Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Napoli/Milan

Le Milan entrevoit le bout du tunnel

Les Rossoneri sortiraient-ils enfin de la galère dans laquelle ils se sont englués depuis quelques années ? Possible, même s’il y a encore du boulot.

Modififié
Il y a pile une moitié de championnat, le Milan se faisait humilier 4-0 à San Siro par le Napoli. Une fois encore, le club aux sept Ligue des champions semblait toucher le fond. Une triste habitude depuis plus de deux ans. Après cette quatrième défaite en sept journées, l’énième révolution estivale (effectif et banc de touche) se dirigeait inexorablement vers un nouvel échec prématuré. C'est finalement tout l'inverse qui s'est produit. Depuis cette lourde défaite, les Rossoneri ne se sont inclinés qu’en deux autres occasions, chez la Juventus et contre Bologne à la maison, soit les deux équipes les plus en forme sur ces trois derniers mois avec le Napoli. La mayonnaise a donc pris et l’objectif de la troisième place, synonyme de barrages pour la Ligue des champions, n’est plus une chimère.

Une équipe type qui se dessine


Sans Europe pour la seconde année d’affilée, le Milan n’avait qu’un objectif en tête : le championnat. La coupe ? Des matchs d’entraînement face à des équipes de divisions inférieures (Crotone, Alessandria) ou mal classées en Serie A (Sampdoria et Carpi). Patiemment, Mihajlović s’est essayé à plusieurs schémas de jeu, 4-3-1-2 vite abandonné, 4-3-3 puis 4-4-2. Une tactique presque has-been, mais qui permet de bien quadriller le terrain et offrir des repères à une équipe qui en manquait. Restait alors à mettre les bons hommes à la bonne place.


Quelques choix couillus et payants, Donnarumma dans la boîte, le vieillissant Alex aux côtés de Romagnoli, Niang en duo avec Bacca. Et des ballottages qui ont définitivement penché dans un sens. Sur les côtés, Antonelli et Abate ont pris le dessus sur Calabria et De Sciglio. Au milieu, Montolivo a définitivement abandonné ses ambitions de vice-Pirlo pour se muer, chiffres en mains, en meilleur récupérateur de ballons du championnat. Sur les ailes, Bonaventura et Honda combinent sens du sacrifice à véritable justesse technique. Sinisa ne se permet qu’un doute avant chaque rencontre, les muscles de Kucka ou le phosphore de Bertolacci pour épauler son capitaine. Basique mais solidaire. Stéréotypé mais efficace. Bref, du Mihajlović.

Un avenir qui s’efface


Et c’est là que le bât blesse. malgré une bonne série qui a ramené le Milan à 6 points de son objectif (avant cette 26e journée de championnat), le Serbe est loin d’avoir persuadé son employeur. À chaque occasion, sourire aux lèvres, Berlusconi en profite pour lui mettre un petit taquet, encore samedi : « Mihajlović doit convaincre tout le monde, moi y compris. Il a une seule façon pour le faire, gagner toutes les rencontres jusqu’à la fin du championnat. » Et pas certain qu’un tel exploit soit suffisant pour être confirmé la saison prochaine.


Son 4-4-2 scolaire manque de folie, d’imprévisibilité, tout simplement de « Berlusconisme » .
Milan peut faire deux finales de Ligue des champions sur les cinq prochaines années.Silvio Berlusconi
Totalement déconnecté de la réalité (ah, la vieillesse), le Cavalier continue de placer la barre trop haut, parlant même de « deux finales de Ligue des champions sur les cinq prochaines années » . Sinisa écoute d’une oreille, évite le clash et trace sa route, guidé par le pragmatisme qui a toujours distingué sa carrière de coach. Pas un grand tacticien, mais un excellent motivateur dont les critiques publiques à l’encontre de plusieurs de ses joueurs ont eu l'effet escompté. Une méthode efficace pour réintégrer un top 5 italien, mais trop rudimentaire pour prétendre à mieux.

Des regrets en filigrane


Sept matchs sans défaite, du jamais-vu depuis avril 2013, une place en Ligue Europa quasiment assurée (via la Coupe et le championnat), et pourtant, les regrets ne manquent pas au moment de faire les comptes. Arithmétiques d’abord avec des nuls contre le Hellas, Carpi ou encore l’Udinese il y a deux semaines, six points de perdus qui pèsent lourd dans la balance. Économiques, ensuite. Quoi qu’on en dise, le Milan a réussi son mercato estival. Les grosses sommes investies pour Bacca et Romagnoli en valaient la peine, celle pour Bertolacci un peu moins, mais il n’est pas encore trop tard pour que le Romain s’affirme.


En revanche, la direction continue de se distinguer par sa confusion. Les prolongations de contrat in extremis de De Jong et Mexès se sont révélées totalement inutiles, le premier a filé en MLS, le second est le dernier choix. Le retour de Balotelli est évidemment un flop, d'ailleurs Mihajlović a failli le marbrer plusieurs fois. Enfin, la vente avortée de Luiz Adriano à un club chinois est une belle opportunité de perdue pour renflouer les caisses, surtout au regard de la soudaine générosité de l’Empire du milieu. Plutôt que de s’acharner sur son coach, Berlusconi ferait mieux de remettre en question Adriano Galliani, son fidèle bras droit, ou de conclure les négociations infinies pour la vente de 48% des parts du club. De fait, la sensation est toujours la même : le Milan est pris en otage par ceux qui en ont fait le plus grand club de ces 30 dernières années.

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom
Hier à 16:36 Harry Redknapp grand vainqueur d'une télé-réalité britannique 8
À lire ensuite
L'équipe type du week-end