1. //
  2. // Match amical
  3. // France/Pays-Bas

Le Mondial commence aujourd’hui

Ce France – Pays-Bas est plus qu’un match amical. Parce que c’est le premier depuis la désormais mythique qualif’ face à l’Ukraine. Parce que c’est le dernier avant la préparation du Mondial. Et parce qu’il y a comme l’idée d’un horizon nouveau. Mirage ou réalité ?

Modififié
0 49
On les avait laissés en train de chanter La Marseillaise dans un Stade de France incandescent. Un exutoire mais aussi une réponse. Bien sûr, le scénario du barrage surréaliste des Bleus face à l’Ukraine les a peut-être fait basculer dans l’irrationnel d’un karaoké cocardier. Mais derrière cet hymne beuglé à l’issue de la double confrontation, on a senti comme une réconciliation entre un public et une équipe. Mais surtout, on a eu la sensation d’une rupture. Ou d’une volonté de rupture. Comme une envie de laisser derrière soi la charge d’un passé trop lourd et trop présent, et il est inutile d’épiloguer sur la nature de cet encombrant héritage. Bien sûr, ce moment aurait pu n'être qu’une allégresse ponctuelle, sans lendemain, et il n’est pas impossible que ce soit le cas. Pourtant, on a envie d’imaginer que son sens est profond. Et c’est peut-être Didier Deschamps qui vient d’en apporter le gage le plus prometteur. Avec cette liste pour la réception des Pays-Bas (qui, au passage, sont d’ores et déjà en lice pour le titre de plus beau maillot de l’année), la Dèche a opéré des choix très forts. Franchement, on ne s’y attendait pas. Pas dans ces proportions en tout cas. Nasri et Abidal oubliés de la liste, qui l’eut cru ? Évidemment, dans d’autres circonstances, l’interprétation aurait pu être davantage circonstancielle. Mais ce rendez-vous est le seul avant le début de la préparation pour le Mondial qui débutera le 19 mai prochain. Et en convoquant Franck Ribéry et Mamadou Sakho, tous deux blessés et indisponibles pour la venue des Oranje, Deschamps a envoyé un message clair : son groupe pour le Mondial est quasi constitué. Et le cap est clairement affiché.

Place à la vie de groupe

Jusque-là, il y avait comme une allégeance à la realpolitik. Un impératif de résultats et de qualification qui semblait interdire au sélectionneur certaines ruptures. Et on ne va pas se mentir, tout au long de cette campagne éliminatoire, les souvenirs obscurs ont escorté le parcours et les choix effectués, jusqu’au paroxysme lors du match aller en Ukraine (0-2) en forme de désastre sportif, mais surtout humain. Au soir du 15 novembre dernier, disons-le clairement, l’équipe de France payait sonnant et trébuchant l’addition de l’absence de décisions des trois dernières années. Et les options prises le 19 ressemblaient alors davantage à un ultime pari au bord du précipice. Aujourd’hui, on peut presque s’avancer, Deschamps semble en avoir fait l’acte fondateur d’un nouveau départ. Libéré par le billet composté pour Rio et la reconduction de son contrat jusqu’à l’Euro 2016, Deschamps a les coudées franches pour réformer en profondeur. Et les postures de façade, comme l’importance de la vie sociale, semblent aujourd’hui devenir de véritables critères. À la veille du match face aux Bataves, le sélectionneur ne s’est pas privé pour le rappeler, notamment en justifiant l’absence de Nasri, dont la défaite personnelle dépasse manifestement le naufrage en Ukraine : « Si cela avait été spécifique à ce match, beaucoup d’autres joueurs auraient pu être concernés. Il y a une réflexion individuelle, mais aussi par rapport à un état d’esprit de groupe. Les joueurs, quels qu’ils soient, à eux d’être le plus performant possible. À aucun moment, il n’y a de match sanction. Ce qui m’intéresse, c’est la valeur et le potentiel des joueurs. Bien sûr, le critère sportif est le plus important, mais ce n’est pas le seul. Il y en a beaucoup d’autres. » Et bing !

Ribéry : fini la vie de « famille »

Car il faut être clair, la dégringolade des Bleus dans la hiérarchie mondiale trouve largement sa source dans la nocivité de sa vie de groupe. Bien évidemment, la valeur sportive de ses éléments est bien inférieure à celle de la décennie dorée 1996-2006 et aujourd’hui le seul Zidane présent à Clairefontaine est en U19. Il n’empêche, avec autant de joueurs présents dans de grands clubs, la France ne peut pas émarger aussi loin de la Suisse, par exemple, dans un classement FIFA qui ne dit pas tout, mais qui dit quelque chose quand même. C’est dans son fonctionnement clanique qu’il faut chercher le suicide de Knysna et dans les mêmes ressorts qu’il faut trouver l’échec de Laurent Blanc et celui de la première partie de mandat de Didier Deschamps. L’échec sportif et le désamour. Alors, fort de ces deux années à venir sans une réelle obligation de résultats, la Dèche semble enfin s’être décidé à attaquer les racines du mal. Pas fou, le capitaine des champions du monde 1998 sait que le 19 novembre, le public a célébré la qualification, mais aussi un souffle, peut-être même un esprit. Alors à défaut de pouvoir garantir les résultats, Deschamps s’est au moins attaché à mettre les ingrédients de cette dynamique. Un raisonnement que l'on peut pousser jusqu’à Franck Ribéry. Le Bavarois est incontestablement le taulier de l’équipe. Mais un taulier de culture tribale, dont les préférences et les affinités ont régenté certains choix, avec les résultats que l’on sait. Alors en écartant Nasri et Abidal, Deschamps a autant envoyé un message au Citizen et au Monégasque qu’au troisième du dernier Ballon d'or, désormais davantage isolé. Et en actant ce virage dès aujourd’hui, le patron des Bleus donne au rendez-vous de ce mercredi une saveur particulière. D’ordinaire, les matchs amicaux du mois de mars sont des purges un peu fourre-tout dont on ne sait pas vraiment l’utilité. Avec cette liste très forte et un onze de départ qui ressemble fort à un onze type (en l’absence de Ribéry), il y a une forme d’évidence : le Mondial commence ce soir. En se passant de certains pour privilégier l’arrivée de petits nouveaux, l’équipe de France a peut-être décidé de s’éloigner d’hier pour se tourner vers demain. Enfin.

Par Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Ce titre putassier.
jean-registre Niveau : CFA2
J'ai rien compris au titre. J'espère que Griezmann sera titulaire ce soir. Mais c'est vrai que les matchs amicaux de ce soir ont aucune utilité. Ca fait peut être gagner de l'argent pour notre cher Mr Blatter
Normalement je m'en fous toussa toussa mais c'est assez lourd a lire. Genre le type qui force pour donner un ton intellectuel au texte.

De toute les facons, un milieu Cabaye Pogba blaise c'est pas necessairement le top mondial mais c'est ce que la France peut faire de mieux.

Cabaye le maestro, Pogba le feignant talentueux, matuidi le fou qui court partout et peut marquer au service de Karim Benzema et Ribery ca peut le faire.


VIVE LA FRANCE! VIVE LA REPUBLIQUE!!! VIVE LE BRESIL ET SON SEXE DEBRIDE!!
En même temps je le comprends pour Nasri .. C'est le genre de gars qui lache une énorme caisse à table, qui met un coude coude à Lloris tout en gueulant super fort "putain t'es dégueulasse Hugo"

On l'a tous connu ce gros con.
aucune utilite? Demande a Griezmann.
jean-registre Niveau : CFA2
La priorité pour Griezmann c'est de garder son niveau de jeu actuel, voire l'améliorer, jusqu'à la coupe du Monde. Bien sur sans se blesser. Si Griezmann sort un gros match ce soir ou un match quasi raté, ca changera rien.
melbut erding Niveau : DHR
"Car il faut être clair, la dégringolade des Bleus dans la hiérarchie mondiale trouve largement sa source dans la nocivité de sa vie de groupe."
ya un probleme la non?
NebePersonne Niveau : Loisir
Personnellement je pense que Nasri, s'il continue sur sa lancée, sera l'invité surprise de DD. Bien entendu son sale caractère de gamin immature (disparue selon le citizen) lui joue encore des tours, mais quelle saison à City même avec sa blessure. Il peut apporter un réel plus à l'équipe, à condition qu'il continue de fermer sa (trop) grande gueule.
En ce qui concerne Abi', malgré une carrière formidable, il aurait mieux fait de rejoindre Titi à New York (supporter monégasque qui vous le dit!) et n'a plus le niveau international escompté pour un mondial!
Message posté par jean-registre
La priorité pour Griezmann c'est de garder son niveau de jeu actuel, voire l'améliorer, jusqu'à la coupe du Monde. Bien sur sans se blesser. Si Griezmann sort un gros match ce soir ou un match quasi raté, ca changera rien.


Nan c'est sur, si Griezmann marque un triplé, fait des une-deux de folie avec Benzema, montre des signes de complicité et de complémentarité avec la plupart de ses partenaires ça jouera pas du tout en sa faveur. Tout comme une prestation où il est aussi invisible qu'un Thauvin face au PSG ne remettra pas du tout en question le fait qu'il soit encore jeune et inexpérimenté pour un mondial.

Sérieux à te lire limite Griezmann est déjà installé dans le groupe sans avoir une seule sélection. Je veux bien qu'il soit fort, mais une bonne prestation ce soir enverrait un message clair et serait quand même un gros plus pour la suite nan?

Par contre virez-moi Payet, à moins qu'il soit là pour passer des sons de la compagnie créole, je comprends toujours pas sa présence.
Note : 5
Un article qui n'apporte absolument rien, fait pour remplir la Une du site, qui plus est écrit pas un chroniqueur de l'Equipe 21.
Bref, mauvais article
Message posté par rikii
En même temps je le comprends pour Nasri .. C'est le genre de gars qui lache une énorme caisse à table, qui met un coude coude à Lloris tout en gueulant super fort "putain t'es dégueulasse Hugo"

On l'a tous connu ce gros con.


Merde... C'est ma blague préférée...
Ça sert à rien, ça sert à rien... quand on voit le niveau de jeu de l'équipe de France, ils donnent quand même l'impression d'avoir besoin de pas mal de matchs pour tenter de développer un peu de collectif.
Après c'est toujours pareil, si ils se font taper durement ce soir, ça va encore partir dans tous les sens au niveau des critiques.
Toi tu voulais le balancer comme ca a la coupe du monde sans aucune selection?
Le voir evoluer ce soir ca mange pas de pain.
La compagnie creole c'est les antilles.

Payet doit venir de Madagascar ou la reunion nous n'avons rien a voir Avec ces gens-la.
Bonjour,
tout d'abord, je trouve l'article assez bon à lire surtout pour ceux qui appréhendent cette manière de faire chez so foot.
Apparement l'approache historique tente de créer une atmosphére pleine d'optimisme, ce que j'apprécie énormement et j'éspère que la rencontre d'aujourd'huit sera un tournant pour l'équipe de france.
Contrairement à beaucoups de gens ici, je ne vois aucune raison d'évoquer une certaine dégringolade, des prestations en demi-teinte ça arrive à tout le monde, mais ne refléte nullement le vrai niveau d'un groupe. De toute façon j'aimerai allez jusqu'au bout avec DD et j'estime qu'il a suffisement d'expérience et de compétences pour bâtir un groupe solide cappable de rivaliser avec tous les grands.
Enfin, je suis persuadé que la france ne manque pas de talons ni de guérriers, et que parfois un petit divorce avec le passé peut engendrer un beau présent. C'est ce qui est dit plus haut " Le mondial commence aujourd'huit ".
LibidoPostToxico Niveau : National
Je sens que ca va etre un match chiant
De toute façon on sait très bien comment ça va se passer.
Si on gagne on aura le droit à une enflammade générale "on arrive à battre les PB, une des plus grandes nations du football, on peut battre n'importe qui, à nous le mondial!"
Et si on perd "ils ont de nouveau perdu toute leur combativité et l'esprit qui régnait contre l’Ukraine, bande de petits cons trop payés (bon je caricature un peu là) on va même pas sortir des poules au Brésil! Dehors Deschamps!"

C'est comme le commentaire que hst (ou quelque chose comme ça) publie sur tous les articles traitant de près ou de loin des Bleus. Ça sert à rien de s'enflammer, l'EDF a une bonne gueule sur le papier mais sur le terrain on est très loin des grosses cylindrées mondiales.
On s'est fait sortir en quart de l'Euro, cela représente le niveau de l'EDF.
Objectivement un huitième voire un quart de finale au mondial représente le niveau actuel de l'EDF.
DoucementAvecLaCristaline Niveau : National
Ce n'est pas inutil du tout un amical. Lorsque tu affrontes une grosse équipe comme les Pays-bas, c'est un excellent match de préparation. C'est un examen blanc, ça permet de se jauger face aux "gros", ceux contre qui se serait du 50-50 si on les croise au Brésil. Si on regarde bien, les deux sélectionneurs semblent avoir choisi les 23 qui irait probablement au Brésil. Ce match, c'est du sérieux pour les 2 team, après oui ça reste un amicale donc le résultat n'a pas de conséquences directes. Mais inutile, faut pas pousser les mecs!
Arthur-FAFI Niveau : DHR
Les bleus jouent le Mondial au Brésil puis il y a l'Euro en France.
Est-ce que l'on pourrait regarder devant et ne pas rappeler en boucle Knysna ?

Les joueurs pensent à leurs perfs dans un domaine très concurrentiel.
Il y a le Brésil, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et l'Argentine qui ont un meilleur palmarès que le notre. Puis, les Pays-Bas et l'Angleterre dont le palmarès est équivalent et le Portugal pas très loin.
5 nations devant et 3 nations à égalité. Donc, la place logique serait les 1/4. Maintenant, c'est la place moyenne. Quand le coup va bien, cela peut-être la finale, quand le coup va mal, cela peut-être l'élimination en poule.

Regardons l'équipe de Zizou. 1998 : victoire 2002 : défaite en poule 2006 : finale
Mais ce sont en gros les mêmes joueurs.

Observons et analysons leurs perfs avec le plus d'expertise possible et ne parlons pas trop des états d'âme etc. Et, si l'on peut être derrière comme contre l'Ukraine, cela les aidera un petit peu. Et, dans le même temps, on se fera un peu plaisir.
Arthur-FAFI Niveau : DHR
Dire en permanence, on veut rompre avec un passé détestable est aussi une façon de rappeler ce passé. Ce n'est pas forcément positif.

Après la crise, il y a un moment où l'on parle des choses, sans détour et sans fard et, puis, on sanctionne. Cette démarche a été faite. L'affaire est "jugée".

Maintenant, il est préférable de tourner la page, de se concentrer sur le présent et l'avenir et d'éviter de parler du passé. Les leçons du passé ont a abouti à la mise en place de nouvelles règles dans le football français (autant dans la Fédé que dans les clubs).

Les règles sur le comportement ont donc été revues et il faut les appliquer avec fermeté et discernement. C'est la fonction de Deschamps et il l'a assume bien. Faisons-lui confiance.

Place au jeu et que la fête commence !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 49