En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Empoli-Milan (2-2)

Le Milan laisse filer deux points face à l'Empoli

Au terme d'une rencontre agréable à suivre, l'Empoli et le Milan se quittent dos à dos (2-2). Par deux fois, le Milan a mené au score, mais il doit tout de même se contenter au final du match nul.

Modififié

Empoli 2-2 Milan AC

Buts : Zieliński (31e) et Maccarone (61e) pour l'Empoli // Bacca (8e) et Bonaventura (48e) pour le Milan

Concentration. Définition : « Action de faire porter toute son attention sur un même objet » . Exemple : « Son manque de concentration lui a fait faire plusieurs erreurs. » On ne sait pas si acheter un Larousse, un Petit Robert, ou tout équivalent italien de ces dictionnaires, suffira à Siniša Mihajlović et à ses hommes, mais c’est bien de cela qu’il s’agit : la concentration. Car ce samedi soir, le Milan a pris par deux fois l’avantage devant l’Empoli. Mais par deux fois également, il s’est déconcentré et a été puni par une égalisation des Toscans. Le Diavolo laisse ainsi filer deux points très précieux sur la pelouse du stadio Carlo Castellani. D’autant plus juste avant le derby de Milan qui se profile dimanche prochain.

Zieliński répond à Bacca


Convaincu par la prestation de ses hommes dimanche dernier face à la Fiorentina, Siniša Mihajlović reconduit le même onze. Toutefois si les Rossoneri avaient ouvert le score d’entrée contre la formation viola, ils éprouvent cette fois bien plus de difficultés. Gêné par le gros pressing de l’Empoli, le Milan a du mal à entrer dans son match et manque de se faire surprendre coup sur coup sur des centres de Saponara (5e) et Maccarone (7e). Néanmoins, les apparences sont trompeuses. En effet, le Milan fait la différence sur sa première opportunité. Parfaitement lancé à l’extrême limite du hors-jeu par Antonelli, Bacca sème toute la défense toscane et convertit avec sang-froid devant Skorupski (0-1, 8e). C’est bien payé pour les Milanais et ça leur permet surtout de pouvoir se mettre dans leur configuration favorite : bien regroupés en défense, en attente d’un bon contre. Résultat, c’est l’Empoli qui a le contrôle du ballon.

Mais les hommes de Marco Giampaolo ont du mal à trouver des espaces face à une défense milanaise bien en place. Faute de solution, l’Empoli s’en remet ainsi à des frappes de loin et à des coups de pied arrêtés et croit même revenir à hauteur quand Maccarone trouve le fond des filets de la tête. Mais ce dernier est signalé hors jeu à juste titre (30e). Ce n’est que partie remise. Merveilleusement décalé par Saponara, Zieliński parvient en effet à battre la vigilance de Donnarumma en lui tirant entre les jambes (1-1, 31e). Au vu de la première demi-heure, l’égalisation est plus que logique. Après un coup franc juste au-dessus de Bonaventura (38e), Donnarumma manque même de commettre une faute de main. Heureusement pour le Milan, son jeune gardien parvient à éviter le pire (39e). Au terme d’une première période animée, M. Carmine Russo peut renvoyer tout le monde aux vestiaires pour une quinzaine de minutes de repos.

Maccarone répond à Bonaventura


Le match reprend avec une mauvaise nouvelle pour le Milan : Alex cède sa place, très probablement sur blessure, à Zapata. Les Rossoneri sont toutefois revenus des vestiaires avec de meilleures intentions. Bien plus haut sur le terrain et beaucoup plus agressif, le Milan est rapidement récompensé. Grâce à une déviation involontaire et très chanceuse de Niang - allumé à bout portant par Tonelli - qui se transforme en passe décisive pour Bonaventura (1-2, 48e). Désireux de ne pas répéter la même erreur qu’en première période, le Milan poursuit son forcing pour inscrire un troisième but et manque même de se procurer un penalty, sur une main de Maiello. Mais l’Empoli n’a pas dit son dernier mot et continue de poser des problèmes au Diavolo. Mieux, les Toscans parviennent à nouveau à égaliser, grâce à Maccarone, plus prompt que la défense à la suite d’une frappe repoussée de Puciarelli (2-2, 61e)

Siniša Mihajlović ne met pas bien longtemps à prendre des mesures d’urgence, comme on dit en italien. Balotelli fait ainsi son entrée à la place de Niang. Mais même avec SuperMario sur le terrain, le Diavolo peine sévèrement à prendre la mesure de l’Empoli. Limité à la construction, le Milan a du mal à poser le pied sur le ballon et encore plus à se créer des occasions. C’est même Zielinski qui fait passer un gros frisson dans les travées du stade Castellani avec une frappe qui fuit le cadre de peu (77e). Balotelli trouve, lui, les gants de Skorupski sur un coup franc puissant mais trop central (80e). Mihajlović choisit de faire entrer Boateng à la place d’Honda pour forcer la décision. Mais c’est voué à l’échec, tant les Rossoneri sont peu inspirés. Les 4 minutes de temps additionnel n’y changeront rien. Balotelli manque même une énorme occasion (93e), mais il était de toute façon signalé à tort en position de hors-jeu. le Milan a naïvement laissé filer deux points.

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 23:28 Le low-kick fou de Tony Chapron 67
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 13 janvier Landon Donovan sort de sa retraite et signe au Mexique 21