1. // L1- J2
  2. // Ce qu'il faut retenir

Le mur de la Ligue 1

Des gardiens en folie, Paname qui marque son premier point, Marseille qui se cherche une défense, Lille encore à la traîne, Lisandro costaud, Toulouse leader, Caen surprenant. La deuxième journée du championnat de France ouvre définitivement l'appétit pour la suite.

Modififié
0 1



Les Murs de Berlin

50 ans après la construction du Mur de Berlin, les gardiens de Ligue 1 ont tenu à rendre hommage, à leur manière, à ce pan de l'Histoire. Une semaine après les bourdes de Westberg & Co, les portiers se sont mis au diapason. Ochoa a quasiment tout sorti contre Lyon. Et quand le grand chevelu mexicain n'était pas sur la trajectoire de la chique, ce sont ses montants – par cinq fois – qui lui sauvaient la mise. Pas suffisant pour créer le hold-up à Gerland, mais assez pour en ramener un point (1-1). le Mexicain voulait se servir d'Ajaccio comme d'un tremplin. Bien lui en a pris.

Laurent Pionnier, lui, n'a pas fait dans le détail chez le champion Lillois. Le remplaçant de Jourdren a sorti sa truelle, ses parpaings, et s'est construit un mur. Tranquillement. Comme un grand. Le dernier rempart héraultais a dégoûté Hazard et Sow. Et comme Giroud n'a pas raté son 1 contre 1 face à Landreau, Montpellier s'est payé le scalp du champion. Chapeau. Enfin, grosse performance de Salvatore Sirigu avec le PSG. Le Sarde s'est montré à la hauteur de sa réputation en sortant quelques posters-réflexes sur sa ligne. De quoi filer une migraine à Douchez et le sourire à Leonardo. A noter également le bon match du rookie dijonnais Baptiste Reynet. Même si le lascar a pris deux caramels, il est l'auteur d'une partie très aboutie sur le pré toulousain.

Sochaux a la gueule de bois

On est bien loin du Sochaux de l'an denier. Ideye, Maurice-Belay et Gillot ont pris la route et c'est tout l'effectif qui se fissure. Martin semble ailleurs, Bazdarevic a du mal à trouver les mots et on ne parle même pas du cas Modibo Maïga. Boudeur, le Malien n'est même pas venu au match contre Caen à Bonal. La raison de son courroux ? Le Président doubiste, Alexandre Lacombe, aurait refusé de discuter avec Newcastle qui aurait offert une somme rondelette pour l'avant-centre. Et ensuite ? C'est tout. Un refus qui aurait vexé le Malien : « Moi, j'ai une famille qui compte sur moi » . Comme Ideye, parti lui aussi, l'attaquant chiffrait quinze pions l'an dernier. Alors, quand 30 buts se font la malle... A priori, Maïga va obtenir gain de cause et on se demande comment Sochaux va se relever.

Marseille cherche une défense

Trois matches officiels, huit buts dans le gosier. C'est trop quand on veut être champion. L'OM le sait, son talon d'Achille est avant tout défensif. Là où résidait sa force il y a peu. A Auxerre, l'OM a encore raté le coche. Alors que les ouailles de Didier Deschamps menaient 2 à 0 à la pause, les Olympiens ont bouclé le match sur un nouveau match nul (2-2). La faute à une défense fragile. Aussi bien physiquement que mentalement. DD avait pourtant rectifié le tir en injectant Azpilicueta et Nkoulou à la place de Fanni et Diawara. En vain. Sur les deux pions, c'est Morel qui est directement impliqué (dégagement malheureux sur le premier, marquage en bois sur le second). Les errements défensif marseillais sont en train de cacher le cyclone de l'été : Loïc Rémy. L'attaquant a encore claqué (premier joueur à marquer lors de 7 apparitions d'affilée depuis Nonda en 2003) mais ça, ses potes défensifs s'en tamponnent. Il va falloir serrer la vis.

Géant Vert

Deux matches, deux victoires, Saint-Etienne se pincerait presque. Surtout que les Stéphanois ont pour le moment cette chance incroyable qui leur manquait tant. Solides contre Nancy, les Verts s'en sont remis à Laurent Batlles auteur d'un demi-caviar pour Marchal en fin de match. Véloces, rapides, incisifs, les Stéphanois prennent plaisir à jouer et ça se voit. Même Aubameyang, pourtant catalogué comme maladroit chronique, ressemble à un joueur de gonfle. Avec un recrutement intelligent (Malbranque, Sinama, Mignot, Ruffier etc.) et un Galtier libéré, Sainté peut être l'outsider numéro 1 de la saison si l'ensemble reste cohérent. Pour le moment, ça marche. Et c'est tant mieux.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

lol, le demi-caviar de laurent battles m'a fait marrer, quand on voit l'action...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'équipe-type du dimanche
0 1