1. //
  2. // Réforme de la C1

Le mur de l'Atlantique

Un peu plus de deux mois après l’annonce par l’UEFA de la nouvelle réforme de la Ligue des champions pour l’été 2018, une vieille idée refait progressivement surface de Glasgow à Trondheim : la création d’une Atlantic League. Un projet compréhensible dans la logique, prêt depuis le début des années 2000 et qui bousculerait un peu plus que les mentalités.

Modififié
326 42
Karl-Heinz Rummenigge n’a jamais douté, mais il a toujours détesté l’injustice. Sa vision de l’injustice. Le boss de l’Association européenne des clubs est comme ça, et depuis quelque temps, des choses l’emmerdent. Pour lui, un Bayern-Juventus n’a rien à faire en huitième de finale de la Ligue des champions, mais alors, rien à faire du tout. Cette confrontation a beau avoir offert l’un des plus beaux matchs de foot que la saison 2015-2016 a pu nous donner, voir la Juventus dégager comme ça lui a fait mal au cœur. Oui, Rummenigge aime le foot, mais pas certains détails qui font son essence depuis toujours comme l’incertitude. Sa vision de la chose est simple : chacun doit rester à sa place et, au fond, ça lui tord les boyaux de voir, à vingt-quatre heures d’intervalle, la Juve se faire retourner par son Bayern et l’Atlético écarter le PSV au bout d’une longue et interminable double confrontation. Le double Ballon d’or (1980 et 1981) veut du clinquant et doit faire tourner la boutique, alors ce Bayern-Juventus n’a sa place qu’en finale, en demi-finales maximum. Voilà l’idée de départ.

Alors, quitte à rêver, autant le faire à haute voix et le faire jusqu’au bout en profitant de la tournure des événements. Le 26 août dernier, alors que l’Europe du foot avait les yeux braqués sur Monaco pour connaître le destin continental de Nice ou Saint-Étienne, l’Allemand a profité de l’occasion pour faucher tout le monde en pleine course et bloquer un peu plus le système, en n’oubliant pas de gribouiller un peu sur le travail effectué par Platini ces dernières années. Et voilà le résultat des penseurs : à partir de 2018, les quatre pays les mieux classés au coefficient UEFA poseront quatre représentants en Ligue des champions, sans s’embourber dans des barrages inutiles pour les gros. Jusqu’ici, les quatre gloutons qualifiaient onze clubs, ils en aligneront bientôt donc seize. Superbe pour une C1 qui se retrouvera, au-delà de tout, avec vingt-six qualifiés directs (contre vingt-deux aujourd’hui), mais aussi avec plus de blé pour compenser une élimination. L’élitisme, on y est. Mais aussi une façon déguisée de répondre aux idées de SuperLeague et autres cercles fermés. Du moins, c’est ce que Karl-Heinz pense.

La vie alternative


Depuis cet uppercut envoyé avec précision, les réactions se sont enchaînées. L’Association européenne des ligues de football professionnel (EPFL) a couiné en parlant d’une décision « inacceptable » et a menacé de programmer des matchs en même temps que ceux des compétitions UEFA. Mais l’instance a également récupéré un nouveau boss : Aleksander Ceferin, élu le 14 septembre lors d’un congrès exceptionnel à Athènes. Un juriste slovène, bientôt quinquagénaire, ceinture noire de karaté qui avoue n’être « la marionnette de personne » . Bon à savoir pour un homme qui a notamment appuyé sa candidature grâce à l’aide des fédérations scandinaves, mais aussi, selon le magazine norvégien Josimar, de son pote de la FIFA, Gianni Infantino. Début septembre, Josimar détaillait dans une enquête les liens profonds entre les deux hommes et la façon avec laquelle Infantino avait œuvré pour pousser la candidature de Ceferin. Depuis, le Slovène a parlé et a frappé fort : « Je suis indépendant, croyez-moi. » Et sur la réforme ? « Je n’ai pas participé à ce projet, mais ce n’est pas bon pour les petites et moyennes fédérations. Je dois vérifier quels sont les avantages et les inconvénients de cette décision. Et il y a des avantages et des inconvénients. Je vais les examiner et agir. » Soit faire bouger les choses, qui sait.

Mais la révolution pourrait finalement arriver d’ailleurs à un moment où la France a mis en place un groupe de travail LFP-FFF sur la question. Il faut regarder au nord, bien plus au nord, et écouter Anders Hørsholt, le directeur général du FC Copenhague dont le début de saison est aujourd’hui parfait avec un statut de leader invaincu de Superligaen et une campagne de C1 entamée avec ambition (deuxième du groupe G derrière Leicester et à égalité avec le FC Porto, ndlr). « Ce n’est qu’un projet. Un projet encore loin de se produire, mais cela pourrait se mettre en place dans le futur » , posait-il il y a quelques semaines dans un entretien donné à BT. Quel projet ? La création d’une Atlantic League entre les meilleurs clubs écossais, danois, hollandais, belges, norvégiens et suédois. On parle des gros bras, du PSV, du Feyenoord, de l’Ajax, d’Anderlecht, de Bruges, du Celtic, des Rangers, du FC Copenhague, de Malmö ou encore de Rosenborg. Brøndby aurait également été sondé. Anders Hørsholt : « Si nous ne parvenons pas à agir maintenant, nous allons voir les plus grands clubs se développer encore plus, et la situation deviendra de plus en plus compliquée pour les clubs comme nous. Nous devons donc examiner une situation alternative. » Logiquement, si création d’une Atlantic League il y a, les clubs inscrits ne participeront pas à leur championnat national. La cible du projet : grandir entre historiques et gros morceaux pour aussi éviter les interminables séries de barrages de l’été pour accéder à une phase de poules de C1.

« On n’a pas créé cette situation »


L’idée n’est pas nouvelle et, selon une enquête de terrain menée par le Guardian, plutôt bien reçue par les supporters malgré la fatalité d’être obligés d’en arriver là. Oui, le football ne devrait pas tourner comme ça. En février dernier, certains reportages avaient également fait connaître l’intérêt du directeur général du Celtic, Peter Lawwell. « Il faut bien comprendre que ce n’est pas une situation que l’on a créée, détaille Hørsholt. Mais tout ça veut aussi dire qu’on va perdre de l’argent et on doit donc discuter avec les clubs qui connaissent une situation similaire à la nôtre. » Pour l’instant, on parle d’un embryon et d’un projet qui avait été refusé en 2000. Le format avait alors été imaginé par l’ancien boss du PSV, Harry van Raaij, qui a confié récemment au Daily Record avoir été approché par un consortium intéressé pour financer le paquet, des sponsors et même un diffuseur. Van Raaij a déjà les bases, dessinées à l’époque avec l’ancien patron des Rangers, Sir David Murray, et les avaient même présentées à l’UEFA lors de l’été 2000. Leur homologue de l’Ajax, Michael van Praag, pensait lui qu’il était trop tôt et l’UEFA avait dégagé tout ça. Mais l’époque a changé, le monde du foot aussi. Et l’Atlantic League pourrait bientôt ne plus être qu’un rêve écrit sur un bout de papier.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

"Stone, le monde est stone..."
Barton_fink Niveau : DHR
Et voila, tu m'as mis cette chanson dans la tete pour le reste de la journée..
1 réponse à ce commentaire.
Jacky Wilshere et Henri Michel Niveau : District
C'est vraiment chacun pour sa gueule. Ces mecs veulent donc, parce qu'ils trouvent la C1 trop elitiste, faire une Atlantic League encore plus élitiste puisqu'elle serait fermée aux clubs "pas assez historiques" (super objectif ça aussi), et laisserait donc les championnats nationaux vidés de leurs têtes d'affiche.
La mort du foot.
donc pour faire court ca serait une sorte de championnat entre "poids moyens" de differents pays ? Et le champion il gagne quoi ? Il gagne aussi le titre dans son pays ? Il accede a la C1 ou pas ? Et les champions nationaux ils font quoi ?
Sympa l'idee de l'article mais ca sonne un peu creux quand on le lit...
Beefheart Niveau : DHR
Moi toutes ces idées de ligue européenne de best-of de clubs et de modèle à l'américaine me font toujours le même effet : ça m'excite le bout.

Oui c'est dégueulasse, c'est bouffi de fric, de lobbys, de corruptions, de conflits d'intérêt. C'est immonde. Mais le foot l'est déjà, immonde, et depuis longtemps. Alors si ça pouvait envoyer plus de rêve, pourquoi pas.

Le problème global c'est la professionalisation du sport, alors que des clubs déjà pros se fasse enfler franchement ça m'en touche une sans faire bouger l'autre. Donc non, je ne défendrai pas les "petits".
Vraiment? Ça t'excite un truc pareil?

Un championnat nord-européen sans les clubs anglais et allemands?

T'en faut pas beaucoup.
Le Baldé Vampire Niveau : Ligue 2
Ca t'excite ? Tu dois être du genre à kiffer les pots de peinture siliconés à perruque blonde.
Beefheart Niveau : DHR
Ajax, Celtic, PSV, je pensais prendre des -1 par les défenseurs des pauvres clubs qui sont pas assez riches et gras pour être invités au banquet, à la place je me fait descendre par des tocards qu'aiment pas le foot. C'est devenu triste ici.
Merci pour le compliment, cap'tain.

Je suis tout aussi surpris que toi en tout cas par tous ces -1.

Même si je pense que tu les mérites avec ta mentalité de p'tit Macron.
Beefheart Niveau : DHR
Non non, Macron c'est celui qui défend le petit bourgeois, pas de soucis la dessus, il est de ton côté.

Si ça tenait qu'à moi je nationaliserai tout ça et les joueurs de foot auraient pas le droit d'être payés par autre chose que la municipalité. Tu vois donc que je suis bien loin des idéaux du marcheur fou.

Par contre, effectivement, quitte à me faire enfiler je préfère que les mecs soient bon au pieu. Voilà. Donc que les affreux jojos d'hier viennent pas chouiner aujourd'hui parce qu'on va leur sucrer leur part du gâteau.
Beefheart Niveau : DHR
PLUIE DE -1.

Arguments, contre-arguments ?
spacieux_rituel Niveau : DHR
On s'en branle des -1
non le problème n'est pas la professionnalisation, le foot est pro depuis la fin du XIXème siècle en Ecosse ou en Angleterre par exemple, 1932 en France... le problème comme pour toute l'économie c'est la financiarisation et la spéculation... en fait il y a une bulle qui pourrait éclater si le public se détourne de ce football là, (c'est d'ailleurs mon cas), mais ce n'est pas sur le point d'arriver apparemment...
8 réponses à ce commentaire.
Khamu_the_Scot Niveau : District
Vu les noms et les clubs impliqués, ce ne pourrait être qu'une super compétition à regarder.
Cependant cela pose toujours la question des reliquats de petits championnats nationaux que l'on laisse derrière. L'idéal serait de revenir en arrière avec un vrai format de Champion's League et éviter de se taper les mêmes clubs en permanence. Quand on voit que deux poules sur quatre sont déjà finies après quatre journées ça en devient déprimant.

Voilà pourquoi j'aime bien regarder la Premier League, depuis les nouveaux droits TV la concurrence et l'intensité s'est bien améliorée. Entra avoir une équipe composée de joueurs à 20 M£ et des joueurs à 40M£ il n'y à pas un grand écart de niveau (tandis qu'entre des joueurs à 5M£ et 20M£ la différence de niveau est bien plus grande).

En tout cas cette Atlantic League sauverait un peu le Celtic et les Rangers et le Premiership retrouverait de son intérêt.
DixDier Super Niveau : District
Je ne suis pas d'accord avec le fond de ta pensée, mais ton argumentaire se tient très bien. Du coup, je doute ...
1 réponse à ce commentaire.
Ce commentaire a été modifié.
Bah une atlantique league pk pas ? Maintenant qu'on est dans le CETA et bientôt dans le TAFTA, harmonisons notre foot en même temps que nos normes ! En plus les américains et la passion sportive, c'est génial quoi. Et puis sacrifier nos championnats nationaux pour permettre à l'oncle Sam de nous rejoindre, c'est tellement classe comme idée.
Personne n'a parlé d'USA, ou alors c'est de l'humour ?
1 réponse à ce commentaire.
Une sorte d'alliance hanséatique du football.

sur le papier ça fait bander. dans les faits, c'est quand même spécial...
Zimzim Zimdane Niveau : Loisir
J'écris un commentaire pour accéder au niveau loisir de SoFoot mais la comparaison avec la ligue hanséatique est super bien trouvée.
En dessous de loisir c'est quoi ? Apéro ?
3 réponses à ce commentaire.
Un tel projet de championnat supranational mais coexistant avec les coupes d'Europe, existe déjà en rugby où l'Irlande, Galles et l'Ecosse (+ les 2 meilleurs clubs italiens) ont créé leur ligue suffisamment relevée pour moins souffrir de la concurrence des championnats français et anglais, mais bon en rugby les instances internationales laissent tout faire ou presque.
Pour les clubs de Glasgow, je comprends pas la démarche. Ils ne voulaient pas rallier la Premier League par respect des traditions et là ils sont prêts à se lancer dans ce machin. Ou alors ils anticipent une future indépendance de l'Ecosse?
Chenipan sauvage Niveau : District
En 1ere league ils seraient loin des 1eres places et ne seraient donc pas qualifier en champion's league ce qui est quand même un gros manque à gagner.
DixDier Super Niveau : District
Ce pseudo <3
au mieux le celtic trainerait au fond de la Premier league et plus surement serait en championship, les (nouveaux) rangers pour l'instant sont à peine au niveau d'Aberdeen ou Hearts c'est à dire niveau league one... (valable je pense au niveau sportif et valable de façon certaine en termes de finances)
Il ne faut pas trop regarder le niveau de ces clubs à l'instant (surtout les Rangers qui se reconstruisent lentement mais surement après une descente aux enfers) mais plutôt leur potentiel (affluence au stade et marchandising - peu de clubs anglais les surpassent dans ce domaine) et transposer ça dans une premier league où ils toucheraient les même droits TV mirobolants que leurs concurrents et joueraient une compétition leur permettant d'être enfin attractifs pour signer des grands joueurs.
De toute façon, cela reste de la fiction, le rapprochement ne s'est jamais fait, il risque encore moins de voir le jour aujourd'hui avec les dissensions sur le Brexit.
4 réponses à ce commentaire.
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Pas hyper clair l'article, mais j'ai toujours pensé que les petits pays auraient intérêt à fusionner leurs championnats. Un championnat du Benelux, un championnat scandinave, un championnat Ecosse+Irlande, un championnat Balkans, Un championnat Grec+Chypre, etc...

20 équipes à chaque fois, montées-descentes sur la région, etc...
Et puis à partir de la 3e div, par pays pour limiter les frais des plus petits clubs.
Je vois pas où serait le souci, ils gagneraient tous du niveau, des audiences, et des places en C1, qui sait !
Et fuck Rummenigge.
Rien à rajouter ! D'accord avec toi sur toute la ligne .
Après plus ample réflexion, on va éviter le championnat des Balkans quand même, ça chaufferait un peu trop ! En revanche, celui du Benelux serait fou !
Jacky Wilshere et Henri Michel Niveau : District
Tu veux la guerre toi :')
Ecosse Irlande ça serait encore bien trop petit dans cet esprit, le football n'intéresse presque personne à part à Dundalk, Dublin un peu et en Irlande du Nord (et faire jouer les deux Irlande ensembles en foot, pas la peine de rêver!)
Vu l'importance du Foot en Irlande et leur mentalité, je ne pense pas qu'il y aurait trop de risque.

En revanche, je rêve d'un championnat des Balkans mais il faudrait vraiment de lourdes sanctions en cas de débordement trop virulent.
Si je pense que les clubs Serbes peuvent affronter les clubs Croates, Slovènes, Bosniens, Montenegrins et Macédoniens je pense qu'il faudra attendre encore un peu avant d'intégrer les clubs Albanais.

Mais putain un championnat avec l'Hajduk, le Dinamo, le Partizan et l'Etoile Rouge ça serait fou !!!

Il y aurait plus d'une chaîne qui se battrait pour les retransmettre et ainsi rapporter de l'argent à ses clubs pour les rendre plus compétitif en Coupe d'Europe.

Puis comme ce type de championnat en remplacerait plus de 4 ça supprimera des barrages.

L'Atlantic Ligue c'est de la merde parce que c'est une Ligue Fermé, sinon le concept est cool.
5 réponses à ce commentaire.
C'est bizarre cette absence de curiosité pour les autres sports.

Ça existe au rugby (pro 12 avec les britanniques + italiens).

Au basket (Balkan league avec l'ex yougoslavie, Baltic league, VTB league pour l'ex URSS), et ça permet aux petits pays d'avoir des niveaux plus compétitifs, avec des modalités avec le championnat national (revalider sa place en fin de saison) plutôt pas mal pour certaines.

C'est pas idiot, pas forcement lie au business, mais permet aux joueurs de pays toujours plus petit de se confronter a un meilleur niveau et d’éviter le gap championnat /coupe d'Europe.

Effectivement sur la ligue Atlantique, y a pas d'histoire commune, mais ça serait positif sportivement de mon point de vue.
ça existe mais ça a détruit de nombreux clubs "champêtres" qui sont l'âme du rugby (en Galles, Ecosse par exemple) ce que craignent ce genre de clubs en France même si la tendance est déjà en marche aussi (le LOU supplantant Bourgoin, Bègles devenant Bordeaux petit à petit, Bayonne et Biarritz qui sombrent en ne voualnt pas fusionner...)
1 réponse à ce commentaire.
Très belle idée cette Atlantic League. A terme, les championnats locaux deviendraient des viviers, où le rêve de chaque joueur est d'accéder à la ligue suprême. Rivaux un jour, coéquipiers le lendemain. Olive et Tom en VRAI.

Je ne pense pas que cette ligue réduirait l'affection qu'ont les gens pour leurs équipes locales. Au contraire, les supporters locaux pourraient être fiers de voir un joueur de leur équipe accéder au gotha, ce dernier représentant lui même l'écusson du club qui l'a révélé.

Puis ce schéma pourrait être très favorables aux sélections nationales, à condition que les règles d'extra-communautaires soient assez rigides, favorisant par exemple l'intégration dans une franchise de joueurs issus du même pays.
Le problème de ton raisonnement est que la base du supporterisme, c'est l'équipe et le club, pas les joueurs. Les joueurs passent mais ton club reste, alors je suis d'accord, tu peux suivre avec affection un joueur passé dans ton club, mais t'auras jamais la même émotion que pour les pions qu'il enfilait avec la tunique de ton club.

Même en terme de championnat, les équipes supposées plus faibles qui réalisent un exploit en remportant le trophée, type Montpellier ou Leicester, tu penses que le titre aurait eu la même résonance dans un championnat joué sans Lyon, Paris, Marseille et Monaco, ou Man U, Arsenal, Chelsea et Liverpool?
1 réponse à ce commentaire.
Bordel je m'en tape de leur c1 fermée je veux du FC Bale et des PSV en 1/4 pendant que les espagnols s'echarpent en 1/8 voir dans le meme groupe de poule. L'incertitude c'est la seule magie qu'il reste dans ce sport.
Personnellement l'idée me plaît beaucoup.

Cela permettrait l'émergence d'un championnat fort et attractif, pouvant se rapprocher des 4 "gros" au classement UEFA.
A noter que certains clubs de pays mineurs sont déjà délocalisés ; exemple avec Swansea ou Cardiff qui jouent en Angleterre et non dans un championnat gallois de statut amateur.

Voici une formule intéressante :
- 3 équipes par pays participants (Ecosse, Danemark, Hollande, Belgique, Norvège et Suède).
- L'équipe la moins bien classée par pays joue un barrage contre le champion national.
- Les équipent jouent en parallèle leur coupe nationale.
- Les premiers de la "Nordic League" se qualifient pour les compétitions européennes selont le coefficient du championnat.

Si on prend les derniers championnats terminés, cela donnerait cette liste d'équipes (18 clubs) :
- PSV Eindhoven
- Ajax Amsterdam
- Feyenoord Rotterdam
- Celtic
- Aberdeen
- Heart of Midlothian
- FC Copenhague
- SonderjyskE
- FC Bruges
- La Gantoise
- Anderlecht
- Roserborg
- Stromsgodset
- Stabaek
- Norrkoping
- Goteborg
- AIK

Deux bémols :
- Il sera nécessaire d'harmoniser les calendriers des championnats (exemple Suède et Norvège qui jouent sur l'année civile).
- Les temps de trajets (et empreinte carbone^^)


Un petit côté Ligue des Masters en mode PES pas déplaisant :)
Je suis d'accord quasiment avec tout, mais pour moi si on part sur une base d'un championnat à 18 clubs composés des 3 meilleurs de chaque derniers championnats et qu'on veut faire un championnat compétitif.

Pour moi ça doit être les 3 derniers qui descendent, peu importe que ce soit que des équipes Belges, Norvégiennes ou Suédoise.

Puis en prenant par exemple les champions et vice champions de chaque championnat et faire un système de play-off parmi ces 12 équipes pour déterminer les 3 qui pourront accéder à l'Atlantic Ligue.

Car si les clubs Néerlandais sont les plus méritant, pourquoi faire descendre un club étant 9ème voir 15ème au seul motif qu'il est Néerlandais, alors qu'un club Belge terminant 17ème sera sauvé parce que le 18ème est déjà un club Belge.

L'intérêt est de réunir les meilleurs clubs d'une zone géographique, chaque club en à l'opportunité mais son pays ne doit pas être une excuse à tout.
1 réponse à ce commentaire.
Personnellement l'idée me plaît beaucoup.

Cela permettrait l'émergence d'un championnat fort et attractif, pouvant se rapprocher des 4 "gros" au classement UEFA.
A noter que certains clubs de pays mineurs sont déjà délocalisés ; exemple avec Swansea ou Cardiff qui jouent en Angleterre et non dans un championnat gallois de statut amateur.

Voici une formule intéressante :
- 3 équipes par pays participants (Ecosse, Danemark, Hollande, Belgique, Norvège et Suède).
- L'équipe la moins bien classée par pays joue un barrage contre le champion national.
- Les équipent jouent en parallèle leur coupe nationale.
- Les premiers de la "Nordic League" se qualifient pour les compétitions européennes selont le coefficient du championnat.

Si on prend les derniers championnats terminés, cela donnerait cette liste d'équipes (18 clubs) :
- PSV Eindhoven
- Ajax Amsterdam
- Feyenoord Rotterdam
- Celtic
- Aberdeen
- Heart of Midlothian
- FC Copenhague
- SonderjyskE
- FC Bruges
- La Gantoise
- Anderlecht
- Roserborg
- Stromsgodset
- Stabaek
- Norrkoping
- Goteborg
- AIK

Deux bémols :
- Il sera nécessaire d'harmoniser les calendriers des championnats (exemple Suède et Norvège qui jouent sur l'année civile).
- Les temps de trajets (et empreinte carbone^^)


Un petit côté Ligue des Masters en mode PES pas déplaisant :)
Capitalisme, libéralisme... y a plus de hasard!!!
Pourquoi les gros ne pourraient ils pas sortir de bonheur en C1???
Comme les travailleurs, on te classe par couches sociales : tu es petit, hé bien restes avec les tiens!!!

Je comprends, avec les enjeux financiers, c'est risqué pour le Bayern, la Juve & co... mais c'est ça le sport les gars!!!

C'est à cause de ça que le public s'éloigne et ne comprend plus! On juge durement les footballeurs à cause de leurs différents contrats et salaires mais quand on voit comment sont les règles du jeux et surtout la manière dont un petit groupe ( quoi??? plein de fric??? non????) s'en arrange...bah c'est cool!!!

Certains se plaignent du manque de suspens sur le Ballon D'Or, la ça ne va pas être mieux!!!

Mais la France dans tout ça??? J'entends ligue des Balkans, du Bénélux, de l'Atlantique??? Serions nous les cocus de L'UEFA???
Le Concept de réunir les meilleurs équipes de différentes fédérations plus faibles que les cadors Européens est très bonne pour rééquilibrer l'échiquier.
Sauf que pour combattre une injustice, ils en créés une nouvelle...

J'ai toujours rêvé de ce genre de championnat transfrontalier, mais avec un système de monté et de descente, de la même manière qu'un championnat régional (PH ou DHR) regroupe les meilleurs équipes de plusieurs départements.

Mais à la fin de la saison, historique ou non le plus retourne jouer en District.

Côté positif, ce type de ligue redonnera un intérêt aux différents championnats en enlevant les rares gros clubs qui gagnent tous les ans mais ne font rien en Coupe Européenne par le biais d'une Ligue Alternative.

En fait c'est vraiment ce système de Ligue Fermé qui est dégueulasse, car si un club comme La Gantoise ou Twente par exemple parvient à gagner son championnat respectif ça lui permettrait d'intégrer ce Super Championnat Transfrontalier.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
326 42