En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2
  3. // Alessandria-Milan (0-1)

Le Milan bien parti

Sans se montrer transcendant, le Milan AC a assuré l’essentiel en demi-finale aller de Coupe d’Italie en s’imposant à Turin face à l’Alessandria grâce à un penalty de Balotelli (0-1). Avant le match retour à San Siro, les Rossoneri sont en excellente position pour se qualifier pour la finale.

Modififié

Alessandria 0-1 AC Milan

But : Balotelli (42e)

On joue la 42e minute de jeu lorsque Luca Antonelli hérite d’un ballon mal repoussé par la défense de l’Alessandria à l’entrée de la surface. En très bonne forme ces dernières semaines, le latéral gauche milanais feinte la frappe du droit et crochète Santiago Morero. Ce dernier tend alors malencontreusement la jambe et accroche le Rossonero. L’arbitre de la rencontre Massimiliano Irrati n’a aucun doute et désigne le point de penalty, à juste titre. Un penalty que se charge de convertir avec sang-froid Mario Balotelli. Après plus de 40 minutes de quasi-néant, le Milan vient de faire le plus dur. Et il se contentera de ce petit but d’avance jusqu’au bout. Les Rossoneri auront donc eu besoin d’un penalty pour faire la différence face à une équipe de troisième division. Pas fameux, même s’ils ont désormais un pied et quatre orteils en finale avant le match retour à San Siro.

Balotelli profite d’un péno


Face à l'Alessandria, membre de Lega Pro, le Milan AC a logiquement le contrôle du ballon d’entrée de match. Sans se presser, les Rossoneri font tranquillement tourner en attendant de trouver une ouverture et se procurent rapidement une première occasion. Seulement, sur un centre de De Sciglio, Balotelli, pourtant en excellente position, manque complètement sa reprise (3e). Les hommes de Siniša Mihajlović sont toutefois très loin d’être transcendants face à une formation d’Alessandria bien en place et volontaire. Ce sont même les Grigi qui s’enorgueillissent au fil des minutes en profitant des erreurs techniques milanaises. À voir l’ « aisance » technique de Cristián Zapata ou la forme de Balotelli qui rate tout ce qu’il entreprend, le Milan ne fait effectivement pas grande impression. Pour preuve, après une demi-heure de jeu, le Diavolo n’a toujours pas cadré la moindre frappe. C’est finalement Poli qui s’en charge sur un bon décalage de José Mauri, mais sa frappe est trop centrale (34e). Balotelli manque, lui, encore une grosse opportunité sur un excellent ballon de Honda (40e). En revanche, SuperMario ne se manque pas sur penalty, son exercice de prédilection (0-1, 43e). À la pause, le Milan peut s’estimer heureux de mener.

Le Milan s’en contente


D’ailleurs, au retour des vestiaires, les Rossoneri ne produisent pas un jeu beaucoup plus enjoué. Même si Honda a une énorme occasion de doubler la mise, sur laquelle un défenseur de l’Alessandria réalise un sauvetage assez miraculeux (51e). À l’approche de l’heure de jeu, l’entraîneur des Grigi, Angelo Gregucci, tente un coup avec un double changement. Mezavilla et Bocalon remplacent ainsi Loviso et Marconi. Ce n’est pas loin de fonctionner, puisque ces entrées correspondent à un début de temps fort pour l’Alessandria. Suffisant en tout cas pour que Mihajlović se décide vite à remplacer José Mauri par Montolivo. Quoi qu’il en soit, la seconde mi-temps est tout aussi pauvre en émotions que la première. Le temps pour Balotelli de céder sa place à Niang, Poli croit doubler la mise, mais son but est logiquement refusé pour une position de hors-jeu de l’attaquant français qui gène la vision du portier adverse (73e). La suite du match est du même acabit avec une Alessandria courageuse, mais trop limitée pour vraiment inquiéter la défense milanaise dirigée par « Franco Baresi » Zapata... En contre, M’Baye Niang loupe, lui, le but du break en envoyant sa frappe sur le poteau (84e). L'entrée pour les Grigi de Filippo Boniperti, petit-fils du mythique Giampiero, n’y changera rien. L’Alessandria n’a pas démérité, mais elle doit s’avouer vaincue face à un Milan très pauvre, mais quand même logiquement supérieur.

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport)
il y a 6 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 44 il y a 8 heures Dupraz quitte le TFC 123 il y a 8 heures Robinho en route vers Sivasspor 56 il y a 11 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 8 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7