Le monde de Guardiola

C’est toujours la même histoire. La victoire du Real sur le Bayern en demi-finale de Champions League a réveillé les chiens de garde. Depuis la gifle contre le Real, Pep Guardiola est sommé de s’expliquer sur ses choix. Sommes-nous tous devenus fous ?

Modififié
69 100
Ils ne seront jamais rassasiés. Ils en demanderont sans cesse. Ils voudront encore plus d’exploits inégalés et de victoires héroïques. Ils admettent que certains triomphent, mais à condition que leurs équipes saignent, souffrent, suent. Il faut, paraît-il, être « bien en place tactiquement » , puis être « à la hauteur physiquement » des « grands rendez-vous » . Aucun entraîneur ne peut se permettre d’amuser la galerie lors d’une demi-finale de Champions League. Simeone, Ancelotti et Mourinho ont donné une leçon de décence appliquée au foot en préparant des équipes parfaitement taillées pour la souffrance. Ces équipes ont joué ces matchs comme il le fallait, c’est-à-dire en contrôlant la partie sans jamais paraître dépassées par l’enjeu. Certes, Chelsea tomba, mais il avait néanmoins presque gagné la bataille des idées du premier tour à Madrid. Le Real et ses transitions défense-attaque virtuoses ont donné la leçon à un Bayern qui ne savait plus en quoi il croyait. Les pragmatiques ont terrassé les rêveurs. Et alors, comme s’il fallait lui faire payer cet orgueil, les vautours sont revenus planer au-dessus de Pep Guardiola. Son obsession de la possession et son obstination à imposer son style à une équipe manifestement conçue pour autre chose ne resteront pas impunies. Sortis de leur terrier, les prophètes du passé peuvent maintenant se gausser : «  La possession pour la possession, ça ne sert à rien » , aboient-ils. « Et puis surtout, quel ennui. » Dans le monde des pragmatiques, le résultat final est le seul maître. Il est le dieu unique devant lequel s’agenouiller. Dans leur monde à eux, Ulysse n’aurait jamais dû revenir de Troie, Van Gogh serait resté un inconnu et Rimbaud a bien fait de laisser tomber la littérature.

Ceci n’est pas un Pep

Si seule la victoire compte, alors à quoi peut bien servir l’hymne de la Champions League ? À quoi préparent toutes ces oriflammes, ces liturgies, ces costumes-cravates, ces maîtres de cérémonie ? Pourquoi toute cette mise en scène ? Sont-ils pragmatiques, tous ces gens amassés dans ces tribunes ? Pourquoi nous obstinons-nous à nous passionner au moins deux fois par semaine pour toujours le même jeu, toujours les mêmes joueurs ? Pourquoi aimons-nous encore la Champions League ? Pourquoi adorons-nous le football ? Pep a répondu la veille du retour contre Madrid : «  Moi, j’aime avoir le ballon. J’aime avoir le ballon pour avoir plus d’occasions, souffrir moins de contre-attaques. Je n’aime pas les statistiques, je n’y crois pas. À Madrid, nous avons joué plus de corners, plus d’occasions, plus de possession... Mais le résultat ne nous a pas donné raison. (...). Je ne veux pas la possession pour ne générer que deux occasions, ça c’est une absurdité. Les footballeurs deviennent professionnels parce qu’ils aiment jouer avec un ballon. Moi en tant qu’entraîneur, je ne peux pas faire une chose en laquelle je ne crois pas. Voilà pourquoi je demande toujours la possession du ballon. » Dans le monde de Pep Guardiola, le football n’est pas une affaire de mathématique. Son football à lui, fait de circulation rapide, de mouvement perpétuel et d’obstination pour l’offensive n’a plus rien à voir avec la statistique. Le football de Pep n’appartient pas à ceux qui jurent avoir trouvé la recette de la victoire à tous les coups et qui ensuite la vendent très cher. Le monde de Pep est le même que celui de Bielsa, Lillo, Cruyff ou même Simeone. Chez eux, le football est un rite célébrant le jeu lui-même, c’est-à-dire cette façon dont les hommes décidèrent un jour d’inventer des règles et des terrains plutôt que des armes et des tranchées pour se mesurer les uns aux autres. Le résultat importe peu, ce qui compte, c’est le trajet jusqu’à celui-ci. Le jeu apprend à domestiquer les pulsions et à les transformer en quelque chose de beau. En vouloir à l’art de Pep, c’est comme en vouloir à Monet de pas peindre correctement un coucher de soleil. C’est stupide.

Marc Lévy, ce génie

Toutefois, depuis la défaite 4-0 à domicile contre le Real, Pep n’en finit plus d’avoir à s’expliquer comme s’il avait commis le plus grave des péchés. Non. Guardiola n’est pas logé à la même enseigne. Oui, il est victime d’acharnement. Lui est toujours obligé d’en dire plus. Lui, s’il gagne, c’est grâce aux arbitres. S’il perd, c’est de sa faute. On n’a jamais demandé à Moïse comment il a fait pour ouvrir la mer Rouge. Alors pourquoi demander à Pep d’être réaliste et de jouer comme tous les autres ? Il avait prévenu avant le match : «  Moi, quand je parle de football, j’essaie de donner des arguments. Mais quand je perds et que j’argumente, on me dit que je cherche des excuses. Ensuite, quand je gagne, on dit que je suis un illuminé. Je ne suis ni l’un ni l’autre. » Pep a perdu. Et alors ? Si la qualité d’une œuvre se mesurait de façon mathématique, Marc Lévy serait déjà prix Nobel de littérature. Pep l’a dit « la saison prochaine, nous continuerons à jouer selon mes idées » , changer de « philosophie » serait renoncer à beaucoup plus qu’une façon de jouer.

Ceux qui réclament sa chute sont les mêmes qui ne comprennent pas comment quelques couleurs assemblées sur une toile puissent être de l’art. Ceux-là pensent sans doute que la seule vérité qui compte est celle de l’utile sur l’agréable. « Il y a plusieurs façons de jouer au football, aucune n’est la meilleure » , même Cholo Simeone l’a dit. Dans le monde de Guardiola, on préfère l’émotion d’un bon match à la victoire finale. On pense que le seul triomphe qui vaille est celui qui trône dans les mémoires plutôt que sur les étagères à trophées. À vrai dire, perdre, ce n’est rien. S’il avait moins gagné avec son Barça, peut-être l’aurait-on laissé tranquille. On aurait juste dit de lui qu’il était « fou » comme on le dit aujourd’hui de son maître Marcelo Bielsa. Si ces hommes sont différents des autres, c’est parce qu’ils croient en quelque chose d’essentiel et d’intangible : le jeu. Alors, qui sont les fous ? On les reconnaît à leur façon d’aboyer.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Gilles de la Kolo Tourette Niveau : CFA
Son jeu pique les yeux.
Voilà pourquoi Pep est honni...
Rainbowman Niveau : DHR
Il n'y a pas assez de pubs Orange sur la homepage, vous auriez pu en mettre vachement + franchement les mecs, il y a encore plein de place ! (kidding)
PhoenixLite Niveau : Loisir
Message posté par Rainbowman
Il n'y a pas assez de pubs Orange sur la homepage, vous auriez pu en mettre vachement + franchement les mecs, il y a encore plein de place ! (kidding)

En plus, ils ont réussi un habile placement de produit avec les 3 stadiers sur la photo de l'article.
volontaire82 Niveau : Loisir
Encore un excellent article de Thibault Leplat, toujours autant inspiré sur le sujet.

Le taquet pour Marc Levy fait plaisir..
Putain ils vont en chier l'OM avec Bielsa l'année prochaine. En tout cas c'est certainement une des plus belles recrues du championnat depuis Zlatan.
On dirait qu'on n'a pas le droit de s'ennuyer devant le Foot.
Si le match est pourri c'est surtout pas le fait des acteurs (coach en premier lieu) mais c'est nous les aficionados qui sommes trop bêtes pour comprendre.

S'agissant de Guardiola, je ne crois pas qu'il ait joué les demis pour épater la galerie, il essaye plutôt de trouver l'équilibre entre jeu et enjeu (du Scorcese/Tarantino quoi). Un peu comme nous dans notre monde à nous quand on trouve un taf qu'on aime et qui paye (ou une meuf bonne et intelligente ça marche aussi). Ce serait trop facile la vie sinon ;)

S'agissant des dits prophètes, je vois pas comment on peut mettre sur le même plan des observateurs de l'art avec des clients qui payent des abonnements et des maillots. Oui m’sieur on attend un retour sur investissement, on parle de foot pro, pas amateur. Y a le district pour se branler sur une défaite avec des ptits ponts, pas de pb. En d'autres termes, un rêveur ne rêve pas dans la défaite: il cauchemarde.

C'est justement parce qu'on aime le foot qu'on est déçu quand l'équipe ne joue pas.
Rahletace Niveau : DHR
Thibault, cet article est plein de PLATitudes.
PollosHermanos Niveau : District
Excellent article, la comparaison avec la peinture est bien trouvé et permet de mettre en relief le fait que Pep est un grand, le meilleur du début du siècle. Alors oui il s'est mangé un 0-4, oui Ancelotti a super bien joué le coup, mais il s'en remettra, toujours avec le même système.
PollosHermanos Niveau : District
Excellent article, la comparaison avec la peinture est bien trouvé et permet de mettre en relief le fait que Pep est un grand, le meilleur du début du siècle. Alors oui il s'est mangé un 0-4, oui Ancelotti a super bien joué le coup, mais il s'en remettra, toujours avec le même système.
QuintaDelBuitre Niveau : Loisir
Einstein disait " La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent. " Pep Guardiola est un génie qui est en train de devenir fou.
Note : 5
Très bon article.

Maintenant Pep, faut trouver une place de titulaire à Götze, parce que le garçon a du ballon, un sens de la finition et de la percussion. Je dis pas que c'est Messi, ok, mais il faut le faire jouer.

Et avec Lewandowski, je m'inquiète pas trop pour la saison prochaine.

Par contre, Tu me refous Lahm à droite, Martinez au milieu de terrain et tu laisses Schweinsteiger envoyer des boulets à 25m. Je sais, je me répète dans les news...
A ceux qui pensent que le foot proposé par Guardiola n inspire que l ennui devraient peut etre se remater quelques matches du Bayern genre le match à Man City ou tous les matches du Barca 2011 qui sont de véritables leçons de football .
Alors c' est sur que des qu il y a un peu moins de mouvements et de rythme ca parait beaucoup plus stéréotypé voir chiant mais quelle système n' a pas de défauts?
A ceux qui pensent que le foot proposé par Guardiola n inspire que l ennui devraient peut etre se remater quelques matches du Bayern genre le match à Man City ou tous les matches du Barca 2011 qui sont de véritables leçons de football .
Alors c' est sur que des qu il y a un peu moins de mouvements et de rythme ca parait beaucoup plus stéréotypé voir chiant mais quelle système n' a pas de défauts?
Comparer guardiola à Rimbaud ou van Gogh... N'importe quoi.
Puriste de mes couilles....
L'utile qui prévaut sur l'agréable?
Maintenant, c'est agréable de voir les équipes de Guardiola? Mais quel foutage de gueule!!!!L'équipe de Heynckes était quoi, 100, 1000, 100000 fois plus spectaculaire que ce Bayern là.
Permettons à Guardiola de tuer le Bayern afin de satisfaire le snobisme de nos journalistes.
Même en garant l'autobus, le jeu du Real a été plus agréable que celui du Bayern.
Et en plus, le mec traite les pourfendeurs du jeu chiant de Guardiola, de rustres...
Toute la cuistrerie des journalistes français résumées en un article.
"Ceux qui réclament sa chute sont les mêmes qui ne comprennent pas comment quelques couleurs assemblées sur une toile puissent être de l’art"

Je me suis arrêté à cette phrase, dommage cela ne marche pas à tous les coups.

La raison de ce retournement n'est pas compliqué à comprendre, c'était ce déferlement médiatique (et de tous les consultants pseudos spécialistes ou experts) nous bassinant que seul le jeu du Barça était le football.

Pour en revenir à Pep, le catalan a déjà réussi sa première saison au Bayern, et nul doute qu'il finira par imposer (avec quelques transferts/départs) ses idées.

Sauf si les sieurs Rummenigge ou Benckenbauer continueront de s'ennuyer.
PhoenixLite Niveau : Loisir
Message posté par Ruud04
Puriste de mes couilles....
L'utile qui prévaut sur l'agréable?
Maintenant, c'est agréable de voir les équipes de Guardiola? Mais quel foutage de gueule!!!!L'équipe de Heynckes était quoi, 100, 1000, 100000 fois plus spectaculaire que ce Bayern là.
Permettons à Guardiola de tuer le Bayern afin de satisfaire le snobisme de nos journalistes.
Même en garant l'autobus, le jeu du Real a été plus agréable que celui du Bayern.
Et en plus, le mec traite les pourfendeurs du jeu chiant de Guardiola, de rustres...
Toute la cuistrerie des journalistes français résumées en un article.

Parler de garage d'autobus pour décrire la tactique d'Ancelotti face au Bayern, faut le vouloir quand même.
Les mecs ont eu des occasions à longueur de match. Pas mal pour un bunker.
Pep, si les allemands ne comprennent pas - plus ? - ton génie, viens à Nice : équipe jeune, stade neuf et public fidèle.
George Haggis Niveau : CFA2
"Dans leur monde à eux, Ulysse n’aurait jamais dû revenir de Troie, Van Gogh serait resté un inconnu et Rimbaud a bien fait de laisser tomber la littérature."

Rien compris
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'OM prépare son avenir
69 100