pied. Naples l'avait très bien compris en les observant, au tour précédent, contre l'inter et a mis en place la tactique parfaite pour perforer, à plusieurs reprises, leur défense.
Message posté par mario
Wolfsburg (malgré les absences) a été très supérieur à Naples sur ce match. On sent une équipe collective et solide. Le résultat de l'aller a sans doute été un accident (pas vu).

Ceci dit, je suis ravi de la qualif des napolitains.


Faut vraiment s'abstenir de commenter ce que tu regardes pas.. un accident la blague
avanti partenope Niveau : DHR
FINO A VARSAVIA VOGLIO SOGNAR !!!!
Content pour Naples et le foot italien.
Par contre j'ai pas compris pourquoi ils jouaient en gris avec un immonde flocage vert fluo.
Note : 2
Message posté par Bavarjoie
le match aller était un jour sans des Allemands, sinon cela aurait été nettement plus disputé même si Naples mérite sa qualif.


Plutôt deux jours sans alors.
Le score est comme souvent trompeur au retour, du fait qu'une des deux équipes a simplement géré une avance très confortable.
Le Napoli n'a eu qu'à accélérer pour en planter deux au retour des vestiaires et j'ai la conviction qu'en jouant le match avec la grinta qu'ils avaient à l'aller ils finissaient sur le même score.

Callejon + Insigne + Mertens, c'est beau.
On le saura jamais, ou l'année prochaine peut être ;)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
5 16